Le Gommino Tod’s Printemps/Eté 2016

C’est une collection toute en mouvements qui fut présentée à Milan – une collection dont les maîtres-mots furent spontanéité et qualité. Dans cet esprit avancé par Alessandra Facchinetti, chaque passage, chaque look donnait l’impression d’une volonté d’édifier un mouvement fluide, élancé par un pas sensuel. Le cuir était ainsi devenu lumineux comme la soie lorsqu’il se prend à composer un mocassin Gommino épris d’ornements.  Il faut dire que cette italienne a dans l’âme oeuvre de défendre la qualité du « Made in Italy ». Alessandra Facchinetti a aussi pris le temps d’étudier l’ADN de la maison, et le profil type de celles qui « portent du Tod’s ». Plus que jamais, l’accent de la collection Printemps/Eté 2016 fut ainsi porté sur la qualité d’un lifestyle élégant car indépendant. A l’instar du mocassin aux 133 picots qui, non-content de compter parmi les icônes, troque son classicisme pour un patchwork de motifs et de couleurs mis en mode la saison prochaine. L’été 2016 est aussi l’occasion de prolonger le succès du sac Wave, un accessoire dessiné comme une vague afin d’accentuer le mouvement du zip qui l’ouvre et le referme. Cette composition esthétique et sans défaut renonce littéralement à la rigidité. Diverses interprétations avant tout permises par la recherche et la qualité de la peau utilisée pour la fabrication.

Mais la grande nouveauté de cette collection, c’est l’introduction de la Team Tod’s – car oui, Tod’s crée sa bande : quinze personnalités fortes qui ne suivent point les règles, car elles aiment à faire les leurs. Parmi les noms, Quentin Jones, le réalisateur, Julia Restoin Roitfeld, Tea Falco ou encore Lizzy Jagger… Sonia Sieff, elle-même membre du groupe, fut là pour capturer ces personnalités. Des musiciens, des photographes, des acteurs, des modèles qui ensemble forment une bande. Ou plutôt une attitude, que l’iconique mocassin Gommino incarne à merveille. Entre sophistication et déconstruction, de toutes ses couleurs, du monochrome au patchwork multi-coloré, le soulier habille toutes les émotions des jours. En fait, la prochaine génération de souliers Tod’s ressemble plus à des gants qu’à une chaussure : lumineuse, soft et urbaine, on n’a même plus l’impression de marcher. Une harmonieuse histoire qui se joue, se fige et prend vie à travers une série de portraits… Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *