Le Talon Virgule de Roger Vivier, Nouvelle Loi de l’Equilibre

« Mes chaussures sont des sculptures. » Lorsque Roger Vivier fonde sa maison éponyme au 22 rue Royale à Paris, l’époque est aux cabarets et autres music-halls. Dès 1937, l’artiste se fait un nom et, mêlant sa passion du spectacle à une vision alchimique de l’élégance, s’amuse à créer des souliers sur-mesure pour Mistinguette et Joséphine Baker. Roger Vivier a trouvé son art ; le maestria de la chaussure mêle la forme à la matière, la badinerie au savoir-faire. Et les Parisiennes ne s’y trompent guère. Les couturiers non plus. Il prend ainsi en charge la confection des collections souliers de la maison Dior de 1953 à 1957. Cette même année, c’est la consécration. La toute jeune Reine Elizabeth II d’Angleterre est couronnée avec, à ses pieds, des sandales en chevreau doré incrustées de grenats. Elles sont signées du génie Roger Vivier. 

 

C’est que le virtuose aime à donner « un coup de crayon » à la silhouette. 1963 est l’année de sa création phare – le talon Virgule. Talon en deux temps qui fuit vers l’avant de la chaussure, le Virgule se rétracte en son milieu afin d’envoyer un effet d’arrière. Sa féminité, ses courbes et sa légèreté l’ancrent dans l’époque : le Virgule ne capture pas l’air du temps, il le devance. « Le talon Virgule a changé les lois de l’équilibre » analyse Inès de la Fressange. Il est vrai que cette allure a tout d’un esprit pionnier, quasi-révolutionnaire. La Parisienne, espiègle et raffinée, trouve ici chaussure à son pied. 

 

« Il est avant tout léger. Bondissant. Il porte bien son nom, puisqu’il ponctue la silhouette. Il est à la fois ultra féminin mais pas classique pour autant, et ni trop petit, ni trop grand. Il témoigne vraiment de l’esprit de Roger Vivier à cette époque là : le créateur venait de relancer sa griffe, et le talon Virgule incarne ce nouvel élan, et cette liberté retrouvée » souligne Bruno Frisoni, ancien directeur créatif de la maison Roger Vivier. Il ajoute: « Dans une chaussure, le talon c’est comme la colonne en architecture. C’est ce qui la fait tenir debout. Mais l’aluminium a permis à Vivier de modifier complètement cette règle. » Sur les pas de l’histoire Roger Vivier, l’escarpin Virgule figure le renouveau de la démarche féminine — une démarche emprunte d’assurance et de joie de vivre ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *