Le Smoking : une Pièce de Mode Constamment Réinventée

1966. Le pantalon est prohibé, ou très mal vu sur les jambes des femmes ; en cause : son « obscénité ». Deux ans avant Mai 68, alors que les femmes affleurent dans la vie active, Yves Saint Laurent ponctue une carrière au service de la beauté et de l’élégance en leur léguant l’argument du pouvoir. Cette année-là, en effet, le couturier annonce la collection Pop Art ; celle-ci affole et finalement affecte les codes du monde de la mode. Parmi les pièces de ce défilé haute couture automne-hiver 1966-1967, une silhouette scandalise : la n°262 ; les Américains la baptisent « Le Smoking » – premier costume pour femmes jamais dessiné par un homme. YSL, lors de ces adieux à la haute couture en 2002, non sans émotion rappelait : « J’ai toujours voulu me mettre au service des femmes. J’ai voulu les accompagner dans ce grand mouvement de libération que connut le siècle dernier ». Et, c’est par cette pièce, consituée d’un pantalon droit, d’une chemise en organdi blanc à jabot, d’un nœud lavallière, d’une ceinture de satin pour s’achever sur une veste longue à la coupe ajustée, qu’il parvient à renverser son époque. Exit les sempiternelles robes longues insupportables à enfiler : le smoking est la nouvelle tenue de soirée. La première à l’arborer est Catherine Deneuve, en 1967. Les conservateurs s’offusquent ! voyant là la confusion des genres, et, in fine, la perversion de l’espèce ; jugeant sans savoir observer le génie d’Yves Saint Laurent car, la relecture est un modèle du genre. A défaut de rhabiller les femmes d’habits d’hommes, l’artiste déshabille les hommes pour accommoder les femmes.
Et puis, ces femmes parées de smoking ne sont d’ailleurs pas sans évoquer la vogue du « cross-dressing », qui, des colonies britanniques aux cabarets lesbiens de Paris, étaient d’usage durant l’entre-deux-guerres ; garçonnes et homosexuelles arborant complet et porte-cigarettes. Pour Pierre Bergé, la femme Saint Laurent n’est pas une androgyne : « elle emprunte les vêtements de l’homme pour exacerber sa féminité ». Un peu à la Chanel. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’on dit qu’elle a libéré les femmes quand Yves Saint Laurent leur a donné le pouvoir. Le pouvoir, c’est bien de cela dont il s’agit. En empruntant, en transcrivant ce vêtement masculin symbole du pouvoir pour le faire porter par les femmes, Yves a, pour lui, « conféré les attributs d’un sexe à l’autre ». Pierre Bergé sonde ainsi l’idée d’une femme en costume d’homme : « la marque même d’une femme d’aujourd’hui. Je pense que, s’il fallait représenter la femme des années 1970 un jour dans le temps, c’est une femme en pantalon qui s’imposerait car le pantalon est devenu une des pièces maîtresses de la garde-robe de la femme moderne. » De 1966 et jusqu’à ce qu’Yves Saint Laurent tire sa révérence, le smoking se fait éternel : à la manière d’un rituel, son passage sur le podium est convoité. Au fil de ses années de création, le couturier explore et use de toutes les possibilités du principe : ne bornant aucun métissage, appelant à toutes hybridations, le smoking se transfigure au contact de jupes, shorts, knikers, robes, ou kimonos. Demeurant une constante à la plume d’YSL, le smoking ne cesse ainsi de suggérer l’extrême sensualité du contraste féminin-masculin ; découvrant sa rigueur virile d’une fente le long de la cuisse, exhibant une épaule ou se nouant simplement sur un soutien-gorge de dentelle… Le smoking devient mythique lorsqu’il se fait l’écrin d’une ultra féminité : en 1989, c’est à même la peau qu’il s’enfile. Aujourd’hui, cette création incarne le summum de l’élégance, léguant grâce et assurance.
Mais si c’est pour la haute couture qu’il l’imagine en 1966, c’est dans la ligne prêt-à-porter Rive Gauche que l’icône fait un carton. Cette rupture entre la scène et la rue, entre le faste et le circonspect, Yves Saint Laurent a engagé sa création à la tordre. Empoignant cette distinction, il a fait de sa création un manifeste. Marguerite Duras perçoit « des femmes de Saint Laurent sorties des harems, des châteaux et même des banlieues ; elles courent les rues, les métros, les Prisunic, la Bourse ». À travers ce vêtement, il fait que la femme se sent continuellement à la mode, car, c’est un vêtement de style, non un vêtement de mode. « Les modes passent, le style demeure ».
 
 
 
 

Le Smoking Tuxedo de YSL en Quelques Dates

 

1966 Yves Saint Laurent lance Le smoking tuxedo dans le cadre de la collection POP Art avec l’actrice Catherine Deneuve comme modèle. Une typique veste – tenue de soirée pour homme est accompagnée d’un pantalon pattes d’éléphant.

1974 L’actrice anglaise, modèle et chanteuse Charlotte Rampling est protagoniste de la nouvelle campagne pour Le smoking.

1975  Helmut Newton rend immortel le Tuxedo à travers ses photographies de Vibeke Knudsen dans la Rue Aubriot qui apparaissent dans l’édition française de Vogue.

1971 Bianca Jagger porte le Smoking d’YSL pendant son mariage avec Mick Jagger.

1986 Catherine Deneuve est encore protagoniste d’une campagne pour Le smoking sur Vogue.

1991 La mannequin Yasmeen Ghauri porte Le smoking avec un chapeau très chic et une veste noire plus courte et informelle pour la collection Printemps/été couture.

1993 Kate Moss pose pour la campagne publicitaire Yves Saint Laurent Printemps signée par Helmut Newton.

1997 YSL présente une version vintage du Smoking et Le smoking Barathea tuxedo pour la collection Printemps/été couture.

1999 Phillipe Cometti modernise l’image du classique Smoking avec Stella Tennant comme mannequin pour la collection Automne/Hiver.

2001 Yves Saint Laurent remplace la traditionnelle veste avec de la fourrure et des chemises modernes pour la collection Automne/Hiver couture.

2001 YSL change tout avec des vestes plus grises avec des gants pour la collection Printemps/été.

2002 YSL dessine une nouvelle version du Smoking avec une robe dans son dernière défilé. Il dit au revoir au monde de la mode avec ses mannequins qui portent Le smoking pour la collection couture.

2008 Kate Moss pose pour une campagne YSL avec le tuxedo signée par Inez Van Lamsweerde et Vinoodh Matadin.

2009 L’actrice française Melanie Laurent brille au festival de Cannes en portant un Smoking blanc.

2012 Jessica Chastain pose pour la nouvelle campagne du parfum Manifesto en portant Le Smoking photographiée par Max Vadukul.

2013 Cara Delevigne porte Le smoking pour la campagne YSL Baby Doll Mascara.

2013 Anne Hathaway, Kate Moss, Scarlett Johansson et Amber Valletta sont séduites par le nouveau style de Hedi Slimane: chacune d’entre elles choisit son unique type de Smoking.

2013 : YSL habille la bande de Daft Punk en Smoking.

2014 Hedi Slimane présente Abbey Lee Kershaw avec une version plus moderne du Smoking.

2014 Jennifer Connelly en smoking Saint Laurent par Hedi Slimane au DuJour Magazine Performance party à New York.

2014 L’actrice Angelina Jolie est photographiée portant le smoking aux BAFTA. Un mois plus tard ce sera le tour de Emma Watson.

2015 Julianne Moore étonne avec son Smoking et un See-Through blouse aux Canadian Screen awards.

2016 – 2016 : YSL présente une nouvelle version de Le Smoking Tuxedo.

2016 Jane Birkin est le nouveau visage de la campagne pour le Smoking Yves Saint Laurent.

2017 : Anthony Vaccarello propose une nouvelle version du Tuxedo pour sa collection Automne/Hiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *