La Robe Architecturée Rouge Cardinal de Balenciaga de l’Automne/Hiver 2018

balenciaga_cardinal_automne_hiver_2018_icon_icon_sebastien_girard.jpg

C’est au cœur du studio 27 de la Plaine Saint-Denis que la maison Balenciaga a introduit sa collection Automne/Hiver 2018/19. Une collection très référencée où l’on lit la volonté de l’actuel directeur artistique Demna Gvasalia d’explorer ou plutôt, de confronter les lignes, volumes et pièces iconiques de la maison à son réalisme très underground. Dans une collection qui semble être une démonstration prodigieuse de maîtrise et d’intelligence commerciale, le designer géorgien signe là une flopée de silhouettes aussi désirables que praticables – des silhouettes qui, à l’instar de la N°53, puisent dans les archives nombre de leurs qualificatifs.

            Il y a là beaucoup de l’essence même du style de Cristóbal Balenciaga.  Dès sa première collection présentée à Paris en 1937, le « couturier des couturiers » impose son style « Infante ». Il est alors convaincu de l’élégance incontestable du blanc et du noir, mais voit dans le rouge la puissance et l’évocation indispensable à la flamboyance de sa couture. Cristóbal Balenciaga a fait du rouge sa couleur emblématique – une teinte directement inspirée de ses origines hispaniques. Du flamenco à la toile de Goya datant de 1800 qui dépeint le Cardinal Luis María de Borbón y Vallabriga. Mieux, il aime à superposer les volumes et les lignes pour offrir une silhouette fatale, excessive et toujours altière.

            Et c’est bien tout cela qui signe la robe architecturée rouge Cardinal de Balenciaga pour l’Automne/Hiver 2018/19. « Après deux ans à Balenciaga, j’ai voulu prendre tous les codes de la maison et les filtrer de façon à faire une esthétique et une éthique » précisait Demna Gvasalia. Les tissus traditionnels de la couture – tweeds, laine, velours – rencontrent ici les lignes d’une jeunesse underground en même temps que les volumes et les envolées Infante du fondateur… La robe architecturée rouge Cardinal est ainsi une pièce-icône bien de son temps.

La Robe Quatre Cônes Balenciaga

53fbd81404a91cff1b2fed29898d57f0.jpg

Alors que dans les années 60 s’amorce une phase révolutionnaire dans la création vestimentaire avec des silhouettes plus plates et plus géométriques, l’image de la femme apprêtée des années 50 disparaît au profit de l’invention d’un nouveau corps et d’un nouvel esprit. La nouvelle génération fait fi de la bienséance et s’oppose aux interdits bourgeois dans une époque aux changements socio-culturels importants, amenant notamment par la pilule légalisée en 1967, l’émancipation de la femme. L’audace est de mise et le couturier espagnol gagne ses lettres de noblesse dans cette frénésie empreinte de liberté.

1967, c’est aussi l’année d’une des plus belles créations du maître : la robe quatre cônes en gazar noir qui donne à voir toute l’étendue de la géométrie Balenciaga. Poursuivant ses recherches vers des formes plus épurées et abstraites, le couturier sculpte l’espace autour du corps, donnant à celui-ci une nouvelle dimensionnalité tout en redessinant l’univers de l’apparence. La robe semble simple et à la fois faite d’une architecture complexe. Quatre cônes encadrent les épaules de la femme, retenus par des bretelles en ruban de satin rebrodé de perles et strass. Issue de la « ligne sac », ainsi renommée par les journalistes, l’article « En suivant la mode » du magazine L’Officiel de Mars 1954 évoque cette allure surprenante où le corps se libère de l’extrême contrainte des corsets tout en gardant toujours le corps comme support premier permettant à la robe son maintien : « La femme 1958 a des formes menues certes, mais elle en a, car la robe « sac », sans l’appui discret de la poitrine et des hanches, serait fade ». Déjà cette mode innovante intrigue et interroge par les volumes employés en opposition à l’accumulation de matières et d’ornements.

La rigueur de cette robe se trouve ainsi dans sa radicalité, inscrivant le créateur dans l’architecture pour ses plans et dans la sculpture pour sa forme d’après Olivier Saillard, commissaire d’une exposition consacrée à cet homme en 2012 au Palais Galliera. Ainsi pourrait-on parler d’un artiste à travers son œuvre de gazar noir car tout comme les avant-gardiste, il part de ce qui a été, s’inspirant des costumes folkloriques dans les premiers temps pour parvenir à l’épure du trait avec cette robe, tout comme a pu procéder un peintre figuratif parvenant au fil de se recherches à l’abstraction. Le parallèle d’Olivier Saillard avec le célèbre peintre espagnol Picasso semble ainsi trouver l’écho d’une mode exigeante miroir d’un Guernica ne niant pas le passé tout en recomposant une nouvelle réalité.