La Montre Boy.Friend de Chanel

Il n’est sûrement pas d’autre garde­-temps dans la grammaire de la maison de la rue Cambon qui reflète aussi bien l’attitude boyish de sa fondatrice que la nouvelle Boy.Friend. Cette attitude, on raconte que c’est à son grand amour Arthur Capel – décédé brutalement en décembre 1919 – qu’elle la doit. Lui qu’elle surnomma “Boy“… Les neuf années passées à ses côtés ont suffi à forger la gimmick styliste des créations de Gabrielle : ce fut d’abord le N°5, parfum né du manque et de l’absence de son aimé, après son décès survenu deux ans auparavant. Chanel apaisera aussi sa peine dans la spiritualité : « Je crois à la quatrième dimension, et à une cinquième (…) C’est né d’un besoin d’être rassurée, de croire que l’on ne perd jamais tout et qu’il se passe quelque chose de l’autre côté. »

Aujourd’hui, la maison Chanel rappelle l’idée en dessinant un garde-­temps inscrit dans le vocabulaire horloger de la maison. Avec sa sobriété, son esthétique épuré et sa forme identifiable, la Boy.Friend porte en elle l’art de twister aux éléments du vestiaire masculin un dessin tout à la fois classique et contemporain, puisque c’est à la Première qu’elle emprunte ses courbes. C’est tantôt dans un format XL de 37 x 28,6 mm, tantôt dans un format Large de 34,6 x 26,7 mm que la boîte incurvée révèle une nouvelle dimension esthétique. Soulignée par de nombreux angles biseautés et des finitions satinées et polies, deux couleurs d’or, blanc ou beige, des diamants ou non, mettent en lumière un garde­temps à la forme oblongue et dépouillé de chiffres.

Voilà que les questions de l’allure, de l’équilibre, de la proportion et les détails sont résolues. En adoptant une attitude masculine presque virile, la Boy.Friend bouscule et transforme l’académisme de l’horlogerie féminine. C’est en effet reliée à un bracelet en alligator Mississipiensis que la Boy.Friend vient enserrer et boucler le poignet de ces belles, éveillant par là même le charme de l’allure garçonne. En plongeant dans les archives de la bouleversante mort du grand amour de Gabrielle, Chanel dépouille le temps de ses chiffres et, dans une dernière pirouette, respecte la spiritualité salvatrice de la Dame aux Camélias qui un jour s’est dit « qu’il suffit de porter quelque chose au poignet pour avoir confiance en l’avenir. » Déclinée en six versions toutes plus désirables les unes que les autres, la montre Boy.Friend est à découvrir dès le 1er septembre prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *