L’Aston Martin DB5 : Faire Table Rase du Passé

Lorsque l’industriel David Brown reprend la direction d’Aston Martin en 1947, l’homme imagine un logo à la hauteur de l’épopée de cette écurie. Placées au coeur d’une paire d’ailes déployées pareille à la mythologie égyptienne, les initiales DB viennent souligner la renaissance d’un phoenix. Nombre d’Aston Matin ont en effet fini embouties, ou pire détruites, lors de circuits précédents. Et cette fois, David Brown est bien décidé à ne laisser que prestige et exception dans le souvenir du monde entier. Pour ce faire, il confie à John Wyer la tenue du projet DB5. L’ambition est simple : faire table rase du passé pour introduire une nouvelle voiture tout à la fois puissante et créative ! 

 

L’homme fait alors appel au maître de la carrosserie italienne, Carrozzeria Touring, afin de réaliser une carrosserie hautement stylisée. L’associé de longue date de Ferrari pense ici une caisse en aluminum riche de son procédé ‘Superleggera’… Déjà présents sur les DB4 Vantage et GTC, des phares sphériques soulignent le galbe tout en sensualité de la DB5. Calandre en T retourné et flèche chromée sur les flancs, la caractéristique esthétique Aston Martin est née. Et pas question de réduire la puissance du moteur. Dans cette robe en finesse et élégance vient ainsi se nicher une mécanique imposante ; un six-cylindres en ligne de 4 litres. Editée en 1963, la voiture semble alors idéalement taillée pour une icône en devenir…

 

Albert Broccoli et Harry Saltzman sont en effet sur le point d’adapter au cinéma le James Bond de Ian Fleming. Dans son ouvrage, le Britannique parle déjà d’une Aston Martin DB3 — mais eux désirent une version plus moderne, plus espiègle ! Après négociations, Aston Martin accepte de leur confier la toute première DB5 jamais produite. D’abord teinte en rouge, c’est par la suite dans une version Silver Birch que Broccoli et Saltzman signent la voiture iconique de James Bond dans Goldfinger. Entre les mains du directeur artistique, Ken Adam, et du génie des effets spéciaux John Stear, l’Aston Martin devient la mythique James Bond DB5 — 13 gadgets et un siège éjectable ! En 2018, le mythe est tel que l’annonce du fabricant de produire 25 modèles du bolide aux sept James Bond n’a pas fini d’attiser les foules…

 

 

La DB5 de Aston Martin, Quelques Dates Clés

2018 : L’Aston Martin DB5 du film GoldenEye de James Bond est à vendre.

2018 : L’Aston Martin de James Bond est bientôt disponible en Lego.

2018 : L’Aston Martin DB5 de James Bond est mise aux enchères pour près de 3 millions.

2017 : L’Aston Martin DB5 de James Bond est exposée à Rétromibile.

2017 : La DB5 de 007 est exposée au musée de l’automobile de Beaulieu.

2017 : La DB5 de Paul McCartney est vendue aux enchères.

2017 : L’Aston Martin DB5 de James Bond débarque à Paris.

2016 : L’exposition « James Bond 007 » expose les voitures de James Bond.

2012 : La DB5 apparaît dans Skyfall.

2006 : La DB5 apparaît dans Casino Royale.

1997 : La DB5 apparaît dans Never Dies.

1995 : La DB5 apparaît dans GoldenEye.

1966 : Un modèle réduit, de la taille d’une voiture à pédales, a été offert aux enfants de la reine Elisabeth II.

1965 : Le couturier Ralph Lauren s’offre une Aston Martin DB5. 

1965 : La DB5 apparaît dans Thunderball

1964 : La DB5 apparaît dans Golfinger.

1963 : L’Aston Martin DB5 est créée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *