La Montre Crash De Cartier

La saga de la montre Crash s’écrit en plein cœur du Swinging London. Nous sommes en 1967 quand un client de la maison Cartier confie à la boutique londonienne sa montre accidentée, afin de la faire réparer. Mais l’objet fait l’effet d’une onde de choc : le design déstructuré stupéfait Jean-Jacques Cartier, directeur de la succursale, qui s’en trouve aussitôt charmé. Les formes insouciantes et anticonformistes du boîtier envoutent le grand horloger au point de vouloir cristalliser ce design désagencé dans une montre aussi unique que précieuse.

Dès lors, la maison Cartier bouscule les conventions de la haute horlogerie, introduisant par là même humour et raffinement dans le domaine de la précision et de l’exactitude horlogère. Facilement reconnaissable par son cadran asymétrique évoquant la distorsion et l’inattendu, la montre Crash est devenue au fil du temps une création moderne et décalée, symbole d’une époque où régnait l’originalité. D’ailleurs, la pièce n’est pas sans rappeler les fameuses montres molles du chef d’œuvre de Salvador Dali « La persistance de la mémoire ».

Cette pièce collector est disputée aujourd’hui par une élite, figurant comme une icône seventies. Le joyau de Cartier fait en effet partie des créations ayant marqué leur temps ; et aujourd’hui, la Crash conte toujours son histoire. Mais Cartier n’a pas hésité à renouveler son icône. En 2013, la maison fait ainsi renaître la légende Crash à travers une édition limitée dédiée à la femme. Quatre nouveaux garde-temps sont, pour la première fois, sublimés par un somptueux ornement de gouttes d’or, gris ou rose, diffusé à seulement 267 exemplaires.

La version ultra précieuse ne compte que 67 atours, numérotés sur des bracelets entièrement sertis de diamants blancs. Ce nombre restreint rend hommage à l’année de naissance de la mythique parure. En 2014, Cartier fait entrer La Crash squelette dans un univers unisexe. En platine, ce garde-temps alterne design et haute horlogerie, et accueille au sein de son boîtier un calibre mécanique manuel visible à travers son cadran squelette. Véritable objet de désir, la montre Crash est plus que jamais dans l’air du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *