Le Défilé Chanel Métiers d’Art 2020

Autour de l’escalier mythique de la rue Cambon, c’est toute la grammaire de la maison au double C qui fut, une nouvelle fois, magnifiée… En vedette, la petite veste noire, le tailleur tweed et le N°5. En Version sautoir.

Depuis que la maison Chanel a cherché à préserver les savoir-faire Français d’une disparition certaine, le groupe est l’heureux détenteur des plus beaux artisans de l’hexagone. Lesage, Massaro, Maison Michel… Ils sont mis à contribution d’une collection unique en son genre, puisqu’elle n’appartient qu’à Chanel. La collection Métiers d’art 2020 fut ainsi l’occasion pour Virginie Viard d’orchestrée sa vision magnifiée des icônes Chanel. Le résultat?

Une pléthore de silhouettes aussi suaves que désirables, défilant autour du mythique escalier de la rue Cambon, reproduit pour l’occasion avec la participation de Sofia Coppola. Cet escalier résonne aujourd’hui comme le point de départ des collections Chanel par Virginie Viard: « Je pense d’abord à l’escalier : j’imagine une fille qui le descend. Avec quelle robe ? Quels souliers ? » Mais s’il s’agit bien de la première collection Métiers d’Art post-Lagerfeld, c’est toujours la nef du Grand Palais qui accueille l’évènement. Sur le podium donc, l’artisanat éminemment précieux du luxe Français épousait avec allégresse les codes Chanel.

Le tailleur en tweed iconique trouva ainsi un nouvel équilibre autour d’une taille légèrement plus basse que la normale. Tandis que son illustre petite veste, elle, se réduisit dans des lignes plus graphiques. Le camélia, grâce aux génies Lesage et Lemarié, se trouva quant à lui sculpté à même les bombers du soir, quand il n’était imprimé sur des plumes aériennes. Mieux encore, le légendaire soulier bi-colore imaginé par Massaro en 1957 pour Chanel est ici orné de petits nœuds en cuir or. « Les Métiers d’art m’apportent leur savoir-faire. Ils subliment nos créations » précise Virginie Viard. Et il est vrai que cette collection a quelque chose de plus essentielle; comme une volonté de laisser parler le talent des artisans des trente-trois maisons qui composent les Métiers d’Art. « Il y a une forme de simplicité à revenir à l’abécédaire de Chanel. Nous n’avons pas besoin d’en faire trop » explique l’actuelle directrice artistique de la maison.

Une façon très Parisienne finalement de concevoir l’allure — et ce grin de folie qu’on lui connait trouve ici son apogée dans un sac cage… Un clin d’oeil franc et efficace à la publicité non moins iconique imaginée par Jean-Paul Goude. Vanessa Paradis en oiseau Chanel. D’ailleurs, le flacon du N°5, inspiré de la forme de la Place Vendôme, joue de sa taille, cette fois en sautoir. L’esprit Chanel, tout magnifiquement.