La Nautilus de Patek Philippe

5719_10g_010.png

Patek Philippe, entreprise familiale placée sous la direction de Thierry Stern et de Sandrine Stern, pour directrice de la création, promet depuis plus d’un siècle l’exceptionnel pour le quotidien. L’aventure s’amorce ainsi avec la collection Nautilus, inaugurée en 1976 – la première du genre dite Jumbo s’inscrit ainsi dans une esthétique toute particulière. A l’ère des chronographes puissants ou luxueux, Patek Philippe fait le choix de faire entrer sur le très haut marché de l’horlogerie les premières montres de sport de luxe. Avec son boîtier inspiré d’un hublot de transatlantique, et la forme inédite de sa lunette octogonale aux angles adoucis, la Nautilus s’est très vite démarquée par son design unique, allié à une fiabilité hors norme. Signature incomparable à l’époque : la montre, luxueuse, est coulée dans l’acier – scandale ! Sans métaux ou pierres précieuses, à contre-courant des garde-temps de luxe de l’époque, voilà que la montre dessinée par Gerald Genta – lui qui avait déjà imaginé la Royal Oak pour Audemars Piguet en 1972 – entre dans l’histoire.

La création Patek Philippe incarne alors un nouveau style de vie alliant robustesse et élégance. Avec un diamètre de 40 mm – quand le goût était davantage aux petites montres – la Nautilus réinvente aussi la géométrie grâce à sa lunette ni ronde ni carrée, mais octogonale. Sans tapage, la voici qui frappe le regard par ses deux charnières à gauche et à droite du boîtier. Son nom, le modèle l’emprunte d’ailleurs à un autre mastodonte d’un genre différent : un mollusque des grandes profondeurs dont la carapace cloisonnée fait écho à l’étanchéité de la montre jusqu’à 120 mètres, rendu possible par sa conception monobloc si particulière. C’est également un hommage au célèbre sous marin du roman de Jules Verne Vingt mille lieues sous les mers. Mais très vite, la légende rattrape la montre et, les listes d’attente s’allongent ; on voit aussi apparaître les premières Nautilus dans les catalogues des grandes maisons de ventes aux enchères. Il n’en fallait pas plus pour que la Nautilus ne devienne un objet culte !

C’est ainsi que l’histoire de Philippe Patek se lie à celle des records aux enchères. En novembre 2016, la Référence 1518, un modèle chronographe en acier de 1943 doté d’un quantième perpétuel avec phases de lune, fut vendu pour 11 millions de dollars. Un record absolu pour une montre bracelet. Le 14 mai prochain, c’est une nouvelle vente qui est très attendue, celle de l’extraordinaire montre de poche « Calibre 89 » – à Genève, le 14 mai 2017, la montre de poche en or jaune avec ses 33 complications horlogères compte ainsi comme le chef-d’oeuvre de l’horlogerie le plus important jamais proposé aux enchères. Un modèle imaginé en 1989 pour le 150ème anniversaire de la maison Philippe Patek.

 

Telling You More About… La Montre Nautilus de Patek Philippe

L’Éternelle Nautilus de Patek Philippe

Partager

Laissez une réponse

Your email address will not be published.