La Légende de la Coupe des Mousquetaires

La légende de Roland Garros remonte à 1925 – c’est en effet cette année là que la Fédération Française de tennis décide d’ouvrir les championnats de France aux meilleurs joueurs étrangers… Les Internationaux de France voient le jour et, en 1928, c’est la construction du stade Roland-Garros qui scelle le tournoi éponyme. Jusqu’en 1933, quatre joueurs Français trônent sur le tournoi : Jean Borotra, Jacques Brugnon, Henri Cochet et René Lacoste – ce sont les Quatre Mousquetaires. Ainsi, lorsque dans le Paris de l’après-guerre une nouvelle ère débute, les Internationaux de France deviennent le premier tournoi dit ‘open’ du Grand Chelem. Nous sommes en 1968 et Roland Garros entre dans la légende internationale.

Evidement, il fallait un trophée à la hauteur de sa réputation. En 1981, le président de la FFT d’alors, Philippe Chatrier décide d’offrir une coupe olympienne au tournoi de plus en plus médiatisé. C’est ainsi qu’il lance un appel aux joailliers Parisiens… Le défi : façonner le symbole d’une victoire tous azimuts ! Et justement, au 9 rue de la Paix se trouve l’un des plus anciens joailliers du monde, adoré par Marie de Médicis, honoré par Marie-Antoinette… Mellerio dits Meller, le seul orfèvre capable de transformer une simple feuille d’argent en œuvre d’art. Dès lors, c’est à lui et à lui seul qu’est confié la réalisation des coupes de Roland Garros, et notamment la mythique Coupe des Mousquetaires. « En 1981, Mellerio a proposé à la Fédération française de tennis une coupe en forme de large vasque soulignée d’une feuille de vigne, ornée de deux anses en forme de cygne. Une esthétique naturaliste chère à la maison » précise Gilles Haumont, le nouveau propriétaire des lieux.

Il faut cinquante heures de travail à l’orfèvre pour mettre au monde la coupe en argent massif haute de 21 centimètres – un trophée qui demeure à jamais dans l’enceinte du state. Et c’est en effet la particularité de la Coupe des Mousquetaires. Lorsqu’elle vient couronner le vainqueur de Roland Garros, de Yanick Noha à Björn Borg en passant par Rafael Nadal, la Coupe est soulevée sur le Central, avant d’être remise dans l’enceinte du Stade, jusqu’à l’année suivante… Le vainqueur, lui, repart avec un modèle réduit. Et justement, la Coupe des Mousquetaires est si précieuse que c’est à la manufacture Louis Vuitton que fut confiée la réalisation de la malle trophée. Réalisée à la main dans les ateliers historiques d’Asnières, c’est cet attachement au savoir-faire, à l’excellence et au rayonnement de Paris et de la France dans le monde qui lie la manufacture au tournoi de Roland-Garros. Habillée de l’iconique toile Monogram, la malle abrite à merveille l’illustre Coupe – ne reste plus qu’à savoir qui d’Andy Murray, Rafael Nadal ou Stanislas Wawrinka repartira Dimanche prochain avec ce trophée iconique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *