Le White Canoe, une symbolique de Peter Doig

Peter Doig voit le jour en Ecosse en 1959 ; mais c’est au Canada qu’il grandit. Un imaginaire pleins de paysages – dès son apparition sur la scène artistique, le Britannique est vu comme un maître de la peinture post-moderne. Nous sommes au début des années 90 lorsque Peter Doig réalise sa série Canoë). Et c’est un film d’horreur à petit budget qui lui inspire une telle icône. ‘Friday the 13th’ sort en 1980 – peu de décors et des acteurs inconnus, ce film a couté 700,000 $ et en a rapporté 17,000,000 $, en plus de devenir culte pour la génération des 40-50 ans.

White Canoe est ainsi une sorte de snapshot d’un plan apparaissant à la fin de la scène de l’apocalypse, la plus terrifiante du film… Reproduite sur un format magistral de 200 x 240 cm, c’est une impression mêlant précisément mais subtilement calme et angoisse qui se dégage de l’oeuvre. Un trouble qui fascine… L’artiste avouera plus tard que cette scène lui rappelait l’essence d’Edward Munch. La toile White Canoe est ainsi fortement travaillée – au centre, une sorte de canoë fantomatique flottant sur un lac obscurci par la nuit… en 2005, lors de la seconde exposition de l’artiste organisée par la Saatchi galerie, la toile figure parmi la sélection. 

Le soir du 2 février 2007, White Canoe fait partie des ventes prestigieuses de la maison Sotheby’s. Et un commentaire très fouillé sur l’artiste ne manque pas de l’assimiler à la dextérité de grands peintres de l’histoire de l’art, de Van Eyck, à Velasquez, en passant par Monet, Pollock, et Richter. Mieux, Sotheby’s lui accorde une place particulière en le faisant figurer sur la jaquette du catalogue. Il n’en fallait pas plus pour affoler les enchérisseurs : £ 5,7 millions ! Peter Doig devint le peintre vivant le plus cher d’Europe. Après des années de travail à l’extérieur du monde de l’art, tandis que la plupart des artistes en Grande-Bretagne s’intéressaient à des concepts et des installations, Doig était soudain devenu à la mode. Une toile qu’il réalisa lors de ses études à la Chelsea Art School venait de le faire entrer dans l’histoire de l’art.

Tout comme 100 ans , White Canoe dégage une atmosphère puissante qui révele la fascination pour les images , le temps et les émotions . Des thématiques qu’explore Tinguely dans des oeuvres telles que le Cyclop  et la Fontaine des automates.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *