Bollinger, Le Champagne De James Bond

Entre le lancement de ‘La Grande Année 2008’, et la célébration des 40 ans de partenariat avec les films de James Bond… La fin d’année s’annonce iconique pour Bollinger!

Les champagnes raffinés et remarquables de la maison Bollinger égaient journées, fêtes et célébrations depuis 1829 ! Alors, lorsque la récolte exceptionnelle que fut celle de l’année 2008 vient enfin à être mise en bouteille, on se doute de l’impact d’une telle cuvée. La récolte 2008 donna en effet naissance à un vin d’une infinie profondeur — vin qui, avec le temps, a su atteindre une acidité digne du style Bollinger. En bouteille, cela donne ‘La Grande Année 2008’. Dix années furent nécessaires pour révéler toute la noblesse de ce millésime très singulier!

Des arômes d’agrumes, de fruits à chair, de baies et d’épices, des notes florales et minérales… Sa longueur en bouche, sa structure et sa densité sont bien les clés de dégustation de ces grands Pinots Noirs d’Aÿ et de Verzenay. La véritable colonne vertébrale du champagne Bollinger. « L’élaboration de chaque flacon de La Grande Année requiert patience et précision, et n’est possible que grâce au travail des hommes et des femmes de la Maison, dont les méthodes artisanales ont été transmises de génération en génération » précise son Chef de cave, Gilles Descôtes.

Complexe et harmonieux, ce champagne exceptionnel est à l’image du héros qui en a fait son icône — un certain James Bond. « C’est une immense fierté que celle de célébrer 40 ans de partenariat entre Bollinger et James Bond, hommage à cette amitié née en 1979 entre mon père, Christian Bizot, et le producteur de James Bond, Cubby Broccoli. Une histoire d’amitié qui repose sur le partage de nombreuses valeurs comme l’excellence et l’élégance » éclaire Etienne Bizot, PDG de Bollinger.

Et il est vrai que depuis la première apparition du champagne dans le film ‘Moonraker’, en 1979, Bollinger n’a cessé de symboliser tout le chic et l’audace associés au personnage de Bond. Alors, quoi de mieux que de ciseler deux éditions limitées pour célébrer ces 40 ans de partenariat? La première, clin d’oeil appuyé à l’univers spatial du film ‘Moonraker’, revisite la navette spatiale créée par le légendaire chef décorateur Ken Adam. Pour se faire, Bollinger a invité le designer Eric Berthès à confectionner un objet conçu en étain, plaqué de bois noble. Il renferme ainsi un seau en cristal Saint Louis ainsi qu’un magnum de Bollinger 2007… Le millésime de Bond par excellence ! Les pièces, travaillées et ajustées à la main, font de chacun des 407 objets numérotés, une œuvre unique!

La seconde édition limitée Champagne Bollinger et 007 anticipe la sortie du très attendue du 25ème opus de la série, ‘No Time To Die’. L’idée? Créer une cuvée, un millésimé 2011 dédié à l’univers de Bond. La bouteille, entièrement noire, arbore le nombre 25 formé à partir des titres des précédents films. C’est la première fois que Bollinger élabore une cuvée issue uniquement de ce cru 2011 — un cru historique, provenant exclusivement des Grands crus de Pinot Noir du village d’Aÿ ! Mieux encore, ces champagnes, aussi admirables qu’inspirés, sont déjà disponibles! De quoi célébrer Noël et la nouvelle année de façon très Bond, très James Bond!

Le Spécial Cuvée De Bollinger En Format Jéroboam

bollinger.jpg

L’histoire de la maison de champagne Bollonger ne date pas d’hier puisque c’est en 1829 que la société Renaudin-Bollinger & Cie. fut fondée. Au vu de son ancrage actuel, l’on pourrait croire que la manufacture a toujours été du goût de tous – et pourtant. L’histoire s’amorce avec Athanase de Villermont, cadet d’une famille noble au destin lumineux. Grand soldat, l’homme s’est illustré lors de la guerre d’indépendance des Etats-Unis. A son retour, Athanase hérite de sa famille un vaste domaine dans les environs d’Aÿ. L’esprit visionnaire et ambitieux ne tarde pas à pressentir le formidable potentiel des vins de Champagne. Mais à l’époque, un aristocrate ne peut faire acte de commerce – cela est réservé aux bourgeois ! C’est ainsi que le jour où Villermont fait la connaissance de Paul Renaudin, grand voyageur ayant quitté son Allemagne natale pour se former au commerce des vins de Champagne, l’aristocrate n’hésite pas : le 6 février 1829, la société Renaudin-Bollinger & Cie. Est donc créée – Joseph prend en charge la vente, et Paul de la cave…

Des siècles plus tard, la réputation n’est plus à faire tant le style Bollinger brille de sa densité et sa subtilité. L’assemblage délicat des nectars est l’expression même d’une vendange et d’une majorité de vins de réserve conservés, parfois pendant plus de 15 ans, dans les caves de la Maison. L’attention, l’accomplissement en somme. À l’œil, la robe dorée donne le signe distinctif des cépages noirs de Champagne, tandis qu’au palais, la subtile combinaison de structure, de longueur et de vivacité achève de le ravie comme du velours. Voici qu’aujourd’hui, le Spécial Cuvée de Bollinger est disponible à la vente format Jéroboam, enfin en double magnum. Et pour une fois, les fêtes de fin d’année peuvent constituer l’excuse idéale à l’impatiente des connaisseurs !

 

Bollinger Oenothèques

bollinger1.jpg

L’histoire s’amorce à la manière d’un conte : au cours d’un inventaire opéré dans les caves de la demeure Bollinger située au cœur de la Marne, derrière un mur de bouteilles vides, les hommes de la maison de champagne découvrent un caveau abandonné… Une cave oubliée, miraculeusement conservée – la surprise est de taille : les « planchots » d’époque dont les inscriptions indiquent la provenance et le millésime de certains lots sont là, identiques aux photos d’époque ! La même année, la maison décide alors d’entreprendre un travail d’archives ; à force d’attention et de patience, les mystérieuses inscriptions retrouvent leur sens, donnant toute la mesure de cette découverte. Et finalement, ainsi la maison Champagne Bollinger découvre une part incommensurable de son héritage.

Millésime… 1830 ! Ce sont plus de 4000 bouteilles qui sont minutieusement restaurées. Du changement de bouchon ou de muselet au dégorgement, chaque flacon nécessite une attention particulière. Il faut dire que certaines bouteilles ont connu près de deux siècles de vieillissement ! Les savoir-faire traditionnels ainsi alliés aux nouvelles technologies se chargent d’amener doucement les nectars à notre modernité tandis que l’équipe œnologique a dégusté et analysé plus de 150 vins, magnum ou jéroboam.

Et c’est alors que germa l’idée d’un projet de mise en valeur de ce patrimoine extraordinaire. Le style identitaire de Champagne Bollinger cherche alors à s’inscrire dans l’histoire : aboutissement de la restauration de ces vieux millésimes, voici que la manufacture de Champagne Bollinger inaugure en juin 2016 deux œnothèques vivantes : la Galerie 1829 et La Réserve – une vocation patrimoniale et non commerciale. La première tend ainsi à rassembler les vins totémiques de Bollinger, conservés depuis la fondation de la maison en 1829. La seconde, La Réserve, se veut valeur refuge des soubassements de l’empreinte Bollinger, à savoir une collection de plus de 3000 magnums. La mise en valeur de cette tradition qui plus est défend un intérêt, celui de mieux comprendre la complexité et la richesse de l’élaboration de ce vin d’exception. Finalement, Bollinger parvient à faire voyager dans le temps, proposant la rencontre d’arômes riches et puissants, qui, comme des épices, viennent sublimer le champagne, et ce depuis la Belle Epoque  !

Le Champagne Bollinger: l’Elegance En Bouteille

bollinger.jpg

Le fabuleux récit du champagne Bollinger débute avec Athanase de Villermont, jeune aristocrate qui hérite d’un spacieux domaine, en Champagne-Ardenne. Souhaitant affirmer le potentiel des vins de la région, il s’associe avec Joseph Bollinger et Paul Renaudin, pour fonder la société Renaudin-Bollinger & Cie, en 1829. Quelques années plus tard, alors que la Maison Bollinger doit surmonter de multiples crises économiques, Joseph reprends les rênes de l’entreprise. A sa mort, c’est son épouse Elizabeth Bollinger qui reprend le flambeau ; Elle use alors de sa grâce et de son incroyable goût pour l’excellence, pour faire perdurer l’héritage d’Ay, à travers chacun des membres de sa famille. En 1961, elle expliquait avec ardeur son attrait pour le champagne… « J’en bois quand je suis heureuse et quand je suis triste. Parfois, j’en bois quand je suis seule. Si j’ai de la compagnie, j’estime que c’est mon devoir. Si je n’ai pas faim, je joue avec, et j’en bois quand je suis affamée. Sinon, je n’y touche jamais, sauf si j’ai soif »

Depuis 2007, Jérôme Philipon, qui a lancé il y a plusieurs mois le savoureux champagne rosé non millésimé, dirige la Maison avec succès « Nous avons une image très britannique. Il y a même des Anglais qui croient que Bollinger est une marque britannique qui a été « outsourcée » en France ». Aromatique, profond et mousseux, le champagne est à la fois vif et tonique. Chic et délicat, le délicieux vin se pare de cette image sophistiquée en 1884, alors qu’il devient le champagne officiel de la couronne d’Angleterre. En 1973, c’est James Bond qui popularise le grand cru dans « Vivre et Laisser Mourir ». Quelques années plus tard, il sera à l’origine de la cuvée 007…

Un mélange d’abricot, de poire, et de mirabelle. Un assemblage de cinq grands crus : Mesnil-sur-Oger, Cramant, et Avize pour le chardonnay ; Ay et Verzenay pour le Pinot Noir. La vinification est réalisée en fûts de chêne, pour conserver la chaleur et le caractère du champagne. Expressif, il conserve entièrement sa fraîcheur. Laisser le temps s’arrêter, l’espace d’un instant, et savourez votre coupe de Bollinger.