La J12 Moonphase de Chanel

Une idée audacieuse, qui ne manque pas de poésie : séduire la Lune d’un regard, pour, au poignet, y déceler son mystère. Il y a dix ans, par-delà la constance de l’univers de la haute horlogerie, la maison ose proposer un garde-temps blanc. La J12, alors dotée des fonctions chrono ou dual-time, se coule dans une céramique à la blancheur onirique ; si révolutionnaire qu’elle transfigure son aspect high-tech en un précieux matériau à la pureté inaltérable. Cette fois, l’icône horlogère du XXIe siècle tente de décalquer l’éclatante atmosphère composée par les teintes de zinc d’une Lune pleine, un soir d’hiver enneigé. Les yeux rivés vers la voûte céleste, la montre J12 Moonphase se réinvente, sans perdre une once de sa somptuosité. Son cadran, au fini tout à la fois satiné et guilloché, s’écrit dans la plus pure tradition de l’horlogerie ; pour lui offrir une ouverture plus large, c’est la lunette qui s’affine au contact d’un manteau de diamants, ou de céramique. Au cœur du garde-temps, si l’indication de la date se fait par une aiguille centrale dont l’extrémité raisonne de la même forme qu’un poétique croissant de lune, se forge une chose inédite : les lunaisons sur le cadran se fichent, dans un savant mélange de modernité, de pureté, et d’élégance.
En céramique high-tech blanche ou noire, en version joaillerie sur céramique de titane, pavée de diamants ou non, la J12 Moonphase semble concentrer tout l’esprit créatif et la force de séduction des classiques de la maison. Comme un clin d’œil à la passion de Coco pour les astres, la montre inscrit donc la phase de lune. Un mécanisme complexe qui, au fil du trot de la grande aiguille, exhibe la nouvelle lune, le premier quartier, la pleine lune et enfin le dernier quartier de l’astre des rêveurs. Mais, en apposant les moonphases sur un disque en aventurine d’un bleu profond et pailleté à la manière du ciel une nuit d’été, c’est au poignet que Chanel accroche la Lune, dans un raffinement esthétique égal à son excellence technique. Le disque, disposé à six heures, est orné des quatre principales lunaisons, et doté d’une petite aiguille serpentine en acier poli ; une distinction subtile et sublime, de quoi se substituer au disque stellaire… C’est ainsi que la montre J12 Moonphase entame un nouveau voyage : haut, très haut, elle ouvre un nouveau chapitre de la galaxie horlogère de Chanel, assurément constellé de nouveautés.

Une réponse sur “La J12 Moonphase de Chanel”

  1. Merci pour cet article
    Merci pour cet article lunaire ! Pour exprimer au mieux le capital immatériel de la montre J12 Moonphase, la maison Chanel a mis en place une superbe expérience digitale que je décris ici http://bit.ly/16Yg9XY
    Avis aux rêveurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *