Richard Orlinski, Wild Kong

ro1.jpg

Il se tient debout, puissant, la gueule ouverte, menaçant de ses crocs et tapant son torse des poings. Son expression, féroce, assoit la majesté et la force de l’animal, réinterprétation du personnage de King kong. Dans cette oeuvre partie intégrante du « Born wild », Orlinski tente de transformer notre pulsion animale en émotion civilisée et nous questionne sur notre propre animalité. « Alors, où se situe la barbarie ? Du côté de l’animal ou de la civilisation moderne qui l’assassine au sommet de son gratte-ciel ? ».

Dans le style contemporain et épuré qui le caractérise, l’artiste supprime les détails anatomiques du primate au profit de facettes graphiques et lisses. Ses proportions, idéalisées et modifiées, donnent à Wild Kong un physique plus massif, presque un peu « cartoonesque ». Souvent réalisée en résine colorée, l’oeuvre, qui peut mesurer entre 15 centimètres et 3 mètres, se décline aujourd’hui en cristal de roche et en métal. Richard Orlinski en donne également une autre version où l’animal brandit un tonneau de pétrole pour protéger la nature et tenter de mettre fin au fléau écologique.

Trônant sur les pistes de Courchevel entre autres ou au salon du chocolat où en a été réalisée une imposante version cacaotée, Wild Kong trouve également sa place dans la Blue Room du siège de Twitter France, inauguré en grande pompe en présence de l’ancien premier ministre Manuel Valls. Richard Orlinski a également posté deux de ses plus grands gorilles sur la Croisette, à Cannes. Iconique, « Wild Kong », constitue l’une des figures d’Orlinski les plus exposées, notamment au sein de maisons de stars.

Telling You More About… Les Oeuvres D’Art De Richard Orlinski

La Porsche 911 Par Richard Orlinski

Richard Orlinski, Born Wild

Partager

Laissez une réponse

Your email address will not be published.