Le Spencer Red Label de Vivienne Westwood Printemps-Été 2016

On le sait, Vivienne Westwood a fait le parti-pris d’un punk en provenance direct du Londres ouvrier des années 70-80. Si la flamboyante Westwood a depuis fait affaire, elle n’en reste pas moins une femme engagée : lors de son défilé Printemps/Été 2016 pour sa ligne Red Label, la Londonienne a fait défiler une horde de jeunes brandissant des banderoles aux messages politiques très clairs – extinction des lumières, hurlements de sirènes… Projecteurs s’allument, braqués sur un groupe ; les pancartes : « L’austérité est un crime » « La fracturation hydraulique est un crime ». Rien ne laisse présumer que son esprit de révolte s’est fait avaler par le système de la mode. La reine de la rébellion est ! Et pas question de douter de son authenticité.

Preuve en est, le spencer chaloupé à la sauce Westwood. Un classique ainsi réinventé au contact de la nonchalance d’un punk qui s’habille avec ce qu’il trouve – un brin large, un poil inadapté, le spencer Red Label habille pourtant à la perfection la génération actuelle. Le Néo-grunge est en marche. Et la femme Westwood déambule ainsi fièrement sur le podium, à l’aise avec ses paradoxes, sérieuse lorsqu’elle pose sur ses épaules un grand spencer gris, aux larges revers. La femme imaginée pour la saison prochaine s’en amuse et, mieux, elle n’oublie ses racines écolos et engagées, et ce malgré le succès !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *