La Vodka Grey Goose

La Grey Goose, c’est d’abord l’histoire d’un milliardaire américain, Sidney Frank qui, après le décès de son épouse, fille d’un richissime distillateur et négociant en spiritueux, décide de concevoir une vodka qui surpasserait les plafonds du luxe. Pour se faire, l’homme demande à un modeste distillateur de Cognac, ancré dans les traditions ancestrales, de lui concevoir un alcool ultra-snob qui se passe de raisin et de vieillissement en fûts. Dans la région, cela détonne. Son nom – Oies Grises en français – Sidney Frank l’emprunte à ces oiseaux qui, justement chaque année, migrent de l’Europe vers Manhattan. Pour réussir l’exportation et l’implantation de ce produit étrangement bien français, Sidney Frank est le premier à utiliser la stratégie d’infiltration, consistant à faire apprécier la marque par les stars et les personnes d’influence. Ainsi, dès 1998, il glisse quelques bouteilles bien givrées dans les limousines qui amènent les stars de Hollywood à la cérémonie des oscars. Dès le lendemain circulait donc une photo de Sharon Stone une bouteille de Grey Goose à la main. Il n’en faut pas plus pour que la marque soit propulsée au rang de boisson la plus hype du moment. En 2004, Bacardi prend possession de la griffe Grey Goose. Le premier ingrédient de la recette Bacardi à ainsi être intégré à la vodka : la qualité. Le Maître de Chai François Thibault prend ainsi la relève et créé une vodka unique et 100% Française. 100% Française puisque la vodka se conçoit dans la région de Cognac par un véritable maître de chai ; elle est constituée d’eau du Massif Central et de blé de la Beauce. Unique, car c’est dans le respect des traditions et du savoir-faire cognaçais que se compose le nectar.

« Nous choisissons le blé tendre, celui à l’odeur vanillée qui est aussi utilisé pour la pâtisserie », explique François Thibault. L’alcool brut est acheminé à Cognac et mélangé à de l’eau puisée à Gensac – à 160 mètres au-dessous du très chic terroir calcaire de Grande Champagne, la parcelle la plus réputée pour la culture des vignes de Cognac. Commence alors la distillation en continu que François Thibault a mise au point pour la Grey Goose, au terme de huit mois d’expérimentations. « La qualité doit être absolument régulière : si on change un paramètre, on prend un risque. Notre vodka doit avoir une recette et un goût planétaires. » C’est ainsi une saveur personnelle et originale alliant rondeur et douceur qui se devinent en bouche. Il n’est point étonnant donc que depuis sa création, la vodka Grey Goose détient une place à part dans l’univers de la mixologie, autrement dit, dans l’art du cocktail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *