Le Cognac Paradis Impérial d’Hennessy


En 1818, pour l’anniversaire de son fils, le Tsar Alexandre Ier, l’impératrice Russe Maria Feodorovna passe commande auprès d’Hennessy d’une eau-de-vie qui aurait la couleur de l’or. Aujourd’hui, les précieuses eaux-de-vie ayant servi à l’assemblage de ce breuvage sont de nouveau tirées du Paradis, nom du chai dans lequel ces trésors étaient stockés. L’objectif : composer le cognac ultime, où, seules comptent « l’élégance et une très grande subtilité, car elles constituent la rareté absolue ». Ce cognac, la maison Hennessy le baptise Paradis Impérial. Un assemblage d’eaux-de-vie très anciennes reposant sur l’effacement total de toutes frontières créatives.

Le résultat ? Une couleur finement ambrée, et une longueur en bouche qui n’en finit pas. Un nectar exquis et divin qui au nez flatte déjà par une fraîcheur surprenante. En bouche, c’est un constant éblouissement : des arômes floraux comme la fleur d’oranger et le jasmin se révèlent épicés d’accents fumés ; un jus qui jamais ne semble finir de peu à peu s’estomper sur le palais, tant ses échos continuent d’y danser. Cette eau-de-vie a une élégance et une complexité toute singulière. C’est à la jeune créatrice Stéphanie Balinila qu’Hennessy a confié l’élaboration de son écrin. Facettée, la carafe est ainsi fermée d’un bouchon en cristal dont la collerette est recouverte d’une couche d’or 18 carats. Un écrin placé dans un coffret réalisé dans des matériaux nobles, quand le design de la bouteille fait écho aux costumes d’apparat impériaux. Au final, le Cognac Paradis Impérial d’Hennessy surpasse les plus belles dégustations expérimentées par la mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *