Diane Kruger, de Nouveau Egérie Beauté de Chanel

posts-34.jpg

Diane Kruger a une nouvelle fois été appelée par Karl Lagerfeld, pour représenter Chanel dans sa nouvelle campagne beauté. Depuis que Marilyn Monroe a déclaré ne porter que “quelques gouttes de N°5” avant de prendre le lit, Chanel entretient une véritable histoire d’amour avec Hollywood. 

Nicole Kidman, Keira Knightley, Anna Mouglalis, Catherine Deneuve, Audrey Tautou ou encore Inès de la Fressange et Vanessa Paradis, Chanel a rapidement compris que son image était étroitement liée à celle de ses clientes. Depuis devenues des ambassadrices, puis des égéries.

Si la majorité de celles-ci se distinguent par leur grâce hors du commun ou leur élégance innée, Karl Lagerfeld n’oublie pas ce qui a fait la gloire de Gabrielle Chanel : l’audace, et l’impertinence. Elle, qui répétait souvent que “dans la mode, lorsqu’on dérange c’est que l’on a réussi”, aurait sans doute elle même choisi Lily Allen ou Alice Dellal comme égéries, si ces femmes à fort caractère et à la rébellion affichée eurent vécues à son époque. Mais si la controverse est efficace pour le prêt à porter ou les accessoires, la finesse prime pour les parfums et la beauté.

Cette année, la maison Chanel a choisi la gracile Diane Kruger, un des visages incontournables du cinéma international, pour son élégance naturelle, et la grâce d’un visage. La marque a depuis longtemps été séduite par son esprit cosmopolite et son atypique parcours artistique. Déjà en 1996 pour la campagne publicitaire du parfum Allure ; puis pour celle du sac Paris-Biarritz, photographiée par Karl Lagerfeld en 2007.

En revanche, on ne connaît encore ni le produit, ni la gamme pour lequel Diane Kruger posera. Chanel entretient le mystère, et compte, dans quelques jours, dévoiler toutes ces informations…

Le Mascara des Tapis Rouges : Diorshow Iconic Overcurl

Mascara.jpg

« Le cinéma, comme la peinture, montre l’invisible », nous dit Godard. Le cinéma, un haut-lieu de créations et de métamorphoses, né de l’instant et de l’imaginaire. Un monde dans lequel le costume enveloppe son personnage jusqu’à en extraire une essence parfaite : une icône captivante, telle une Marlene Dietrich en Lola-Lola, dans L’Ange bleu. Cet art de la transformation, celui des coulisses, Dior l’immortalise cette année par son tout nouveau mascara, le Diorshow Iconic Overcurl. Ce rimmel inédit sait s’inscrire dans la continuité du fameux Diorshow Iconic que nous connaissons depuis 2002, tout en étant révolutionnaire et novateur.

Il s’inspire du spectaculaire, du grandiose et du luxe tout droit reçus de l’aura sensuelle des actrices des années 30. Si le costume et le maquillage fascinent, les astuces et techniques make-up de l’époque passionnent également : la brosse de l’Overcurl est incurvée et de taille XXL, telle la doublure de son actrice principale et originelle qu’est, aussi surprenant soit-il, la brosse à dent. La formule du mascara est enrichie de polymères-K, dont on reconnaît le caractère tenseur, gainant et fixateur. Le pinceau alors créé, entre héritage et innovation, offre et révèle des cils à la courbe parfaite et au volume foudroyant.

L’oeil de biche est ainsi le costume parfait que Dior nous offre, un costume à la fois intemporel, naturel et indispensable : il est aussi facile à porter qu’à enlever, entre artifice divin et nudité magnifique. Le Diorshow Iconic Overcul se présente tel une seconde peau, par laquelle nous deviendrions les héroïnes de notre propre mise en scène, de notre propre histoire. Entre podium, écran et quotidien, tout se confond, tout se transforme, et l’on croise aussi bien Marilyn Monroe que Grace Kelly, sans oublier Charlize Theron. Avec l’Overcurl, la peinture de l’invisible et de l’ineffable beauté féminine est à son comble.