Le Chapeau Chaussure de Schiaparelli

Si la mode n’est pas un art, certains artistes font la mode. Dali et Elsa Schiaparelli sont de ceux-là.

La Mode de Schiaparelli Est Un Art

Qui était Elsa Schiaparelli? Une femme « pleine de fantaisie », bouillonnante d’idées géniales – elle pratiquait l’art de la couture…  De cette insolente singularité sont nées les pièces les plus espiègles du répertoire de la mode, à l’instar du chapeau-chaussure.

Si Elsa Schiaparelli fut à ce point influencée par le Surréalisme, c’est que la couturière comptait parmi ses proches les figures de proue du mouvement. Influencée par son époque, Schiaparelli a mené un exercice de mode en relation très étroite avec l’art.

S’inspirant ou collaborant avec les surréalistes, d’André Breton à Salvador Dali, Elsa Schiaparelli a ainsi oeuvré à décloisonner la mode, rendant l’exercice un brin plus irraisonné. Et c’est ainsi que l’Italienne installée à Paris a su donner naissance à des œuvres d’une aura toute particulière.

En fait, Schiaparelli a surtout emprunté au mouvement l’irrévérence et le désir de toucher à l’irrationalité. Ajoutez à cela une volonté toute personnelle de ne surtout pas faire comme les autres, et voici l’équation d’un design aussi fou que parfait ! Si l’on en croit les courbes du chapeau-chaussure, ou la robe homard, Salvador Dali fut sa plus grande source d’inspiration.

Salvador Dali Dans La Mode de Schiaparelli

Dès le début de leur collaboration, les deux artistes s’attachent à entremêler l’art et la mode. Et, tandis qu’Elsa Schiaparelli préparait sa collection de février 1937, l’artiste tombe sur un cliché de Salvador Dali portant une chaussure de femme sur la tête, et une autre sur l’épaule… Immortalisé par sa femme Gala en 1933.

Elsa puisera ici l’idée de cet accessoire aussi espiègle qu’iconique : le  chapeau-chaussure. Elle détourne ainsi l’usage premier de l’un et de l’autre pour en faire une pièce à part entière. Baptisée Le Cirque, la collection sonne encore aujourd’hui comme l’une des plus belles démonstrations de la mode dans son essence la plus vraie : l’humour et le savoir-faire.

Coupé dans du feutre, l’accessoire reprend la forme d’un escarpin à haut talon, rouge ou noir, et vient s’incliner sur le front de la personne qui en est coiffée. Le chapeau-chaussure est de fait lié à l’idée surréaliste de rêve et réalité. Il vient ici représenter l’évasion de l’esprit, la chaussure ramenant l’esprit sur terre !

La publication dans l’Officiel de la Mode et de la Couture d’octobre 1937 achèvera d’en faire une icône. Gala apparaît en effet coiffée de cette création sur une photographie d’André Maillet. Portés par les plus grands noms de l’univers de l’art et de la mode, tel Daizy Fellowes, éditrice française du Harper’s Bazaar, le chapeau-chaussure de Schiaparelli diffuse encore et toujours sa beauté convulsive ! Une mode que l’Américain Daniel Roseberry est désormais en charge d’électriser.