Krug Grande Cuvée 2004, l’Opus Ultime

L’année 2004 fut une affaire de patience – un hiver froid et un printemps vivifiant ont donné à la Champagne des températures basses dans un temps plus long qu’à l’habitude… Quand enfin arrive le mois de Mai, c’est une douce chaleur qui prend possession des vergers Krug. Là, les raisins ont pu mûrir dans des conditions idéales, sous un soleil radieux – 2004 fut dès lors une année particulière. Les vendanges, généreuses, furent idéales tant le raisin jouissait d’un caractère plus prononcé que celui d’aucune autre année. La nature, dans son le hasard de son allégresse, a permis de mettre au monde un vin exceptionnel – et aujourd’hui, le Krug Grande Cuvée 2004 est enfin disponible.

Créée chaque année depuis la fondation de la maison en 1843, la Krug Grande Cuvée est le symbole de l’attachement de Krug à l’excellence. Éric Lebel, Chef de Caves chez Krug, témoigne de la majesté de celle de 2004 : « Les vins de l’année sont à la fois expressifs, lumineux et d’une élégance indéniable. La vivacité, la nervosité et les notes d’agrumes des Meuniers ainsi que l’éclat des Chardonnays se combinent à la solide structure des Pinots Noirs pour former une palette très équilibrée. » Il faut dire que Krug n’a pas son pareil pour respecter la personnalité d’un vignoble – l’individualité de chaque parcelle, de chaque vin ressort dans l’identification faite par Eric Lebel. Et en 2004, le virtuose a donné vie à une composition élégante, où les Chardonnays vifs (39%) et les solides Pinots Noirs (37%) jouissent de la tensions des notes d’agrumes contenues dans les Menuniers (24%)…

Mais le bouquet  Krug 2004 révèle des notes plus puissantes encore, évoquant la tarte au citron meringuée, la prune et la mirabelle ! En bouche, les notes légères de brioche et de miel cèdent  la place à un éventail d’agrumes frais sublimés par un final très élégant. « Par sa fraîcheur, sa brillance et ses notes d’agrumes, Krug 2004 se marie à merveille avec des oursins, un tartare de saumon ou du caviar » souligne aussi Eric Lebel. « Il accompagnerait aussi très bien un cabillaud à l’huile d’olive et sauce citron, une sole meunière, ou les plats thaïlandais au gingembre et à la citronnelle. C’est typiquement le genre d’accord tout en finesse qui rend hommage à la vivacité du Champagne. » Composé pour être un véritable plaisir des sens, ce nectar fait indéniablement du Krug 2004 l’ultime opus de la seconde trilogie de la maison, après celle de Krug 1988, Krug 1989 et Krug 1990.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *