La Chaîne et Chanel, un Code Iconique pour un Style Eternel

montre-premiere-chanel-icon-icon-sebastien-girard.jpg

Coco Chanel a su comme nulle autre capter l’air et l’esprit de son temps. Petite robe noire, œillets, chaînes tressées en cuir et laiton, fermoir Mademoiselle et 2.55… On ne compte plus les pièces iconiques du vestiaire encore actuel de la Dame aux Camélias. Au fil de ses inspirations, il en est une qui souvent a servi l’aplomb, l’audace et la pertinence de ses créations – c’est dans les chaînes que se forgent en réalité tout le style Chanel. Il y a d’abord cette phrase tant entendue par ceux l’ayant côtoyé. « Je connais les femmes. Donnez-leur des chaînes, les femmes adorent les chaînes ! »  Intriguée par cet entremêlement de maillons dont la fin n’est qu’illusion, Coco Chanel comprend très vite qu’une chaîne est bien plus qu’un accessoire – c’est un outil idéal pour « plomber » sa couture. Un des nombreux secrets de la veste Chanel réside d’ailleurs dans sa doublure…

            En soie, celle-ci cache en effet une fine chaînette qui donne une verticalité et un tombé impeccable au vêtement. Un détail de sophistication rare qui reste la véritable signature de Chanel. En 1955, lors de son grand retour d’après-guerre, Mademoiselle imagine là encore un objet de désir éminemment libérateur. Le 2.55, mythique sac matelassé s’accompagne d’une chaîne en or. Brigitte Bardot, Catherine Deneuve ou Romy Schneider, toutes libèrent leurs mains par son porté bandoulière. Maillon mythique de la maison, la chaîne a en effet toujours ponctué les plus belles créations Chanel. Ainsi, bien plus tard, Karl Lagerfeld jouera là encore de ces chaînes…

            En 2016, c’est sur une chemise en tulle noir que le Kaiser réinterprète les chaînes – celles-ci venant s’enrouler autour du tissu dans la collection Haute Couture Printemps/été 2016. Et du côté de la Haute Horlogerie et Joaillerie Chanel, on retrouve souvent le code iconique repris dans une grammaire encore plus noble. Déclinée sous forme de bijoux, de bracelets et de sautoirs, la chaîne pensée par Gabrielle a aussi donné naissance à la montre la plus appréciée au monde : la Première. Autour du poignet, l’entrelacement rond et brillant lègue une douceur venant contraster avec les lignes octogonales du cadran du garde-temps imaginé en 1987. Une pièce aussi forte que sensuelle, moderne et déterminée – oui, les chaînes sont à la maison Chanel un code iconique forgeant ce style éternel.

 

Les Chaines de Chanel en Quelques Dates Clés :

1954 à 2018 : Depuis la création de la veste de tailleur, la maison à toujours gardé son savoir-faire c’est-à-dire, le chaîne dans le bas de la veste, ceci pour assurer un tombé parfait. De plus, on les retrouve à chaque nouvelle collection sur les anses des sacs.

Printemps-Eté 2018 : La chaîne est mise à l’honneur dans cette nouvelle collection Haute couture puisque qu’on les retrouve dans de nombreuses tenues qu’elles ornent.

Collection Automne-Hiver 2017-2018 : Dans un décor futuriste, le Kaiser revisite sans cesse les produits iconiques de la marque. On a pu apercevoir dans le défilé prêt à porter un sac « réchauffe main » garni de l’éternelle chaîne de la marque.

Décembre 2017 : Défilé des Métiers d’arts à Hambourg dans lequel on peut voir en ouverture un mannequin porter une création de Karl Lagerfeld : Le sac accordéon qui est maintenu par une chaîne.

Mai 2017 : Collection croisière dans lequel on retrouve différentes formes de sacs mais ils ont tous une similarité : l’iconique chaîne.

Mai 2016 : Kristen Stewart porte au festival de Cannes une montre première en or jaune Chanel Horlogerie.

3 Mai 2016 : Défilé Cruise 2016-2017 à Cuba dans lequel on retrouve la fameuse chaîne portée comme ceinture par les mannequins.

Printemps-Eté 2016 : Défilé Haute couture, Karl Lagerfeld revisite les chaînes sur une chemise en tulle noir ou les chaînes viennent s’enrouler.

