L’Orient-Express Remet l’Art sur les Routes

Accueil / Automobiles & Jets / L’Orient-Express Remet l’Art sur les Routes
b.jpg

C’est au petit matin du 8 octobre 1883, qu’un train vapeur Austro-hongrois émerge du Bosphore pour entrer en gare de Constantinople, l’actuelle Istanbul. A son bord, 24 voyageurs viennent d’accomplir un voyage historique. Ce trajet, c’est le premier de l’Orient Express, un train imaginé par Georges Nagelmackers pour relier l’Occident à Orient dans un laps de temps sans précédent, deux ou trois jours, pas plus. En assurant la liaison entre Paris et Constantinople, en passant par Strasbourg, Munich, Vienne et d’autres villes Européennes, le train ne circule que deux fois par semaine, sur ce qui constitue alors le premier chemin de fer international. Dans les années 1920 et 1930, il est le mode de transport privilégié des têtes couronnées Européennes, des aristocrates et des célébrités. C’est alors qu’il est surnommé “Le Train des Rois, le Roi des Trains”. Mais les deux Guerres Mondiales achèvent de rendre l’Orient Express désuet, presque inutile. Il faut dire que l’aviation connait ses premières heures de gloire.

Le service régulier vers Istanbul et Athènes cesse définitivement en 1977 à cause de la concurrence écrasante de l’avion. Pourtant, quelques années plus tard, un entrepreneur Britannique, Sir James Sherwood, choisit de faire revivre la légende de l’Orient Express. Il faut dire que nombreuses sont les plumes à avoir forgé sa réputation : Le Crime de l’Orient Express d’Agatha Christie, ou encore l’épisode de Ian Fleming faisant évoluer James Bond dans Bons Baisers de Russie, tout deux prennent pour décor l’illustre train. Avec du matériel d’origine restauré, Sir James Sherwood met donc sur rail une nouvelle version du train, désormais considéré comme une icône du voyage de luxe en Asie. Et aujourd’hui, la société Belmond a choisi de renouveler l’expérience de l’Orient Express en initiant un voyage sans précédent, aux côtés d’âmes créatives unies pour mettre en place une véritable expérience sensorielle !

Jusqu’au 28 avril prochain, deux des voitures emblématiques du train arboreront une œuvre fascinante réalisée par le street-artiste Singapourien Rajesh Kumar. Une œuvre d’art unique, nommée The Koi Pond, traduit en Français comme L’Etang de Koï. En ce qu’elle incarne la joie procurée par les voyages, le mouvement et les retrouvailles, l’oeuvre est une surprise visuelle accompagnant les magnificences des paysages de Singapour, de la Malaisie et de Thaïlande tandis que le train file à travers le continent. « Les étangs de Koi m’ont toujours fasciné. L’éclat des couleurs de ces poissons dans l’eau suscite une palette d’émotions et j’ai eu le sentiment qu’ils incarneraient parfaitement l’esprit de Eastern & Orient Express » confie Rajesh Kumar. Conférant donc un sens nouveau à l’Art en Mouvement, Belmond offre ici, de janvier à avril puis de septembre à octobre, des voyages de 2 à 3 nuits entre Singapour et Bangkok pour 82 passagers à bord de cabines luxueuses, pour que le trajet compte plus que la destination…

Partager

Laissez une réponse

Your email address will not be published.