Le Tweed Chanel, Icône Héritée Du Duc De Westminster

La matière phare Chanel, devenue l’étendard d’un mode de vie libre et affranchi, Coco l’a puisé dans le vestiaire Anglais du Duc de Westminster.

Comment Est Né Le Tweed Chanel?

1924. À Monte-Carlo, Coco rencontre pour la première fois le Duc de Westminster. Celui-ci confessera bien plus tard  : « Cette fameuse Coco apparut et j’en fus tout de suite séduit. » Le coup de foudre fut immédiat. Le gentleman le plus brillant du Royaume-Uni, l’homme le plus riche d’Angleterre, le galant réputé pour ses fastueuses réceptions et ses grandes chasses, croise pour la première fois le regard mutin de Gabrielle Chanel dans les années 20.

À ses côtés de 1924 à 1931, Coco voyage, découvre, et s’inspire. Six années durant lesquelles des landes d’Ecosse où le duc chasse les grouses, au pont de ses yatchs, de l’Irlande aux Carpates en passant par Heaton Hall, son château, Gabrielle apprend en compagnie du Duc l’essence du style Britannique: l’élégance et le confort.

Cet amant, Chanel dira de lui qu’il est «  simple comme un clochard  », puisqu’il ne porte jamais rien de neuf. De cette façon toute particulière qu’il a de ne prêter que peu d’intérêt aux fastes de la mode, Chanel retiendra la simplicité. Elle en fait bientôt le ressort à ses créations.

Si la petite veste noire est devenue l’icône que l’on reconnaît aujourd’hui, c’est parce qu’elle témoigne d’une histoire d’amour, d’une inspiration et, finalement, d’un des desseins communs à l’ensemble de la création de la couturière  : draper la femme le plus simplement possible.

 Largement dictée par le vestiaire masculin du Duc de Westminster, la petite veste noire de Coco Chanel est, au fil des années, devenue cette pièce universelle qui, sous le tissu, accompagne une révolution.

En 1928, le couple se retire au château du Duc. C’est là que l’on aperçoit pour la première fois Mademoiselle avec, sur les épaules, ce qui peut-être considéré comme sa première veste en tweed. En séjournant ainsi en Écosse, le climat si froid obligea Chanel à emprunter l’une des vestes du Duc de Westminster… un manteau chaud, doux, et ô combien confortable. Si l’histoire d’amour prend fin en 1931, Chanel n’oubliez pas d’emporter comme souvenirs les quelques pièces du vestiaire de son amant — et le tweed.

1954, La Petite Veste Noire Et Le Tweed Chanel

En 1954, année où la couturière imagine la première version de la petite veste noire, c’est la fameuse veste en tweed qui habite son esprit. Inspirée par la tenue du Duc, le tweed imposera un modèle souple et moelleux.

Cette année-là, la Une du Vogue Américain a pour titre: «  Le nouvel uniforme de la femme moderne.  » Dans cette conjugaison du masculin au féminin se dessine en effet la modernité d’après-guerre.

Une veste que l’on aime à qualifier de « l’expression vestimentaire du siècle“. Une veste qui ne ressemble à nulle autre. Chic à souhait, effrontée, la petite veste Chanel est, finalement, l’incarnation de l’allure de la Parisienne.

Le tweed devient l’écho de la simplicité de Chanel. Luxe et confort, Coco Chanel a laissé en héritage une grammaire si évidente qu’elle devient presque un jeu d’enfant à revisiter. Et Karl Lagerfeld s’en est amusé. En 2014, pied de nez à la Coco, il fait défiler en couture une paire de baskets (!!!) Taillée dans le tweed iconique. La preuve, s’il en fallait une, que le tweed transcende la mode. A l’instar du tailleur en tweed, objet de désir infini.