Miss Dior au Grand Palais

Du 13 au 26 novembre prochain, la fragrance la plus emblématique de la maison Dior se détourne au contact d’artistes de l’avant-garde contemporaine. Quinze de ces artistes furent ainsi invités à détourner, réinterpréter et finalement sacraliser les codes du mythique parfum. La particularité de cette démarche ? Christian Dior s’est voué aux femmes alors, c’est tout naturellement qu’il s’agit là de quinze femmes artistes, parmi lesquelles Joana Vasconcelos, Shirin Neshat, et Carole Benzaken. À chacune d’elles, la maison a demandé de créer une œuvre spécifique autour de l’effluve de l’amour. Aux côtés de ces œuvres, la maison au gris trianon met à la disposition du public des manuscrits, des photos d’époques et des documents inédits qui content plus que l’histoire d’un parfum. Car, le 12 février 1947, Christian Dior édite non seulement sa première senteur, mais la même année, il disloque tout un univers au travers de son New Look.
Miss Dior a tout d’abord reflété les lignes courbes et sensuelles de ses silhouettes ; autrefois, c’est un flacon aux allures d’amphore antique, en cristal Baccarat, dessiné par Fernand Guerycolas, qui servait d’écrin à l’exquis parfum. Un parfum au boisé élégant conjugué à la fraîcheur fruitée, et à des notes florales ; composé de jasmin, de rose, d’agrumes, de patchouli et de chypre vert. Miss Dior résonne comme la promesse amoureuse qu’amène le Printemps à chaque saison. Depuis ce jour, le jus ne cesse d’incarner l’olfaction de cette femme Dior, pleine de vie, douce, délicate, forte et fragile. Par la suite, Miss Dior s’émancipe pour évoluer avec son temps. Si la composition reste fidèle à son ADN, la bouteille, elle, arbore les symboles de la maison Dior. C’est alors dans une bouteille « coupée comme un tailleur », expression de Christian, que le parfum se dévoile ; une nouvelle ligne géométrique qui revêt le motif pied-de-poule, ainsi que ce nœud poignard d’un romantisme désarmant, symbole même de l’élégance et de l’audace de la couture de Dior. Finalement : le parfum Dior comme une madeleine de Proust : « Des femmes de mon enfance, il me reste surtout le souvenir de leurs parfums, parfums tenaces, beaucoup plus que ceux d’aujourd’hui, et qui embaumaient l’ascenseur, longtemps après leur passage ».
« Esprit Dior, Miss Dior », à la Galerie Courbe du Grand Palais, du 13 au 26 novembre 2013. Entrée gratuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *