La Coupe du Toit du Monde

cdm_iconicon_2.jpg

Au delà de la gloire et de la reconnaissance internationale du milieu footballistique, c’est bien après le trophée de la Coupe du Monde de Football que soupirent les joueurs de chaque équipe nationale engagée dans la compétition reine du football mondial. Une statuette mesurant 36,8 centimètres de haut pour un total de 6,175 kilogrammes, entièrement faite d’or 18 carats, voilà l’objet de toutes les convoitises. Celle-ci repose sur une base de 13 centimètres de diamètre incrustée de deux couronnes de malachite, portant en son sein les noms et années de chaque nation championne du monde depuis 1974. Cette icône représentant deux athlètes soulevant la terre est œuvre de l’artiste italien Silvio Gazzaniga. Ce sculpteur contemporain originaire de Milan décrit sa création avec la même passion qu’un attaquant au point de penalty, « De la base jaillissent des lignes qui s’élèvent en spirale pour s’ouvrir et recevoir le monde. Les silhouettes de deux sportifs transcendés par la victoire naissent de la remarquable dynamique de la base massive de la sculpture ».

Cependant, la compétition existant depuis 1930, le trophée de Silvio Gazzaniga ne fut commandé, et choisi par la FIFA parmi 53 maquettes soumises par des experts, que pour la dixième édition de l’épreuve. Le « trophée du vainqueur de la Coupe du Monde de Football de la FIFA », récompense à la renommée planétaire, titre le plus éminent et le plus illustre n’est somme toute pas le premier trophée à avoir existé. Durant les 40 premières années suivant la création de la compétition, les vainqueurs recevaient le trophée « Jules Rimet ». Ce trophée représentant la première génération fut nommé en hommage au personnage initiateur de la Coupe du Monde. Réalisé par le sculpteur-graveur français Abel Lafleur en 1946, il représentait la déesse de la victoire tenant un calice octogonal au-dessus d’elle, le tout en or reposant sur un socle de pierres fines. Le trophée « Jules Rimet » connut une histoire quelque peu mouvementée. En 1966, la coupe fut volée durant la Coupe du Monde en Angleterre avant d’être retrouvée avant la fin de la compétition dans un jardin de banlieue par les limiers de Scotland Yard. L’équipe nationale du Brésil ayant remporté la coupe en 1958, 1962 et 1970, eut l’honneur et le privilège, en adéquation avec le règlement de la FIFA de repartir avec la coupe dans ses bagages. Cependant la coupe fut de nouveau ravie en 1983 dans les locaux de la Confédération Brésilienne de Football à Rio de Janeiro par des hommes encagoulés sans jamais être retrouvée, car elle fut de toute évidence fondue dans les favelas.

Le trophée de la Coupe du Monde contrairement à l’ancien trophée « Jules Rimet » est la propriété permanente de la FIFA. Depuis 1974, les équipes gagnantes peuvent conserver en mémoire de leur sacre une copie plaquée or du trophée original.  Pour la coupe du monde 2014 qui a lieu au Brésil, le trophée a entamé un tour du monde pour être exposé sous une cloche de verre afin que les supporters puissent la voir et se prendre en photo avec. Néanmoins, seuls les anciens champions du monde et les chefs d’état ont l’immense privilège de pouvoir la toucher. C’est le 13 juillet prochain, que le trophée de la Coupe du Monde sera de nouveau brandi à la suite de la finale dans le stade Maracanã de Rio de Janeiro. Ensuite, il retournera attendre son heure durant 4 ans avant le prochain plus grand rassemblement footballistique mondial, faisant rêver tout amateur de ballon rond.