J’Adore De Dior, Icône De La Parfumerie

Jean Cocteau disait de Dior: « Un nom magique (qui) combine Dieu et or . » Le parfum J’Adore a fait de l’or une effluve magique et enivrante.

L’Histoire Du Parfum J’Adore de Dior

L’histoire du parfum débute en 1999 lorsque la maison Dior, sous l’impulsion de Sabina Belli, alors directrice marketing international de Parfums Christian Dior, mandate le nez Calice Becker pour réaliser la nouvelle senteur de la maison.

La seule contrainte? Celle de respecter la diorness. Autrement dit, la féminité, l’élégance et l’émotion des femmes Dior. C’est l’une des premières compositions de Calice Becker pour Dior. Ce faisant, elle décide de rendre hommage au couturier-fondateur, disparu en 1957.

Lui était convaincu que «  les fleurs (après les femmes) sont les créations les plus divines.  » Fidèle à la vision de Christian Dior, Calice Becker rompt alors avec les codes olfactifs des parfumeurs de la décennie et initie le genre floral fruité… « comme les bouquets de fleurs qui accompagnent toujours les rites de passage féminins, tels que le mariage » précise le nez.

Celle qui fut maître parfumeur chez Balmain et Tommy Hilfiger a voulu capter l’émanation d’un bouquet floral, flatté par une douce et pesante lumière solaire.

Pour se faire elle forge le coeur à partir du mariage entre la violette de France, le Champaca (sorte de magnolia d’Inde à odeur fraîche et fruitée) et l’orchidée cristallisée. En fond, une note de musc de mûre épouse de manière suave le bois d’amarante. Obtenue par un procédé de Haute Parfumerie, la distillation, Calice Becker fait jaillir l’essence éclatante et délicate de la fleur.

Le flacon est confié quant à lui à Hervé Van der Straetenle. L’ancien joaillier s’inspire alors des des colliers Massaïs que John Galliano a fait défiler pour la collection Automne/hiver 1997. Sensuelle, la bouteille prend la forme d’une amphore de verre, un écho à la première bouteille Miss Dior. Il raconte avoir eu comme idée « une goutte très épurée et beaucoup d’or. L’or symbolise l’éternité, la chaleur, le soleil et la sensualité. »

Plus Iconique Que Le N°5?

Un an après sa sortie, baptisé d’une exclamation très Française, J’Adore est commercialisé en édition limitée à 500 exemplaires avec un flacon en cristal et fils d’or réalisé par Baccarat. Tout comme Miss Dior avant lui, l’édition très spéciale suit la commercialisation du nouveau parfum…

Et c’est son nom qui va contribuer à faire de ce parfum l’étendard d’une nouvelle parfumerie. J’Adore,  un nom « qui peut se dire dans toutes langues et dans lequel on entend or et Dior » rappelle Sabine Belli. John Galliano lui même y trouve un souvenir…

A son arrivée à Paris,  très timide et parlant très mal Français, John Galliano ne connaissait que cette formule, « J’adore, j’adooore! »

Deux ans plus tard, J’Adore rafle la première place des ventes au mythique n°5 de Chanel. Sans doute aidée par une campagne de publicité devenue elle-même une icône du genre, avec Carmen Kass dans un bain d’or.

Charlize Theron, là encore sous l’objectif de Jean-Baptiste Mondino, sensuelle et divine.

Une effluve qui a le pouvoir d’habiller d’or tout corps qui la côtoie. Des essences rares pourtant si chaleureuses, c’est en deux mots l’attitude Dior.