La Veste Brandebourg et la Capeline Saint Laurent de l’Automne/Hiver 2018

Pour imaginer la collection Saint Laurent de l’Automne/Hiver 2018/19, Anthony Vaccarello a choisi d’exhumer la ligne de la collection « Paysanne Russe ». Imaginée par le maître en 1976, cette collection honore la relation particulière qu’Yves Saint Laurent entretenait avec la Russie, son imaginaire et sa tradition vestimentaire. Consacrées aux Saisons russes de Serge Diaghilev, les pièces reprenaient toute la grammaire de la grande Russie – uniformes cosaques, brandebourgs, et broderies follement appliquées… Cette semaine à Paris, c’est ainsi une femme Saint Laurent tout en mystère et grandiloquence qui défila. Le visage élégamment caché derrière une capeline iconique, c’est sa veste brandebourg qui captive l’attention.

Coupée près du corps, la veste en paillettes noires capture en effet la lumière comme rarement. La silhouette est éminemment celle de Saint Laurent – femme fatale car femme assumée et sur d’elle, voici que de cette association veste brandebourg/capeline, se dégage ce je-ne-sais-quoi très parisien. Mieux, taillée en équilibre entre héritage et délicate actualisation des icônes, la silhouette d’Anthony Vaccarello pour la maison du 5 avenue Marceau oriente un peu plus le propos Saint Laurent vers le monde de la nuit.

Oui, les femmes Saint Laurent de l’Automne/Hiver 2018/19 sont érotiques et apprêtées d’un chic tout simplement parisien. Au-dessus des fontaines du Trocadéro, en face de la Tour Eiffel, c’est bel et bien la nuit de Paris que ces femmes à l’aura secrète s’apprêtent à conquérir – chapeautée d’une capeline et habillée d’une superbe veste brandebourg… La tenue est altière, bohème et savamment taillée – elle n’est d’ailleurs pas sans rappeler les toilettes que portait Veruschka von Lehndorff lors de son voyage en Sibérie avec le photographe Richard Avedon. Mémorable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *