La Palette Iconique de Chanel? Beige, Noir Et Blanc

Des couleurs si propres à la maison Chanel qu’elles sont devenues synonymes d’élégance intemporelle. Coco elle-même ne disait-elle pas: « La mode se démode, le style jamais. »

La Volupté du Beige Chanel

Dans la palette du 31 rue Cambon, nombre d’éléments découlent de la puissance d’observation de Mademoiselle Chanel. A Deauville, alors que la maison se nomme encore Gabrielle Chanel, Coco pioche ça et là les codes d’une mode qui deviendra éternelle.

1913. Elle découvre le lieu de villégiature qu’est déjà la petite ville Normande. Au bras de Boy Capel, arpentant cette ville de bord de mer où déjà se réunissent têtes couronnées et élégantes du monde entier, Gabrielle est particulièrement attentive aux nuances de la nature.

Dans sa quête d’une nouvelle élégance, Coco va trouver à Deauville les éléments indispensables à sa grammaire stylistique. La marinière, le pantalon à pont, le sac matelassé… C’est aussi et surtout sur la promenade du bord de mer qu’elle remarque la force et la volupté du sable caressé par l’écume – un beige profond et nuancé.

Il n’en faut pas plus pour que Chanel décide d’en faire sa couleur de prédilection. Associée au noir qu’elle tient à dérober des tenues du couvent, Coco vient de déterminer la couleur de l’élégance.

« Je me réfugie dans le beige parce que c’est naturel. » Tout lui plaît dans cette teinte – ces nuances qui évoquent la peau nouvellement dorée par le soleil. Ces teintes d’une simplicité folle. La sourde sensualité qui s’en dégage…

Tout correspond à l’essence de ce qui deviendra le style Chanel. Car bientôt et à jamais, Coco teinte de ce beige nombre de ces confections. Surnommé beige Deauville, il colore d’abord ses pièces en jersey. En 1957, l’arrivée des souliers bicolores signe un tournant irréfutable. Le beige allonge la jambe, le bout noir donne l’illusion d’un pied plus petit. Et de noir il est aussi beaucoup question !

L’ADN Mode De Chanel, Le Duo Noir Et Blanc

« Les femmes pensent à toutes les couleurs, sauf à l’absence de couleur. J’ai dit que le noir tenait tout. Le blanc aussi. Ils sont d’une beauté absolue. C’est l’accord parfait. » Devenue une combinaison classique de la garde-robe, le noir et le blanc furent en effet les teintes favorites de Coco Chanel.

C’est que la couturière a l’oeil pour définir la silhouette idéale — le noir fait ressortir la ligne et le visage de la femme qui le porte, tandis que le blanc, couleur de la pureté, vient l’éclairer.

On raconte que c’est à Aubazine que Coco Chanel capture de son oeil d’esthète tout le potentiel du noir; une rigueur monacale. Et puisqu’elle n’aime rien de plus que les contrastes, Chanel va faire du noir et du blanc l’union sacré de sa couture.

Mais à son époque, le noir est réservé aux deuils. Elle en fera une couleur appropriable par tous, et finalement appropriée tout le temps. Et c’est la mythique petite robe noire qui lui permettra d’achever la transformation.

Transformée en symbole de l’élégance, voici le noir et sa robe devenus l’uniforme de la femme moderne. La coupe sobre et débarrassée de tout surplus permet en fait d’en faire une pièce caméléon comme symbiose de raffinement, variant de la coupe à l’ajout d’accessoires. Il est connu que Gabrielle, elle, y ajoutait son rang de perles.

La toute première petite robe noire apparaît ainsi en Octobre 1926, dans le numéro de Vogue. « Cette robe en crêpe de Chine noir est le modèle type de Chanel : sobre, s’adaptant aisément aux circonstances, et d’une élégance impeccable dans sa simplicité. »

La robe, bien entendu dessinée avant cette date, est ainsi devenue un vêtement bien adapté à la réalité des femmes de son temps. En adéquation avec leurs besoins et leurs désirs.

Finalement, pourquoi le noir? Avant tout, puisque le noir est seyant ! Il prête aux femmes un charme, un peu plus de mystère, mais surtout ajoute un caractère de grande distinction à l’élégance et à la silhouette féminine… Dès lors, Mademoiselle en fait le modèle type de la sobriété raffinée, s’adaptant aisément aux circonstances de la vie parisienne.

Justement, la seconde collections de Virginie Viard pour la maison Chanel puise aux sources de cette révolution — pour le Printemps/Eté 2020, celle-ci distille le noir et le blanc autour de silhouettes très Parisiennes. Le chic, le luxe et l’élégance, et rien d’autre !