2016 : La montre première fait peau neuve puisque sur la chaîne est venu se rajouter une lanière de cuir, celle-ci s’appelle la « première rock ».

Collection Prê- à-Porter Automne-Hiver 2015-2016 : La collection Automne Hiver est toujours un moyen pour le Kaiser de revisiter les chaînes à sa façon, cette fois ci ne déroge pas et nous retrouvons les chaines autour des cous des mannequins sous forme de ras-de-cou mais aussi et toujours sur les anses des sacs à main. Enfin, on les retrouve sous forme de motifs sur une jupe et sur un manteau.

Collection Haute couture Automne-Hiver 2015-2016 : Dans ce défilé qui s’est tenu dans un casino, une pièce fait référence aux chaînes : une robe qui en est ornementé et dont les chaînes font office de manches.

Décembre 2014 : Défilé Métiers d’arts à Salzbourg dans lequel Karl Lagerfeld est venu imaginer des bracelets de cuir sur lesquels vient se greffer une chaîne de métal.

Défilé Automne-Hiver 2014-2015 : Cara Delevingne ouvre le défilé avec autour du ventre une montre première. Dans ce même défilé qui a pour thème le supermarché on peut voir un mannequin défilé avec un panier de courses ornementé de chaînes Chanel à 1.30’ , le panier est décliné en plusieurs formats. Les chaînes sont mises au premier plan et on les retrouve dans de nombreuses tenues, en bijoux sur les chaussures et sur les sacs.

Automne-Hiver 2013-2014 : On retrouve sur ce défilé Haute couture des motifs qui nous font penser aux chaînes mythiques de la maison.

Automne Hiver 2012-2013 : Défilé Prêt à porter qui donne l’accent sur la chaîne puisque dès la première entrée nous pouvons découvrir une paire de bottines très rocks munies de nombreuses chaines.

2013 : Nouvelle montre première de Chanel : celle-ci est composé de la chaîne du 2.55 mais son profil s’affine.

2012 : Création de la montre première Triple tour de Chanel, beaucoup plus fine que la « première » classique, celle-ci est composé d’un bracelet maillon il rappelle celui du 2.55.

Automne-Hiver 2011-2012 : Le tailleur tweed est bordé de chaînes dans ce défilé de prêt-à-porter de la maison de la rue Cambon

 Haute couture Automne-Hiver 2011-2012 : La même année le Kaiser borde son tailleur tweed de grosses chaînes ce qui lui donne un côté rock.

2010 : Création du « Boy Bag » qui se voit agrémenté des chaines de la maison.

2008 : Création par la maison Chanel de la gamme « Chaîne » dans sa collection de montures. Madonna est l’une des première à les adopter.

Printemps-Eté 2007-2008 : La chaîne se fait toute fine et légère sur une robe du défilé prêt-à-porter de la maison Chanel. Par ailleurs, la chaîne est aussi porté comme sautoir bicolore ou en or par les mannequins.

1987 : Création des premières montres de la maison Chanel, elles se nommeront « première » par Jacques Helleu. La montre Première est composée de la chaîne du 2.55.

1980 : Karl Lagerfeld fait épaissir les chaînes du 2.55 afin de le remettre au goût du jour.

1955 : Création du 2.55 avec ses mythiques chaînes.

1954 : Réouverture du magasin de la rue Cambon et avec elle une nouvelle collection dans laquelle on découvre pour la première fois la veste en tweed qui est agrémenté de chaines pour un tombé parfait cousue dans la doublure de soie.

Les Sacs Boy, 11.12 et Gabrielle Chanel en Campagne avec Kaia Gerber

2018-handbags-ad-campaign-pictures-by-karl-lagerfeld_icon_icon_sebastien_girard.jpg

Pour introduire au public sa collection inédite de sacs Chanel Printemps/Eté 2018, Karl Lagerfeld a choisi de capturer l’aura et l’allure sans pareille de Kaia Gerber. La fille du top model Cindy Crawford incarne ici la femme Chanel — ou plutôt la relation, l’histoire et la passion entre une femme et son sac, fidèle compagnon parmi les fidèles. Il faut dire qu’un sac Chanel renferme un univers ; d’un 2.55 se dégage toujours une émotion, des souvenirs, une authenticité. Pour cette campagne, le directeur artistique de la maison de la rue Cambon a ainsi figé l’image de Kaia Gerber au cœur même de l’appartement de Gabrielle Chanel. 

Sur ce mythique canapé en daim couleur fauve, Coco avait l’habitude d’être entourée de ses mannequins ou de ses amis intimes… Cette fois, Kaia Gerber prend la pose devant l’objectif du Kaiser pour raviver la légende même de Chanel. Et les clichés sont un concentré de rêve — en même temps qu’ils mettent en vedette les nouvelles pièces sensationnelles de la collection Printemps/Eté 2018, les photos de la campagne Chanel illustrent une humeur, un chic, une élégance… 

Minutieusement façonnées, les pièces sont aussi l’illustration même de l’histoire de la maison. Car cette campagne met avant tout l’accent sur la diversité des sacs Chanel. Le sac 11.12, tantôt en tweed richement brodé ou ludique dans son corps de PVC coloré transparent, se fonde naturellement à l’atmosphère éternelle de l’appartement de Chanel. Le Boy quant à lui, témoigne de l’attrait de Coco pour le masculin/féminin… Dernier né des sacs de la Maison, le Gabrielle est lui aussi présent ici. Son volume et sa souplesse ainsi posés sur une base rigide viennent le distinguer des autres pièces de la maison. Avec une campagne composée comme un manifeste de mode, Karl Lagerfeld conte l’histoire d’un accessoire devenu indispensable — l’histoire d’une femme, de toutes les femmes. 

Quand le 2.55 est devenu le Timeless Classic

timeless-classic-1988-icon-icon-sebastien-girard.jpg

Signature incontestable de l’esprit et du style Chanel, le sac 2.55 est né de la volonté de Gabrielle de libérer un peu plus les mouvements de la femme. Et cette fois, ce sont les mains qu’elle rend libres de faire ce qu’elle désire. Toujours encombrée par ses sacs portés main, les voilà allégées et, cette révolution prend le nom de sa date… Le sac 2.55 est en effet né en Février 1955. Très vite, la pièce devient un objet (de) culte pour de nombreuses femmes. Jackie Kennedy et Elisabeth Taylor l’arborent tous les jours. Mais à la mort de la fondatrice de Chanel, la maison tombe en désuétude. Il faut attendre 1983 et l’arrivée de Karl Lagerfeld pour que la belle endormie retrouve toute sa pertinence.

            Les années qui suivent sont véritablement celles de la transformation de la maison – Chanel est comme mise au pas de son époque. Mieux, avec Lagerfeld, la maison bientôt se fait prescriptrice de tendances. Et notamment à l’heure des logos. Le nouveau directeur artistique frappe fort et, rapidement, le monde de la mode et les néophytes perçoivent chaque pièce Chanel comme le graal absolu. Exemple le plus probant, la réinterprétation du mythique sac 2.55 qui devient le Timeless Classic. Comment ? En troquant son fermoir « Mademoiselle » pour un logo double « C » entrelacé, nouveau signe de ralliement des aficionados de la maison de la rue Cambon. La pièce pratique est alors sur le point de devenir l’icône d’une nouvelle ère.

             Dans sa nouvelle jeunesse, la chaine se modifie aussi et arbore une lanière en cuir tressé. Tel un sceau sur un bijou, les doubles C sont coulés en plaqué or 3 microns – une fermeture des plus précieuses qui renferme une série de sept poches. Une pour y glisser son rouge à lèvres, une autre sur le revers du rabat, faite pour protéger les moindres secrets de celle qui considère désormais leur sac comme indissociable de leur personne… À l’intérieur, la couleur Burgundy signe l’ultime héritage de la pionnière Chanel, puisque cette teinte est celle des uniformes du couvent où Gabrielle fut élevée. Ainsi, le Timeless Classic est venu renforcer la tradition du 2.55, avant de devenir un véritable succès international !

 

Les Exclusifs de Chanel : Les 15 Flacons Miniatures

ch_5.jpg

N°22, Gardénia, Beige, 28 La Pausa, Jersey, Bois des Iles, N°18, 31 rue Cambon, Sycomore, Cuir de Russie et bien d’autres… sont ici égrainés tant de chapitres de l’histoire de la maison Chanel qu’il est évident de remarquer qu’ils réservent encore bien des secrets. Les Exclusifs de Chanel composent ainsi un coffret découverte où 15 miniatures des senteurs emblématiques de la griffe se dévoilent sous un jour nouveau.

Eau de Cologne,1932, Misia, Bel Respiro, ce sont en réalité quinze témoignages uniques d’une histoire faite d’amour, de pertes, de succès et de mystères qui sont rassemblés dans cet écrin. Toujours comblée d’élégance, l’épopée de Coco Chanel devient donc un voyage olfactif, avec ses lieux légendaires et les références qui l’ont toujours suivies. Créés entre 1922 et 2016, ces quinze jus, rares et singuliers, regroupent les matières les plus nobles afin de célébrer tour à tour les hespéridés, les boisés, les floraux, les orientaux… Le tout capturé dans une élégance simplifiée :un coffret écrin aux lignes épurées.

Le Matelassé Chanel

smallmatchan.jpg

L’histoire même de Coco Chanel est empreinte de mystères et de non-dits, des secrets qui, n’entraînant que suppositions, ont forgé la légende de la Dame aux Camélias. Il en est de même pour le matelassé. Elle l’utilise pour la première fois lors de la conception de son sac emblématique, le 2.55 – rien n’est dit sur sa véritable inspiration. Une fois de plus, c’est de Chanel dont on doit faire l’éloge, puisque Gabrielle a fait de l’un des codes de la maison de la rue Cambon, un sceau intemporel de la garde-robe féminine. Certains disent que le matelassé en losange surpiqué lui a été inspiré par les vestes des lads et des jockeys qu’elle croisait sur les champs de courses. D’autres diront que ce sont les tapis des chevaux qui attirèrent son attention. D’aucuns s’entendent à dire qu’elle n’a pas eu à franchir la porte de son appartement, puisque les coussins de son sofa auraient suffi à faire émerger l’idée. On a aussi avancé l’hypothèse que les losanges faisaient référence aux vitraux de l’abbaye d’Aubazine dans laquelle Gabrielle Chanel fut élevée. Aucune de ces idées n’a été confirmée ; mais aucune n’en est pour autant absurde. On peut imaginer qu’un élément marquant de sa vie l’ait mis sur ce chemin, mais lequel ? Il n’y a que Mademoiselle qui le sait.

S’il a fait son entrée dans la maison de la rue Cambon sur le 2.55, le matelassé ne s’est pas contenté d’orner cette unique pièce, aussi emblématique soit elle. Non, le motif fut en effet décliné dans d’autres domaines dans lesquels s’est diversifiée la maison. On le retrouve en cuir sur les bottes et souliers, ou embellissant les branches des lunettes de certaines collections solaires. Les losanges se rétrécissent et se parent des métaux les plus précieux lorsqu’ils sont appliqués sur les pièces de joaillerie, et de haute horlogerie. Le domaine des cosmétiques n’y échappe pas : ce sont les palettes d’ombres à paupières qui se capitonnent, pour un rendu esthétique qui respecte à la perfection l’élégance et les codes de la maison. Et le monde de la mode n’a pas trop attendu avant de copier le matelassé, s’appropriant une nouvelle fois l’une des signatures de Chanel : « Il n’y a pas de succès sans copie ou sans imitation » disait-elle. Chanel a puisé dans le vestiaire des hommes pour garnir celui des femmes. Elle a à nouveau mis en lumière une icône intemporelle de la mode, un indispensable, le matelassé : à croire que la mode contemporaine n’aurait jamais été la même sans Gabrielle.

 

Le Matelassé en Quelques Dates Clés :

Collection Automne-Hiver 2017-2018 : Le défilé nommé « Chanel Ground Control » est sur un thème futuriste, nous y découvrons des mannequins emmitouflés dans des couvertures de survie matelassées.

Octobre 2017 : Chanel crée la montre « Code Coco », reprenant le fermoir Mademoiselle et le matelassé du 2.55.

Juillet 2017 : Pour la pré-collection Automne-Hiver 2017-2018 Cara Delevingne porte à son dos un cartable argenté XXL matelassé.

Mai 2017 : Sortie du nouveau sac « Gabrielle » de Chanel lors du défilé prêt-à-porter Printemps-Eté 2017, bicolore et matelassé dont les 4 ambassadeurs sont : Cara Delevingne, Kristen Stewart, Pharell Williams et Caroline de Maigret.

Automne-Hiver 2016-2017 : Lors du défilé les mannequins portaient comme maquillage un smoky eyes matelassé réalisé par Tom Pecheux.

Collection de lunettes : Les lunettes Automne-Hiver 2016-2017 ont pour égérie Willow Smith qui nous présente la ligne « Futuristic » dans laquelle nous découvrons un matelassage réalisé au laser sur les verres.

Décembre 2016 : Pour le défilé de la collection Métiers d’Art 2017, le 2.55 fait peau neuve puisqu’on le découvre matelassé en veau velours surpiqué noir.

Juillet 2016 : Keira Knightley devient l’égérie Joaillerie de la maison de la rue Cambon pour présenter la nouvelle collection « Coco Crush » qui présente pas moins de 48 pièces de Haute Joaillerie inspirées du célèbre motif matelassé.

9 Mars 2016 : Dans le Grand Palais, Karl Lagerfeld nous dévoile une nouvelle collection pour l’hiver dans le lequel nous retrouvons les codes de la mythique maison de la rue Cambon : des perles, du tweed et bien sûr du matelassé, cette fois sur les manteaux.

Printemps- Eté 2016 : Le thème de ce défilé est sur le voyage et Karl Lagerfeld revisite les valises qu’il nomme « Coco Case », Elles s’ornent de matelassage en s’inspirant des codes de la maison.

Printemps-Eté 2016 : Cara Delevingne est égérie de la nouvelle collection Eyewear de la maison Chanel, la mannequin pose avec plusieurs modèles dont des solaires en forme de masques gravés d’un matelassage au laser.

Automne-Hiver 2015-2016 : Nous retrouvons cette saison le motif matelassé sur les vestes en tweed, en soie : le motif était mis à l’honneur dans cette collection.

2015 : Sortie de la ligne de Joaillerie « Coco Crush » qui s’inspire du motif matelassé du 2.55 sur des bagues en or jaune ou blanc.

Printemps-Eté 2014 : La collection Prêt-à-Porter de cette année nous présente des sacs avec un matelassage beaucoup plus épais qu’habituellement.

Automne-Hiver 2013-2014 : Dans ce défilé nous retrouvons sur certains vêtements le motif du célèbre matelassage de la maison.

Décembre 2012 : Chanel élabore une collection spéciale fêtes nommée « Eclats du Soir » dans laquelle se trouve une palette de quatre couleurs appelée « Harmonie du Soir » qui reprend la forme des boutons des célèbres vestes en tweed avec un motif matelassée et des doubles C entrelacés.

2012 : Le matelassé prend des formes XXL sur le Houla Hoop Bag de la maison de la rue Cambon.

Mars 2012 : Chanel sort en exclusivité et en édition limitée une palette d’ombres à paupières « Ombres Matelassées »

Janvier 2012 : La maison Chanel nous présente une collection spéciale Sport dans laquelle on a pu voir des étuis de canne à pêche ressemblant fortement au 2.55, un vélo avec des effets matelassés et des pochettes de raquette de tennis avec le même effet.

Collection Automne-Hiver 2011-2012 : La maison sort une paire de bottes fourrées entre la basket et des après-skis de ville, elles ont le motif matelassé sur le côté et sont bicolores.

Juin 2011 : Pour la sortie de la collection limitée de make-up « Byzance », la maison revisite les fards et sort 4 nouvelles teintes au motif matelassé.

2010 : Cette année est inventé par Karl Lagerfeld le « Boy Bag » qui est inspiré du 2.55.

Automne 2009 : Pour sa collection Venise, la maison de la rue Cambon sort une ligne de maquillage dans laquelle se trouve 2 fards à paupières « Iréelle Duo » délicatement matelassés.

Septembre 2009 : Lily Allen devient l’égérie de la nouvelle ligne de sac de la marque « Coco Cocoon » un gros sac matelassé très casual.

2 Février 1955 : Le matelassé est utilisé pour la première fois par Gabrielle Chanel lors de la création de l’iconique 2.55.

Le Matelassé Chanel

079150932ffb9b9de69765fc371c0801.jpg

L’histoire même de Coco Chanel est empreinte de mystères et de non-dits, des secrets qui, n’entraînant que suppositions, ont forgé la légende de la Dame aux Camélias. Il en est de même pour le matelassé. Elle l’utilise pour la première fois lors de la conception de son sac emblématique, le 2.55 – rien n’est dit sur sa véritable inspiration. Une fois de plus, c’est de Chanel dont on doit faire l’éloge, puisque Gabrielle a fait de l’un des codes de la maison de la rue Cambon, un sceau intemporel de la garde-robe féminine. Certains disent que le matelassé en losange surpiqué lui a été inspiré par les vestes des lads et des jockeys qu’elle croisait sur les champs de courses. D’autres diront que ce sont les tapis des chevaux qui attirèrent son attention. D’aucuns s’entendent à dire qu’elle n’a pas eu à franchir la porte de son appartement, puisque les coussins de son sofa auraient suffi à faire émerger l’idée. On a aussi avancé l’hypothèse que les losanges faisaient référence aux vitraux de l’abbaye d’Aubazine dans laquelle Gabrielle Chanel fut élevée. Aucune de ces idées n’a été confirmée ; mais aucune n’en est pour autant absurde. On peut imaginer qu’un élément marquant de sa vie l’ait mis sur ce chemin, mais lequel ? Il n’y a que Mademoiselle qui le sait.

S’il a fait son entrée dans la maison de la rue Cambon sur le 2.55, le matelassé ne s’est pas contenté d’orner cette unique pièce, aussi emblématique soit elle. Non, le motif fut en effet décliné dans d’autres domaines dans lesquels s’est diversifiée la maison. On le retrouve en cuir sur les bottes et souliers, ou embellissant les branches des lunettes de certaines collections solaires. Les losanges se rétrécissent et se parent des métaux les plus précieux lorsqu’ils sont appliqués sur les pièces de joaillerie, et de haute horlogerie. Le domaine des cosmétiques n’y échappe pas : ce sont les palettes d’ombres à paupières qui se capitonnent, pour un rendu esthétique qui respecte à la perfection l’élégance et les codes de la maison. Et le monde de la mode n’a pas trop attendu avant de copier le matelassé, s’appropriant une nouvelle fois l’une des signatures de Chanel : « Il n’y a pas de succès sans copie ou sans imitation » disait-elle. Chanel a puisé dans le vestiaire des hommes pour garnir celui des femmes. Elle a à nouveau mis en lumière une icône intemporelle de la mode, un indispensable, le matelassé : à croire que la mode contemporaine n’aurait jamais été la même sans Gabrielle.

La Nouvelle Montre Première de Chanel

chanelpremiere.jpg

De l’emblématique 2.55 on retrouve la chaîne tressée de cuir et de métal, venant ici enrouler le poignet ; de la Place Vendôme, c’est le cadran octogonal qui cette fois reprend les contours ; enfin, de Mademoiselle, on retrouve la couleur favorite : deux aiguilles apposées sur un noir total, sans chiffres, ni trotteuse de seconde, ni même un index ne viennent en troubler la profondeur. Libéré des codes de l’industrie horlogère suisse, Jacques Helleu dessine la Première de façon à la faire légère mais racée.

Cette année, la maison se penche dessus, non sans avouer que « c’était un vrai exercice de style de toucher à cette icône », selon les mots du PDG de Chanel Horlogerie et Joaillerie, Philippe Mougenot. La voilà qui de nouveau s’allège : actualisée, le cuir du bracelet est retiré pour ne laisser que des maillons assouplis. Sobre mais technique, la nouvelle Première suit une approche minimale du design, de quoi satisfaire toutes les femmes. Et à ce titre, la maison Chanel, à travers un court-métrage pétillant et fascinant, fait vivre au garde-temps 24h de la vie de la parisienne – rectification : des parisiennes. De la bobo de Montmartre à la BCBG de Passy, toutes sont mises en acte et à l’honneur dans les rues de la ville. De nuit comme de jour, du soir au matin, indépendamment du vêtement, la montre épouse chacune des personnalités que peut abriter la ville lumière. Et, pour parfaire la présentation de la Première, une expérience interactive vous invite à analyser, sous une dialectique de construction-déconstruction, toutes les facettes de celle-ci ; le tout condensant les essentiels de la Grande Mademoiselle.