Le Défilé Croisière 2019 de Gucci

« L’inspiration est un ossuaire, les cryptes des cardinaux et des moines du XVème siècle, et les précieuses décorations. Cette idée est que tout ce qui est lié à l’au-delà, qui s’accompagne de quelque chose d’une beauté maximale. » A la tête des collections Gucci depuis 2015, Alessandro Michele n’a cessé de développer sa vision d’une mode maximaliste, hautement référencée et éminemment désirable. Cette semaine, à Arles, c’est une nécropole romaine datant du IVe siècle avant J.C qui servit de théâtre au statement Gucci.

114 silhouettes, et autant de toilettes mettant à l’honneur les codes, l’ADN même de Gucci. Il y a avait ainsi le mythique tailleur ici piqué de la non moins iconique bande vert-rouge-vert. Au détour d’un brasier, surgissaient d’autres silhouettes décorées de coiffe christique, de boucles d’oreilles scarabées et autres éléments devenus la grammaire contemporaine de la maison Florentine. Sur la BO du Dracula de Coppola, puis le Requiem for my friend de Zbigniew Preisner, les individus Gucci paradaient dans une apathie toute religieuse – sur leur vêtement, les références mêlaient pèle-mêle fleurs et rayures, flower power et aura gothique, logo Gucci et éléments Flora !

« Quand nous nous parlons, j’ai l’impression de parler à mon petit frère. Nous sommes vraiment attirés par les mêmes choses. Nous avons les mêmes goûts, les mêmes passions » déclarait Christian Lacroix en marge du défilé. Et il est vrai que le parterre de VIP présents pour l’occasion n’a pu être que subjuguer par une mode si éloquente. Valeria Golino, Salma Hayek, Lou Doillon et A$AP Rocky – tous était là pour applaudir une collection hautement réussie, et un after-show orchestré par Elton John !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *