Elizabeth Taylor et Bulgari, une Affaire de Parures Légendaires

bulgari_serpenti.jpg

Elizabeth Taylor était une actrice à part — de celles à l’aura de divas capables de transmuer toutes pièces en légende. La belle aux yeux couleur d’améthyste avait par exemple la particularité d’agrémenter ses tenues de scènes au gré d’atours personnels. D’ailleurs, dès 1962, sur le tournage de Cléopâtre, l’oeuvre de sa vie, l’actrice s’éprend d’une montre-bracelet vénéneuse… Une pièce sulfureuse signée de la maison Bulgari. Coulée dans un or pur, la montre s’enroule autour du poignet, laissant ainsi la tête et la queue du serpent pavées de diamants ; les yeux en émeraudes ! Photographié au poignet d’une Elizabeth Taylor dans son rôle de Cléopâtre, le bijou Bulgari est immédiatement érigé au rang d’icônes. C’est que, sur le tournage de Cléopâtre, Elizabeth Taylor bientôt scandalisera le monde au bras d’un certain Richard Burton. 

 

Lorsqu’ils se rencontrent sur le tournage du film, à Rome, Burton et Taylor sont tout les deux mariés. Mais qu’importe puisque l’amour vient de frapper ! Les paparazzis les harcèlent ; leur romance s’affiche en Une des tabloïds — le scandale est tel que le Pape lui même se dit choqué. Forcé dans un premier temps de vivre cet amour loin des caméras, c’est en Bulgari que se vit la relation. « Richard était tellement romantique qu’il trouvait toujours une excuse pour m’offrir un bijou » écrit plus tard la dernière icône d’Hollywood. Richard Burton, lui, se rappelle: « J’ai fait connaître la bière à Liz et elle m’a fait connaître Bvlgari. » Témoins muets de cet amour hors norme, les bijoux Bulgari deviennent éminemment associés au personnage d’Elizabeth Taylor. 

 

Richard Burton s’en amusait… « Le seul mot que connaît Elizabeth en italien est Bulgari. » Cet amour du sublime, cette passion pour la magnificence Bulgari ont ainsi conduit Elizabeth Taylor à constituer une collection spectaculaire. En 2013, Bulgari a donc regroupé les pièces portées ou collectionnées par l’actrice pour les présenter au public à travers une exposition toute aussi spectaculaire ! A Pékin, Shanghai, Londres, le monde est littéralement tombé en pâmoison. C’est que, devant tant de grandeur, la beauté vénéneuse du Serpent Bulgari ne peut qu’envoûter toute personne s’y approchant d’un peu trop près.

 

Elizabeth Taylor et Bulgari, Quelques Dates Clés

2016 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor à Londres. 

2016 : Dans la Galerie Nationale de Victoria à Melbourne, Bulgari réalise une nouvelle exposition sur les bijoux Bulgari des grandes personnalités, dont la parrure en émeraudes et diamants d’Elizabeth Taylor portée dans le film Cléopatre. 

2015 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor du 29 mai au 9 juin à Shanghai. 

2015 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor du 29 avril au 12 mai à Pékin.

2013 : Bulgari organise un événement durant lequel la maison présente les bijoux portés par Elizabeth Taylor.

2011 : La parure de Elizabeth Taylor est fait désormais parties des listes de la maison des enchères Christies. 

2002 : Le livre « My Love Affair with Jewerly » reprenant les mots de Elizabeth Taylor est publié : elle évoque sa fascination pour les bijoux Bulgari.

1972 : Burton offre à Elizabeth Taylor pour ses 40 ans un collier saphir Bulgari.

1966 :  Elizabeth Taylor porte la parure Bulgari en diamants et émeraudes lors des Academy Award.

1963 : Elizabeth Taylor posséde désormais le bracelet en émeraudes et diamants.

1962 : Elizabeth Taylor porte un collier Bulgari en émeraudes et diamants offert par Richard Burton durant le tournage de « Cléopâtre ».

L’Hôtel Bulgari Milano, Luxe au Cœur de la Ville

jcr-content-2.jpeg

Il faut se faufiler le long d’une petite rue située entre Via Montenapoleone, Via della Spiga, la Scala et l’Académie de Brera… C’est là que se plante le Bulgari Hotel, au cœur même de la vie culturelle et commerciale de Milan. Inauguré le 18 Mai 2004, le lieu reprend tout de la façade d’une demeure milanaise datant du XVIIIe siècle – mais derrière ces hauts murs un peu austères, se cachent d’étonnantes cours et espaces verts. Dans son design, l’hôtel révèle des lignes délicates dans un équilibre de matériaux lourds et solides, à l’instar du bronze et du marbre noir du Zimbabwe… Il faut croire qu’à Milan, les couturiers sont à raison considérés comme les nouveaux Medicis ! 

