Le Parfum Bois d’Argent par Christian Dior

dior.jpg

« On n’imagine pas à quel point créer un parfum demande du savoir-faire et de la précision. Le processus créatif est si prenant, si exigeant, que je me sens autant Parfumeur que Couturier. » Dès 1947, Christian Dior bouleverse et retourne les codes de la silhouette avec sa première collection couture. Dès 1947 aussi, l’artiste du vêtement assume de parfumer les salons de son premier parfum, l’éternel Miss Dior. Couturier Parfumeur, dès ses débuts Monsieur Dior voit dans le parfum un supplément d’allure, la « finishing touch », ce je-ne-sais-quoi qui fait la différence. En 2015, comme un hommage à la vocation visionnaire de la maison, le nez François Demachy imagine une collection d’eaux singulières, où l’on embouteille le New Look, où l’on voyage vers les maisons chères à Christian Dior, de Granville à Milly-la-Forêt, où l’on croise celle qui fut sa muse, Mitzah Bricard…

Aussi, constante dans l’histoire de la Parfumerie Dior, l’utilisation des notes florales se fait également le fil conducteur de cette collection. De l’Oriental à la Cologne, du féminin au masculin, chacune des onze fragrances est composée avec les matières les plus nobles et les plus précieuses de la parfumerie. Ces parfums, fabriqués et conditionnés à la main, furent manufacturés comme des artefacts, suivant scrupuleusement tout le savoir-faire et l’expertise des ateliers de la maison. « Des matières rares, des parti-pris olfactifs osés, une création sans limite… Cette collection est le reflet d’une liberté que seul le vrai luxe peut permettre » résume François Demachy. Parmi ses senteurs, Bois D’argent souffle un vent intime et intimiste. Un parfum laissant sur son passage flotter des notes enveloppantes et singulières. Au cœur de ce bois, l’Absolu d’Iris de Florence, véritable fantasme de parfumeur, répand ses senteurs poudrées, à peine boisées, dans le ton d’un accord sensoriel ambré, épicé autour de l’Encens du Yémen et la Myrrhe de Somalie. A l’instar des mots de son compositeur, « Bois d’Argent se dessine comme un trait… Epuré, extrêmement contemporain. C’est un parfum qui, sous sa tendresse, cache une composition de haute précision. »

L’Oeuf en Chocolat de Tian-Long, signé du Chef Michaël Bartocetti 

chocolat.jpg

 Il est des artistes qui n’en oublient tout l’intérêt de leur art et, dans une visée purement altruiste, mettent au monde des trésors à la croisée des cultures… C’est ainsi que Michaël Bartocetti a puisé son inspiration à la croisée de l’Orient et de l’Occident, pour insuffler à son œuf de Pâques des notes de Chine et du soleil-levant. Baptisée Fils du dragon Tian-Long de Chine, ou Dragon du Ciel, le gardien des demeures divines devient aujourd’hui l’ancre d’un œuf de Pâques réalisé comme le parfait symbole de l’héritage sino-français omniprésent dans les murs de l’ancienne demeure du Prince Bonaparte.

Le Dragon du ciel est l’allégorie même de l’élévation vers un état supérieur – figure de sagesse, de force et de bonheur. Et l’œuf de Tian-Long se présente de la même façon : un onctueux mélange de la puissance du chocolat allié à la finesse du gianduja. Ce chocolat noir Caraïbe 66%, aux notes de fruits secs grillés, rondes et épicées, imprègne une longueur en bouche exceptionnelle, et légèrement boisée ! Dans l’enceinte d’une demeure d’un temps perdu, la dégustation harmonieuse débute par la fine couche de gianduja noisette – une touche de douceur sucrée pour un croquant délicatement cacaoté. Composé de plus de 200 écailles posées individuellement, puis recouvert d’un voile d’or, l’œuf émerveille de par la délicieuse complexité de sa composition. Fruit de l’esprit vif du Chef Pâtissier, le Dragon du ciel est une véritable invitation à l’envol de l’imaginaire.

La Collection de Noël State Of Gold Par Dior

dior2_2.jpg

State of Gold fut imaginé pour ces femmes à l’aura magnétique, ces femmes qui, d’un regard, peuvent renverser le monde, avec élégance, grâce et assurance. Cette femme, c’est celle pour laquelle Peter Philips signe ce Noël la précieuse palette Or de Dior. Pour cette héroïne moderne, le directeur artistique de la cosmétique de la maison Dior propose un nouvel éclat à fleur de peau, inspiré par le nouvel esprit du luxe, feutré nuancé, secret… La palette State of Gold célèbre ainsi les reflets acier du noble métal ; une variation autour de l’or dans une nouvelle expression du luxe selon Dior. C’est ainsi que Peter Philips fait le choix d’associer à l’or l’emblématique gris de Monsieur Dior. A l’ivoire, l’artiste joint le platine qui diffuse ainsi un éclat délicat. Au rouge intemporel, il a l’audace d’opposer le fuchsia. State of Gold expose ici une beauté en tension, infusée de doré où le violine et le cuivré donnent la réplique aux doux pigments d’un tilleul ou d’un rose baby pink !

Il y a dans cette collection de Noël l’idée d’ornement et de raffinement extrême. Le résultat ? Une ultra-féminité au bout des doigts. Délivrant un éclat subtil, le vernis Diorific mue les ongles en de véritables joyaux. Le vernis State of Gold compose, lui, des paillettes aux reflets platine et or. Quatre autres teintes viennent ainsi compléter cette série de Noël : un vernis prune, intense, qui exhale un parfum de “Mystère” ; un rouge ardent qui déchaîne la “Passion”, un rose baby pink qui invite au “Secret” ; et enfin, la teinte vedette, le “gris-or”, nuance qui comme nulle autre change au gré de la lumière… Une envoutante palette chromatique à mettre sous tous les sapins !

Les Diamants Cartier

“Les diamants encouragent les exploits les plus audacieux et inspirent les rêves les plus fous. Ceci porte témoignage aux diamants Cartier. Inondés de lumière, ils éclairent chaque vie qu’ils touchent avec un éclat qui ne s’estompe jamais. »

La Collection de Noël State Of Gold Par Dior

dior2.jpg

State of Gold fut imaginé pour ces femmes à l’aura magnétique, ces femmes qui, d’un regard, peuvent renverser le monde, avec élégance, grâce et assurance. Cette femme, c’est celle pour laquelle Peter Philips signe ce Noël la précieuse palette Or de Dior. Pour cette héroïne moderne, le directeur artistique de la cosmétique de la maison Dior propose un nouvel éclat à fleur de peau, inspiré par le nouvel esprit du luxe, feutré nuancé, secret… La palette State of Gold célèbre ainsi les reflets acier du noble métal ; une variation autour de l’or dans une nouvelle expression du luxe selon Dior. C’est ainsi que Peter Philips fait le choix d’associer à l’or l’emblématique gris de Monsieur Dior. A l’ivoire, l’artiste joint le platine qui diffuse ainsi un éclat délicat. Au rouge intemporel, il a l’audace d’opposer le fuchsia. State of Gold expose ici une beauté en tension, infusée de doré où le violine et le cuivré donnent la réplique aux doux pigments d’un tilleul ou d’un rose baby pink !

Il y a dans cette collection de Noël l’idée d’ornement et de raffinement extrême. Le résultat ? Une ultra-féminité au bout des doigts. Délivrant un éclat subtil, le vernis Diorific mue les ongles en de véritables joyaux. Le vernis State of Gold compose, lui, des paillettes aux reflets platine et or. Quatre autres teintes viennent ainsi compléter cette série de Noël : un vernis prune, intense, qui exhale un parfum de “Mystère” ; un rouge ardent qui déchaîne la “Passion”, un rose baby pink qui invite au “Secret” ; et enfin, la teinte vedette, le “gris-or”, nuance qui comme nulle autre change au gré de la lumière… Une envoutante palette chromatique à mettre sous tous les sapins !

Le Parfum Bois d’Argent par Christian Dior

bois.jpg

« On n’imagine pas à quel point créer un parfum demande du savoir-faire et de la précision. Le processus créatif est si prenant, si exigeant, que je me sens autant Parfumeur que Couturier. » Dès 1947, Christian Dior bouleverse et retourne les codes de la silhouette avec sa première collection couture. Dès 1947 aussi, l’artiste du vêtement assume de parfumer les salons de son premier parfum, l’éternel Miss Dior. Couturier Parfumeur, dès ses débuts Monsieur Dior voit dans le parfum un supplément d’allure, la « finishing touch », ce je-ne-sais-quoi qui fait la différence. En 2015, comme un hommage à la vocation visionnaire de la maison, le nez François Demachy imagine une collection d’eaux singulières, où l’on embouteille le New Look, où l’on voyage vers les maisons chères à Christian Dior, de Granville à Milly-la-Forêt, où l’on croise celle qui fut sa muse, Mitzah Bricard…

Aussi, constante dans l’histoire de la Parfumerie Dior, l’utilisation des notes florales se fait également le fil conducteur de cette collection. De l’Oriental à la Cologne, du féminin au masculin, chacune des onze fragrances est composée avec les matières les plus nobles et les plus précieuses de la parfumerie. Ces parfums, fabriqués et conditionnés à la main, furent manufacturés comme des artefacts, suivant scrupuleusement tout le savoir-faire et l’expertise des ateliers de la maison. « Des matières rares, des parti-pris olfactifs osés, une création sans limite… Cette collection est le reflet d’une liberté que seul le vrai luxe peut permettre » résume François Demachy. Parmi ses senteurs, Bois D’argent souffle un vent intime et intimiste. Un parfum laissant sur son passage flotter des notes enveloppantes et singulières. Au cœur de ce bois, l’Absolu d’Iris de Florence, véritable fantasme de parfumeur, répand ses senteurs poudrées, à peine boisées, dans le ton d’un accord sensoriel ambré, épicé autour de l’Encens du Yémen et la Myrrhe de Somalie. A l’instar des mots de son compositeur, « Bois d’Argent se dessine comme un trait… Epuré, extrêmement contemporain. C’est un parfum qui, sous sa tendresse, cache une composition de haute précision. »

Tod’s Italian Notes

tods_italian_notes-_roma_1.jpg

Tod’s s’est saisi de l’ADN de l’Italie pour lui rendre hommage. Dans sa nouvelle application « Italian Notes », la maison offre un voyage à travers l’Italie… De Milan la grandiose, en passant par Venise la délicate, Siena, Bologne l’antique ou Florence la rêveuse, c’est ainsi tous les secrets de ces villes qui sont enfin révélés. En réalité, Tod’s a pour ambition de répondre à la question : comment vivre ? Dans un pays où la douceur de vivre est l’essence même du style, les amis, aficionados, ou personnalités aimées de Tod’s acceptent de partager leur endroit adoré – parfois inaccessible… Le long de ces chemins de traverses divulgués par les locaux, Italian Notes devient l’application idéale pour tous ceux venus chercher en Italie le style et le bon goût que le monde lui envie.

Le style à l’italienne est simplement une question de racines et de traditions, de culture et de personnalités… Dans ce monde, aucune distinction n’est faite entre le travail et le loisir, puisque les deux sont vécus avec la même passion… Avec un esprit cosmopolite et grand ouvert sur le monde, l’application Italian Notes dévoile ainsi les lieux les plus magiques de l’Italie… Un restaurant perché sur les rochers, des artisans centenaires, des tailleurs ou des couturiers – tout se résume à l’élégance… Et c’est précisément à ce lifestyle que Tod’s s’est depuis toujours associé ; une façon d’être qui se retrouve dans l’élégante décontraction du mythique Gommino ou encore de la nouvelle sneaker et du moc à la semelle sneaker…

La Montre Boy.Friend de Chanel

bfchanelsmall.jpg

Il n’est sûrement pas d’autre garde­-temps dans la grammaire de la maison de la rue Cambon qui reflète aussi bien l’attitude boyish de sa fondatrice que la nouvelle Boy.Friend. Cette attitude, on raconte que c’est à son grand amour Arthur Capel – décédé brutalement en décembre 1919 – qu’elle la doit. Lui qu’elle surnomma “Boy“… Les neuf années passées à ses côtés ont suffi à forger la gimmick styliste des créations de Gabrielle : ce fut d’abord le N°5, parfum né du manque et de l’absence de son aimé, après son décès survenu deux ans auparavant. Chanel apaisera aussi sa peine dans la spiritualité : « Je crois à la quatrième dimension, et à une cinquième (…) C’est né d’un besoin d’être rassurée, de croire que l’on ne perd jamais tout et qu’il se passe quelque chose de l’autre côté. »

Aujourd’hui, la maison Chanel rappelle l’idée en dessinant un garde-­temps inscrit dans le vocabulaire horloger de la maison. Avec sa sobriété, son esthétique épuré et sa forme identifiable, la Boy.Friend porte en elle l’art de twister aux éléments du vestiaire masculin un dessin tout à la fois classique et contemporain, puisque c’est à la Première qu’elle emprunte ses courbes. C’est tantôt dans un format XL de 37 x 28,6 mm, tantôt dans un format Large de 34,6 x 26,7 mm que la boîte incurvée révèle une nouvelle dimension esthétique. Soulignée par de nombreux angles biseautés et des finitions satinées et polies, deux couleurs d’or, blanc ou beige, des diamants ou non, mettent en lumière un garde­temps à la forme oblongue et dépouillé de chiffres.

Voilà que les questions de l’allure, de l’équilibre, de la proportion et les détails sont résolues. En adoptant une attitude masculine presque virile, la Boy.Friend bouscule et transforme l’académisme de l’horlogerie féminine. C’est en effet reliée à un bracelet en alligator Mississipiensis que la Boy.Friend vient enserrer et boucler le poignet de ces belles, éveillant par là même le charme de l’allure garçonne. En plongeant dans les archives de la bouleversante mort du grand amour de Gabrielle, Chanel dépouille le temps de ses chiffres et, dans une dernière pirouette, respecte la spiritualité salvatrice de la Dame aux Camélias qui un jour s’est dit « qu’il suffit de porter quelque chose au poignet pour avoir confiance en l’avenir. » Déclinée en six versions toutes plus désirables les unes que les autres, la montre Boy.Friend est à découvrir dès le 1er septembre prochain.