La Coupe Balmain, le Code Phare de la Griffe

Accueil / Mode et accessoires / La Coupe Balmain, le Code Phare de la Griffe
allure11.jpeg

La maison du 44 rue François Ier est très vite devenue l’un des parangons de la couture Française. A l’aube d’une nouvelle modernité, Pierre Balmain dessine la silhouette d’une femme puissante et galbée dans des volumes très pointus et élaborés. Les épaulettes, la ceinture, la taille cintrée – les éléments de l’équation Balmain ont beaucoup à voir avec l’étude de l’architecture du fondateur. Pierre Balmain avait toujours en tête cet œil d’architecte : « La couture est l’architecture du mouvement » jugeait-il souvent. Ses robes, le couturier les pensent cintrées pour souligner chacune des cambrures d’un corps en mouvement. « Il y a certainement une grande parenté entre l’activité de l’architecte et celle du couturier. Que l’un construise en pierre et l’autre en mousseline, que l’un ambitionne de braver les siècles et l’autre exige de ne faire qu’une saison ne constituent pas de différences essentielles. » Très vite, ses tailleurs à la coupe droite et sobre, les longues robes de bal, les vareuses de coolie, les jupes du soir en hermine et le pantalon panthère deviennent les pièces iconiques d’un temps où le gotha à Hollywood se fait l’ambassadeur de la griffe. Partout dans le monde, les femmes sont sublimées dans des jupes aux tailles resserrées qui, indéniablement, marquent les épaules et soulignent la taille et la poitrine.

Avec l’arrivée du nouveau siècle, la mode Balmain s’actualise en même temps que sa direction artistique. Et c’est Christophe Decarnin qui pose les fondements de l’allure Balmain 2.0. Dans son numéro d’Août 2009, Vogue Paris parle de “clubbing couture” – des robes aux coupes ultra seyantes, ondulant au millimètre près, le tout dans des matières opulentes à l’extrême. Le travail du dessin et de la coupe du fondateur se précise : la silhouette est ultra dessinée, les hanches au maximum gainées… Glamour et sexy à souhait, bientôt la femme Balmain d’Olivier Rousteing s’enveloppe dans des mètres d’étoffe aérienne qui, découpée à merveille par le savoir-faire couture de la maison, propose un côté puissant. La matière redessine les lignes du corps comme une armure !Balmain, c’est sexy, et jamais vulgaire. Dans ce graphisme parfait du corps, les pièces donnent de l’envergure à la femme et, c’est la coupe qui impressionne avant toute autre chose.

L’allure Rousteing est baroque, maximale, glamour et fière – sans un tailoring rigoureux, impossible d’atteindre une telle magie sur le corps. « C’est une femme de caractère à la féminité assumée » comme le directeur de la création aime à le rappeler. Cette femme qui trouve dans les pièces Balmain la seconde peau venant magnifier ses formes. « Mes filles veulent être sexy veulent prendre des risques. Elle repoussent leurs limites. […] J’essaie de montrer que les femmes sont des femmes, et pas les cacher derrière du maquillage, ou avec des formes bizarres. Je tente simplement de montrer que je suis fier d’avoir des femmes réelles et fortes avec des personnages réels et forts sur le podium. » Des femmes qui arpentent la rue comme le podium avec cette assurance de porter ce qui va à son corps. Et c’est là tout le secret du chic Balmain : une coupe drastique et affriolante d’excellence.

Partager

Laissez une réponse

Your email address will not be published.