Le Rouge Valentino Renoue avec son Essence pour la Haute Couture 2018

« J’ai eu un des plus grands chocs de ma vie à Barcelone : alors étudiant, invité au théâtre de l’Opéra, émerveillé, je vis dans une loge une femme aux cheveux gris, très belle, habillée de velours rouge. Parmi toutes les couleurs portées par les autres femmes, elle m’apparut unique, isolée dans sa splendeur. Je ne l’ai jamais oublié. Elle est devenue la déesse rouge. Fabuleuse. Je crois qu’une femme habillée de rouge est toujours magnifique, elle est au milieu de la foule l’image parfaite de l’héroïne. » Aujourd’hui, on imagine que cette robe aurait les mêmes lignes que la pièce spectaculaire introduite par Pierpaolo Piccioli lors de la collection Haute Couture Printemps/Eté 2018.

            Dans les salons de l’Hôtel Salomon de Rothschild, c’est sur l’air d’opéra Vissi d’arte de Puccini que s’est présentée une collection Couture tout simplement grandiose. Parmi les 68 silhouettes qui se sont suivies, la robe passionnée de la maison Valentino achève de combler l’assistance. Elle est, sûrement, l’expression pure du souvenir du fondateur Valentino Garavani. Ce rouge puissant épouse là, sur du taffetas, des ondulations très théâtrales et un volume d’un raffinement extrême. Mais l’exercice est réussi puisque la robe ne fait que flirter avec l’opulence – elle illustre plutôt la grande tradition de la Haute Couture.

            Une maîtrise impeccable de la part du directeur artistique de Valentino qui scelle ici un moment de beauté bien rare. Comme la note d’intention l’indique : « L’histoire de la Haute Couture est sa raison d’être aujourd’hui. » Un voyage à travers le temps donc, où la collection Printemps/Eté 2018 de la Haute Couture Valentino puise sa raison dans les origines, l’essence et les cérémonies qui l’entourent. La robe passionnée est une pièce savoureuse, voilà tout.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *