L’Escarpin Hangisi Par Manolo Blahnik

sans_titre_10.jpg

C’est en 1970 que Manolo Blahnik croise le chemin de Diana Vreeland. Intéressée par son talent, le « Big Chief Forever » lui conseille de se concentrer uniquement sur le soulier. C’est ce qu’il fera, à partir de 1972. Cette année-là, le designer anglais Ossie Clark commanda à Manolo Blahnik la réalisation de toutes les chaussures de son défilé : c’est la révélation. Blahnik passera maître de l’art de la cambrure à la perfection, préférant imaginer des souliers au style et au confort incomparables. Pour lui, chaque chaussure se doit d’être parfaite – Manolo Blahnik se bat pour la qualité, et rien d’autre ! Et c’est ainsi que les Hangisi sont nés. Ces escarpins en satin, à talons aiguilles et à bout pointus, sont identifiables de par leur large boucle carrée ornée de strass – sans doute la création la plus luxueuse jamais créée pour les pieds. Pourtant, l’emblème Blahnik n’aurait sans doute que peu joui de cette notoriété sans une publicité d’enfer pour le chausseur plutôt discret, celle d’une Carrie Bradshaw totalement accro aux créations de Manolo.

L’équation Blahnik a tout du produit iconique : l’équilibre sophistiqué et modérée de l’ensemble du soulier élève ses créations au rang d’oeuvre complète juchée sur un talent ni trop élégant ni trop élancé. Unique en son genre, la griffe Manolo Blahnik permet tout à la fois d’obtenir une cambrure chic et sexy, et de tenir en parfait équilibre sur ses talons. Ingénieuse, la maison l’est, et c’est ainsi qu’elle s’attache à réinventer sans cesse la chaussure féminine par des formes innovantes, des mélanges de matières ou de couleurs… Madonna un jour est même allée jusqu’à décrire l’expérience comme « mieux que le sexe .» Un exercice de précision, d’équilibre, de savoir-faire et d’amour du luxe anime donc l’artiste qui, à l’instar des Dieux, veille sur notre particularité, et puis, comme lui-même le dit : « Vous n’avez pas été fabriqués en série, alors soyez unique ! »

L’escarpin Ossie de Manolo Blahnik

manolo_blahnik_r____dite_l___escarpin__ossie__en_exclusivit___pour_le_printemps__1182_north_382x.jpeg

Manolo Blahnik, « le magicien du talon haut », joue la carte du glamour en rééditant l’escarpin « Ossie ». Conçues en 1971, pour Ossie Clark, ces sandales gantent les tops de son défilé. D’inspiration champêtre, la nature ne s’est jamais trouvée aussi sexy que sur ces escarpins. Des brides en daim verte rehaussées de petits ronds rouges en forme de feuilles ornées de baies. Chic, haut perchée et fantaisiste : un jardin de bien-être.

Cette sandale a fait de Manolo Blahnik, le roi du talon aiguille, le grand vizir de la mule, un des chausseurs préférés des stars: Diane Von Furstenberg ne les compte plus, Paloma Picasso leurs est fidèle depuis l’âge de quatorze ans, Jessica Parker, la new-yorkaise de la série culte Sex and the City se disait accro, quant à Madonna, elle les trouve » aussi bonnes que le sexe…sauf qu’elles durent plus longtemps. »

Le créateur dévoile le petit secret des « Manolo », véritable œuvre d’art :  » Mes chaussures ont quelque chose que les autres n’ont pas : de la personnalité. »

Manolo Blahnik, adorateur d’Ossie Clark, raconte sa collaboration avec le célèbre designer anglais: « Il a créé une magie incroyable avec le corps et a accompli ce que la mode devrait faire : créer le désir ». Le roi des talons aiguilles rend hommage à cette rencontre, en rééditant les escarpins « Ossie » en 60 exemplaires. Disponibles dès maintenant au Printemps, elle vous rendront sexy in Paris !