 

Les architectes renommés Antonio Citterio et Patricia Viel sont ainsi parvenus à distiller autour d’un édifice résolument moderne tout de l’univers éminemment magnifique de Bulgari. C’est par exemple le lin qui se lie au crème autour d’un mobilier d’un cachet certain. Dans les 58 chambres et suites que comptent l’hôtel, ce sont des croquis encadrés des emblématiques bijoux Bulgari qui ont été ça et là disposés afin d’immerger le client dans l’univers si feutré de l’atelier de diamants. Autre proposition forte du luxe Bulgari, le Spa recouvert de pierres d’or de Vicence, disposées dans des motifs irréguliers, faisant écho à des vitres vertes. Le plus sublime : la baignoire composée d’or et de mosaïque d’émeraude. Tout le savoir recevoir se comprend aussi autour des trois gammes de produits exclusives Bulgari mises à la disposition des clients du Spa…

 

La Mer avec son léger Miracle Broth, Amala certifié 100% nature et le sieur Sothy’s… Finalement, le design contemporain épouse tout le charme du baroque pour suggérer une atmosphère de kief – un bien être absolu. Mais c’est le jardin botanique qui exprime sans détour la finesse et la sophistication du lieu… Un véritable havre de paix dont les premières traces et fleurs plantées remontent à 1305. C’est ici tout le luxe Bulgari qui s’écrit — une délicatesse qui transcende le temps. 

 

L’Hôtel Milano de Bulgari, Quelques Dates Clés

2020 : Jean Chistophe Babin annonce vouloir ouvrir une vingtaine d’hôtels Bulgari d’ici 2020, dont un à Paris. 

2019 : Bulgari envisage d’implante un nouvel hôtel à Moscou.

2018 : Bulgari envisage d’implanter un nouvel hôtel à Shanghai.

2017 : La chaîne youtube de la maison publie une vidéo sur l’inauguration d’un hôtel Milano à Beijing. 

2017 : La maison prévoit d’ouvrir des hôtels Milano à Dubaï, Beijing.

2015 : Bulgari ouvre un Hôtel Milano à Shanghai.

2014 : Bulgari annonce sur Facebook « le Bulgari hôtel offre à ses client une grande expérience de mode comme personne d’autres. Les hôtes de la suite Bulgari auront un accès sans précédent de l’intérieur de la Fashion Week. ».

2014 : Pour marquer le lancement de la collection Automne-Hiver, la maison programme un diner à l’Hôtel Milano à Milan. 

2014 : L’ Hôtel Milano fête son 10ème anniversaire en rénovant les chambres et les espaces publics, auxquels on ajoute un nouveau spa et des prestations culinaires. 

2012 : L’Hôtel Milano s’implante à Londres.

2006 : Le groupe implante une nouvelle adresse d’hôtel à Bali.

2004 : La maison implante son premier Hôtel Milano au cœur de Milan.  

2001 : Bulgari s’associe au Ritz-Carlton Hôtel Company, branche haut de gamme du géant Marriot International et fonde la société Bulgari Hotel & Resort.

Serpenti Enlace Bulgari

644459_10150277610734963_1962428008_n.jpg

La genèse de l’icône reptilienne se lit Vendôme ; nous sommes en 1932 et la collection baptisée Tubogas, en référence à l’esthétique industrielle de l’époque, dévoile les premiers bijoux à l’allure serpentine. La particularité de ces atours réside dans l’articulation de leur squelette : de ces bracelets-montres, l’articulation vient s’enrouler autour du poignet grâce à des charnières d’or et d’un ressort dissimulé. Cette souplesse aux formes sinueuses est inspirée par le dynamisme du serpent, ce symbole d’immortalité. Le travail de Bulgari se peaufine ainsi au fil du temps, et dévoile un corps ensorcelant qui reprend le thème des écailles en fermoir. La tête, qui se devine aux yeux façonnés de lapis-lazuli ou de malachite, s’ouvre pour laisser apparaître un cadran totalement pavé et une minuscule langue fourchue. Ces créations, si elles suivent l’hyper réalisme des années 1960, valorisent les techniques d’orfèvrerie et les combinaisons polychromes des pierres précieuses… Mais peu importe la tendance ; la figure mythologique du reptile semble s’être emparé avec subtilité de l’univers esthétique du joaillier italien.

L’animal charme aussi très vite le tout Hollywood.1962, au cours d’une séance photo pour la promotion du film Cléopâtre à Rome, Elizabeth Taylor immortalise la montre en or jaune – tête et queue de diamant, et yeux émeraude. Oui, la reine d’Egypte elle-même portait des bracelets serpent. Catapultée au rang de must-have dogmatique, la collection Serpenti ne tarde pas à devenir mythique. Il faut dire que c’est là une véritable pièce culte, vestige du glamour de l’âge d’or d’Hollywood. Puis vint la promesse d’amour éternel entre un joaillier et un collectionneuse de diamants. A son sujet, Richard Burton, dont elle tombe amoureuse sur le tournage, confie que « le seul mot d’Italien qu’Elizabeth connaisse, c’est Bulgari. » Cette idylle donne ainsi naissance à une déclinaison de parures, colliers et bagues dans une collection à la ligne ondulée, et à l’inspiration enchanteresse.

