Le Tailleur Bar de Dior

Taille étranglée, formes amplifiées, poitrine haute, tels sont les mots du vocabulaire stylistique de Christian Dior. Alors que le tailleur Bar, la jupe corolle bref, le New Look d’après guerre s’invite boulevard Haussmann, revenons sur ce moment majeur de l’histoire de la mode.

 1947. La guerre est finie depuis peu, le pays essaie de se reconstruire, des tickets rationnent encore les achats de nourriture et de textile. Dans ce contexte difficile, la Haute Couture parisienne, qui n’a été sauvée que de justesse par Lucien Lelong, tente tant bien que mal de reprendre la position de centre incontournable de la mode qu’elle tenait avant la guerre. Les Etats-Unis, qui étaient auparavant le marché principal de la Haute Couture parisienne, ont pris leur autonomie lors de ces longues années de guerre et pensent pouvoir se passer des couturiers français… jusqu’à que le 12 février 1947 prouve le contraire.1

Le 12 février 1947, Christian Dior expose sa toute première collection Printemps-Eté, ligne Corolle et En huit, dans sa maison de couture, avenue Montaigne. C’est la fin de la saison des défilés, les acheteurs professionnels américains sont déjà pour la plupart repartis après avoir passés leurs commandes chez les grandes maisons de l’époque : Lelong, Balmain, Rochas, Piguet, Fath, Balenciaga. Mais la collection de Dior a un tel succès, immédiat et fulgurant, qu’ils reviennent pour faire de nouvelles commandes. Carmel Snow, la rédactrice en chef de Harper’s Bazaar, présente au défilé, s’exclame « Dear Christian, your dresses have such a new look! » et l’expression reste.2

Le succès de cette première collection est difficile à comprendre sans le contexte particulier de l’année 1947. Comme le résume si bien Christian Dior lui-même : « Nous sortions à peine d’une époque démunie, parcimonieuse, obsédée par les tickets et les points-textile. Mon rêve prenait donc naturellement la forme d’une réaction contre cette pauvreté. […] Nous sortions d’une époque de guerre, d’uniformes, de femmes-soldats aux carrures de boxeurs. Je dessinais des femmes-fleurs, épaules douces, bustes épanouis, tailles fines comme lianes et jupes larges comme corolles. »3 Voilà les fondements du New Look.

Toutes les caractéristiques de cette nouvelle ligne se retrouvent parfaitement réunies dans le tailleur Bar. Ce modèle ne fut peut-être pas le plus vendu, mais ce fut celui qui devint l’icône de toute la collection et il fut à ce titre plusieurs fois reproduits dans les journaux de mode dès 1947. Il n’est pourtant pas si révolutionnaire. Un modèle de Chanel datant de 1939 s’en rapproche fortement. La taille fine accentuée par une guêpière revenait à la mode depuis 1946. Des vestes contemporaines de Balenciaga affichent des basques rembourrées d’une longueur similaire. Quoiqu’on en pense aujourd’hui, ce n’est pas tant la veste qui a marqué (et choqué) le public, malgré la nouveauté de ses épaules adoucies et de ses basques rembourrées qui se décollent des hanches, mais bel est bien la jupe.

Pendant la guerre, le rationnement des tissus obligent les vêtements à être les plus efficaces possible : les jupes sont courtes et prennent peu d’ampleur. Une telle jupe, plissée de surcroît, nécessitant 19 m de diamètre à sa base a été reçue comme une insulte à la pauvreté de beaucoup de Parisiens d’après-guerre. Une séance de photos à la Butte Montmartre a viré à l’émeute. Des femmes se sont jetés sur les mannequins et ont tenté de déchirer leurs robes Dior, c’est dire combien les tensions entre les plus démunis et les plus riches étaient vives.4

Aux Etats-Unis, les Américaines reprochaient aux jupes Dior leur longueur. Christian Dior décrit dans son autobiographie comment, lors d’une conférence de presse à New York, il comparaissait « sous l’accusation de vouloir cacher les jambes sacro-saintes de la femme américaine »5. Les jupes n’arrivaient qu’à mi-mollet, mais pour les Américaines ces quelques centimètres de plus signifiaient un recul des libertés de la femme acquises pendant la guerre, et pour les maris l’achat d’une nouvelle garde-robe.6 Un « Little Below the Knee Club » fit son apparition et lors de son séjour aux Etats-Unis, Dior eut droit à des protestations et des pancartes qui clamaient « A bas le New Look », « Brûlez Monsieur Dior ! », « Christian Dior go home ! »7 Ses modèles firent tant de bruit qu’en novembre 1947, Pierre Gaxotte, membre de l’Académie Française, revenant d’un voyage aux Etats-Unis, déclarait que les deux hommes qui y étaient les plus connus étaient De Gaulle et Christian Dior.8
 

Loin de vouloir exacerber les inégalités sociales ou mettre en colère les féministes, Christian Dior cherchait au contraire à faire rêver les femmes et à leur rendre leur féminité. Et c’est ce qu’il réussit. Les femmes adoptèrent rapidement, la nouvelle silhouette qu’il proposait et portait des robes sinon de Dior, du moins « à la Dior ». Dans tous les journaux de mode, on annonce la nouvelle ligne : « ce qui frappe le plus dans les conceptions des maîtres de la couture c’est évidemment l’allongement spectaculaire des robes. […] Les vestes raccourcissent, se décollent légèrement des hanches […]. Les épaules dans l’évolution actuelle abandonnent leurs arrêtes anguleuses, leurs proportions athlétiques ; elles se fondent avec douceur, s’estompent fémininement, redemandant leur vérité. […] La femme dans cet enveloppement de lignes harmonieuses jouira de sa beauté hardiment transformée. »9 

1- PALMER Alexandra, Dior : a new look, a new enterprise 1947-1957, London : Victoria & Albert Museum, 2009

2- CAWTHORNE Nigel, The New Look : The Dior Revolution, London : Hamlin, 1996

3- DIOR Christian, Christian Dior & moi, Paris : Vuibert, 2011

4- CAWTHORNE, Nigel, The New Look : The Dior Revolution, London : Hamlin, 1996

5- DIOR Christian, Christian Dior & moi, Paris : Vuibert, 2011

6- CHENOUNE Farid, Dior, Paris : Assouline, 2007

7- DIOR Christian, Christian Dior & moi, Paris : Vuibert, 2011

8- PALMER Alexandra, Dior : a new look, a new enterprise 1947-1957, London : Victoria & Albert Museum, 2009

9- STEPHANE Jeanne, L’officiel de la couture et de la mode de Paris, 1947, n°301-2, p.52

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *