Le Miss Dior, Parfum d’Optimisme Et Féminité

S’il fallait donner à la couture Dior une senteur, ce serait le parfum Miss Dior — un sillage frais et floral, un classique universel.

Le Parfum De La Femme Dior

1947. Christian Dior démode tout ce qui se faisait à son époque, renouant avec l’aisance et l’abondance d’avant-guerre. Avec son New Look et ses silhouettes féminines, Dior redonne à Paris son rang de capitale de l’élégance.

Et alors que ses premiers looks redéfinissent la silhouette de la femme, il donne aussi à la femme une senteur à leur hauteur. « Voilà pourquoi je suis devenu aussi parfumeur, pour qu’il suffise de déboucher un flacon pour voir surgir toutes mes robes. » Le couturier vient de créer une senteur, toujours sans nom. Une première fragrance de la maison, encore à l’état de prototype, mais totalement aboutie, Dior choisit d’en parfumer les salons lors de ses défilés. Philippe Le Moult, directeur des relations institutionnelles chez Dior, en charge de son patrimoine, raconte… « Des litres en sont vaporisés aux clientes pendant les semaines que durent les défilés. »

En décembre 1947, quelques mois après sa présentation, 283 exemplaires de ce premier flacon hyperluxueux (toujours sans nom) sont commercialisés. Taillé en cristal de Baccarat sous forme d’amphore, dessiné par Fernand Guéry-Colas… Comment est-il devenu le Miss Dior?

Une journaliste familière de la maison Dior dans les années 1940 et 1950, Alice Chavannes de Dalmassy, rapporte comment lors d’une réunion, alors même que Christian Dior et Mitzah Bricard , méditaient profondément ce sujet, la sœur de Christian fit une entrée impromptue. Descendant doucement les grands escaliers, c’est vers lui qu’elle regarde quand Mitzah la voit et annonce, « Tiens voilà Miss Dior. » Christian, inspiré, s’exclame  : « Miss Dior! C’est mon parfum  ! »

Le Miss Dior, Une Allure Olfactive

Christian Dior souhaitait un parfum frais mais sensuel, jeune mais indémodable: un parfum qui sent l’amour. Ce délicat parfum, c’est dans les Jardins de Granville qu’il trouve son point de départ. Inspiré du Crêpe de Chine de Millot, un chypre puissant d’aldéhydes et d’acetate de styrallyle, l’accord est repris dans le Miss Dior avec en plus du galbanum pour accentuer l’effet de « l’acetate ».

Quand Chrsitian Dior en fait lui-même la description… « Miss Dior est léger, frais et vif, depuis les premières notes de galbanum et de gardenia, rehaussées par l’impertinence de la sauge. Puis, s’enroulant dans l’espace parfumé, le charme insaisissable du jasmin, de la rose et du néroli se mêle aux envoûtantes harmonies du patchouli et du ciste-labdanum, tandis que la chaleur veloutée de la mousse de chêne s’attarde dans l’air. »

Miss Dior est une créature, une attitude, une allure et finalement une façon d’être. C’est une autre Parisienne que le couturier veut capturer dans cette essence… Un Paris libéré, un Paris plus jeune, plus fou; ivre de jazz et affranchit de l’avenir. Miss Dior a toute l’audace de Catherine. C’est pour la France que Catherine Dior s’est battue; c’est pour retrouver ce Paris qu’elle s’est engagée durant la Seconde guerre dans la Résistance.

Secrète et discrète, elle est déportée le 15  août 1944 dans le dernier train prenant la direction du camp de concentration de Ravensbrück. Durant neuf mois, torturée, elle ne livrera aucun des noms de ses camarades. Le 28  mai enfin, elle rentre en France. Revenue des camps marquée, sa présence, si chère au cœur de son frère de douze ans son ainé, sera le ressort de cet hommage olfactif.

Mademoiselle Dior, c’est avant tout Catherine. Miss Dior apostrophe le passant comme le ferait l’enthousiasme de la jeunesse. L’impact pareil à une poussée de vitalité qui rend le pas plus certain. Sûre d’elle, pressée jusqu’à l’impertinence, mais exhalant un chic fou, c’est ça, Miss Dior !

C’est ainsi que se fait en chacun le souvenir de ce parfum que Dior voulait comme l’esprit du son temps. Une odeur d’herbe très verte, relevée de feuillaisons printanières aux fleurs rieuses. Comme une valse impromptue qui enfin prend place sur les pavés.

Pleine de vie, délicate, la senteur est ainsi incarnée par Natalie Portman dans des campagnes devenue non moins iconiques. Le film Miss Dior Chérie de Sofia Coppola.

L’hymne à l’amour d’Emmanuel Cossu. « Pour moi, le parfum, ce n’est pas un quotidien, c’est une certaine façon de s’habiller » précise Natalie Portman. Une fragrance intemporelle qui symbolise un charme à la française.

Le tout capturé dans une bouteille revisitée en 1950 par Christian Dior lui-même… Il dessine un flacon « coupé comme un tailleur. » Un motif pied-de-poule, coulé dans du verre massif, un nœud Fontanges  pour en enserrer le col, le flacon iconique apparaît alors dans sa version définitive.