Les Sculpturales Bottines en Fourrure de Fendi

La fourrure et Fendi, c’est l’histoire des sœurs Fendi. Dès leurs débuts, elles approchent la fourrure d’une façon incongrue ; en la désembourgeoisant, les filles la dédramatisent. Lorsqu’en 1965, elles font appel au tout jeune Karl Lagerfeld, c’est pour donner un style incomparable à la griffe. Un an plus tard, il a l’idée des deux F renversés, logo pour FendiFur. La fourrure, Lagerfeld en fait le dada de ces dames. A travers lui, la femme Fendi est moderne et affutée. Sous ses traits de crayon, la peau se travaille à vif ; pour sa collection 2013-2014, il la pense au prisme d’une palette pop qui use de la couleur comme d’un trompe-l’oeil. Mise en relief sur de chatouillantes petites bottines, la fourrure se teint d’orange flou, de rose et de bleu cobalt.

Semblant faire de Fendi, au-delà la haute couture, un champ dédié à l’expérimentation, le Kaiser baptise sa dernière ligne « Icons unchained ». Pour la femme-fauve, à la Grace Jones, indépendante, au caractère bien trempé, il pense une paire de chaussures qui, par son dehors tout autant géométrique qu’approximatif, ne peut que lui servir à détonner de la masse. Ses lignes arrondies font prendre de l’ampleur à ce soulier qui semble être composé en trois dimensions. Ici, mélange et élégance des matières se combinent pour une puissante évocation qui fait vriller le simple cadre de l’accessoire. Le jeu de découpes et le petit « aileron » se destinent à souligner les courbes de cette divine extrémité féminine. Puis, sur le dessus, un motif punk hérissé, comme une crête écarlate, proche de la crête iroquoise, sublime, en la cassant, toute la sophistication du design des low-boots. Comme sculptée, c’est en zèbre imprimé ponyhair que la chaussure, garni de fourrure de vison et montée sur talon ABS, recompose le luxe Made in Italy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *