La Mini Robe Ceinturon Versace de l’Automne/Hiver 2018/19

versace-dress-fall-winter-2018-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

La signature Versace mêle depuis longtemps inspirations rock’n’roll et glamour opulent, coupes sulfureuses et attitude frondeuse. Pour la saison Automne/Hiver 2018/19, Donatella Versace poursuit un peu plus l’hommage rendu à son frère lors de sa dernière collection — le résultat est évidemment bluffant. Mais Donatella Versace s’extirpe du piège de l’hommage et parvient à injecter une fois encore, une forte dose de contemporanéité à des looks éminemment Versace. Exubérance, couleurs et noir heureux, les silhouettes Versace osent tout. 

En vedette, la Mini Robe Ceinturon coupée dans un cuir glacé. Pièce sulfureuse et incroyablement sexy, la robe moulante reprend l’équation phare de Versace — une forte dose de noir et un drapé très affirmé. De son vivant déjà, Gianni Versace aimait à signer ses pièces d’influences SM, et d’un noir profond. Suite à l’une de ses collections les plus réussies, le fondateur de la maison à la Médusa indiquait : « J’ai fait du noir, mais mélangé avec du rouge, du jaune, du vert et de l’orange – chaque couleur se marie bien avec le noir. C’est un noir très, très heureux. »

Donatella est ici parvenue à référencer sans décalquer l’œuvre Versace. Cette Mini Robe Ceinturon, la reine de la mode l’a dédiée à ces femmes « osant parler librement et s’élever de la foule par le choix de leur style (…), qui n’ont pas peur d’emprunter leur propre voie… » Une pièce qui, avec sa large ceinture à boucle Versace sublimera assurément stars et célébrités sur le tapis rouge. À vrai dire, la maison Versace n’a pas son pareil à ce propos — nulle autre griffe ne peut assurer un tel pouvoir à une femme. Qu’il s’agisse d’aura, ou de séduction. 

La Party Dress Versace de l’Automne/Hiver 2018/19

versace-party-dress-gigi-hadid-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

Les archives de la maison Versace sont une source intarissable de silhouettes, de mode et d’attitude. Il faut dire que le clan fut à l’avant-garde du glamour opulent des années 80 et 90. Ainsi, lorsque Donatella présentait à Milan la première collection post-hommage rendu à son frère la saison dernière, Versace n’a pas hésité à actualiser nombre de pièces iconiques. Et il s’agit bien de les actualiser puisque, sur les épaules de Gigi Hadid, la Party Dress Versace conjugue glitter et franges colorées pour une allure très 2018. 

Au cœur du Palazzo Reale, l’ancien palais royal de Milan, la collection de l’Automne/Hiver 2018/19 mettait ainsi en vedette les diverses facettes de la femme. « Ce que je voulais montrer avec cette collection, ce sont les différentes femmes Versace à travers les années et aujourd’hui » a révélé Donatella Versace lors d’une avant-première de la collection. Et parmi ces femmes, on retrouve évidemment la party girl ! 

Déjà dans les années 90, Gianni Versace bouscule les codes des défilés en présentant ses collections sur des podiums animés dans une atmosphère très festive. Ensuite, il y a Donatella elle-même — véritable party-girl, elle puise l’énergie, le style et l’attitude des femmes et des hommes qu’elle croise dans les clubs new-yorkais. Ainsi, si le sex-appeal Versace est assurément un classique de la maison, il n’est rien sans l’art et la manière de composer des robes, certes over-sexy et colorées, mais éminemment glamour ! La robe ici portée par Gigi Hadid a tout de cette équation — l’embellissement frangé, les sequins, les couleurs qui s’entrechoquent… Voici une pièce à acquérir d’urgence tant l’atmosphère festive des années 80 et 90 semble plus que jamais d’actualité ! 

La Robe Vestale de Versace

vestale.jpg

« Nous avons voulu montrer le côté plus doux de Versace. » Habituellement conquérante car sexy, Donatela Versace fait cette fois le choix de glisser sa femme dans des robes juvéniles, où découpes et décolletés audacieux érigent un corps au summum de sa subversion. Sur un podium consciencieusement constitué de 25 000 orchidées capturées dans un verre transparent, les créations Ateliers Versace défilées pour une collection haute couture décrite comme « un drame éthéré de déconstruction et de bords francs somptueux. Ce sont les passions d’une femme, exposées et sublimées. » Peut-être plus romantique, surement plus romanesque, la femme Versace s’amuse ici de son charme dans des robes follement gracieuses, et incroyablement stylisées.

Dans une profusion de couleurs pastel et de mousseline de soie, la féminité Versace est d’une subtilité rare. Les ourlets de nombreuses tenues étaient ainsi effilochés, conférant un aspect flou, romanesque et poétique. En fait, Donatela Versace refusait cette saison de céder aux sirènes du ton sur ton. Et c’est ainsi que dans un tissu long et vaporeux subtilement teint dans un turquoise doux, le bustier de la robe se mue en un corset aux coupes verticales, dur et graphique. Des découpes psychédéliques réalisées dans des pans de robe fluides, voici comment l’héritage de Gianni Versace refait surface : dans une note sage mais déconstruite, les vestales d’aujourd’hui n’oublient en rien la subtilité des défis du monde qui les entoure.