Bulgari met en scène ses bracelets aux écailles scintillantes en 1975. Une campagne de publicité célèbre avec splendeur l’animal ; les représentations graphiques et oniriques des formes symbolisant sagesse et infinité. Cette représentation crue et pragmatique de l’animal séduit Diana Vreeland ; la rédactrice prophétise : « N’oubliez pas le serpent, il devrait être sur chaque doigt, chaque poignet… » Une pièce pour le moins attachante donc. A l’image du serpent qui mue et se renouvelle, Serpenti est la suprême incarnation de l’inventivité joaillière. Elle ne cesse d’être actualisée et brillamment réinventée tout en restant fidèle aux valeurs et au style unique du spectre Bulgari depuis ses 130 ans d’existence. La sacralisation du reptile fétiche a lieu en 2013 avec l’édition «Bulgari Serpenti Collection », un éditorial consacré à l’odyssée créative Serpenti, et à ses pièces les plus emblématiques. L’an dernier, en quête de beauté éternelle, la manufacture italienne glorifie sa créature aux pouvoirs magiques dans une collection des plus modernes. Chaque création dévoile ainsi d’élégantes spirales quand l’addition des boucles apporte du caractère et un style impérieux à chaque bijou. Le Serpenti de Bulgari a pour des siècles jeté son venin sur la haute-joaillerie.

La Bague Promesse Éternelle par Bulgari

Les diamants Bulgari sont connues pour leurs lignes claires et architecturales. Issue d’un design géométrique, chaque pierre est taillée pour produire l’effet escompté par cette promesse éternelle. La collection nuptiale de Bulgari comprend des ensembles de bagues de fiançailles et alliances pour le jour le plus parfait d’une femme, présentés d’une façon joueuse et romantiques, l’histoire d’un romantisme s’enfuyant dans les ruelles éclairées.

La Collection Serpenti De Bulgari

serpenti.jpg

Avant d’être catapultés au rang d’ultimes must-have par le mythique film Cléopâtre, les bijoux à l’allure serpentine de Bulgari s’affichent dans les vitrines de la place Vendôme en 1932 déjà. La ligne s’appelle “Tubogas“, et fait référence à l’esthétique industrielle de rigueur à l’époque. Le squelette donne à ses bracelets-montres un rendu d’une souplesse reptilienne ; pareil au corps du  serpent, le voilà qui s’enroule aux poignets grâce à des charnières en or flexibles, elles, par le biais d’un ressort caché. Mais la popularité du joaillier romain n’est pas encore totalement faite. En 1962, c’est à Hollywood que la passion pour Bulgari s’amorce. Hors-plateau, Elizabeth Taylor porte à son poignet une montre particulière ; en or, on y distingue la queue et la tête d’un serpent clairsemées de diamants et d’émeraudes.

L’adoration de l’actrice pour les perles rares et chères l’a tout naturellement menée à la boutique Bulgari, située à deux pas des studios de tournage – Cinecitta, à Rome. Elle n’échappe pas à l’objectif du photographe de plateau qui immortalise l’actrice, dans la fougue impériale d’une beauté des plus sensuelles. Il n’en fallut pas plus pour que le joaillier romain bascule dans la postérité. D’autant que sur ce même plateau, deux monstres du cinéma s’éprennent l’un de l’autre : Richard Burton, alias Marc-Antoine, épousera Liz Taylor. Leur romance publique le mènera à avouer, non sans dérision, que « le seul mot qu’elle connaisse en italien, c’est Bulgari ». Il confirme la dévotion de Miss Taylor pour les précieux. La maison romaine lui signera d’ailleurs une collection exceptionnelle. Cinquante années plus tard, il ne reste de la légende, que les bijoux qui l’ont accompagnée.

En 1975, Bulgari met à l’honneur d’une campagne de publicité, des bracelets aux écailles d’émail coloré. Ses interprétations contemporaines d’un des emblèmes antédiluviens de l’art, symbole de sagesse, d’éternité et de vie, semblent travailler avec toute l’application et la grâce des statues antiques ; synthèse parfaite entre rigueur géométrique et onirisme des formes. Diana Vreeland, rédactrice en chef du Vogue US, est conquise par ce réalisme ; elle écrira : « le serpent est le motif dans le vent dans l’univers de la joaillerie… On ne s’en lasse jamais ». Aujourd’hui, la collection Serpenti ne cesse d’être actualisée ; comptant en son sein des montres, des bijoux précieux, des lunettes, et des sacs à main d’un raffinement rare. En 2013, elle entre définitivement dans l’histoire de l’art joaillier avec l’édition d’un livre consacrant le style Serpenti. Bulgari, Serpenti Collection abrite près de 80 photographies et esquisses originales des ouvrages les plus iconiques d’une ligne qui vogue sur les siècles.

L’Or au Poignet

50c1fa783c9d7.jpg

Pépites, lingos, paillettes sans oublier les montres. L’or est partout mais surtout aux poignets de ces demoiselles. Ne perdez pas une minute, l’heure est à l’étincelant. L’or fascine, une attraction presque indicible pour le plus précieux des métaux. Il faudra désormais dire « Diamonds and Gold Are a Girl’s Best Friends ».