Gabrielle, la Nouvelle Senteur Chanel

Un conte olfactif. Le parfum Gabrielle porte en lui l’audace d’un nom devenu commun – celui de Coco Chanel. Elle était une femme forte , visionnaire et déterminée à faire plier les conventions d’une beauté exagérée… Anti-conformiste pour l’époque, Chanel a bâti son mythe sur une passion ; laissant au monde un style comme une leçon de pureté. Aujourd’hui, la maison qui porte haut son nom choisit de donner vie à cette histoire dans les arômes d’un parfum inédit – et cela faisait quinze ans que Chanel n’avait édité pareille merveille. Solaire et lumineux, le dernier né de la griffe diffuse, ou plutôt, fait jaillir une énergie semblable aux battements d’un cœur en action. Car oui, Gabrielle Chanel est avant tout cette femme ayant pulvérisé les mille et uns carcans qui l’éloignaient de sa destinée. Le parfum Gabrielle est la métaphore même de la vie de Coco. Olivier Polge le sait – parler des senteurs Chanel revient toujours à parler des fleurs. Et justement, ce bouquet mirifique, le nez l’extrait de la Tubéreuse, la fameuse fleur de Grasse. « Pour la première fois on a utilisé un nouvel extrait de Tubéreuse. On a créé ce nouvel extrait né d’un procédé inédit qui permet à la fleur de révéler toute sa complexité et sa naturalité. » C’est là encore un parfum artificiel, comme le souhaitait Mademoiselle. Jasmin, Fleur d’oranger, Ylang-ylang et Tubéreuse s’épousent ainsi dans une senteur construite – un parfum artificiel où les essences se mêlent les unes aux autres pour créer une identité différente… 

Et c’est justement cette identité, cette philosophie que le réalisateur Ringan Ledwidge a voulu transmettre dans son spot publicitaire : « Je voulais exprimer un sentiment : la libération. » Ce qui se conte ici, c’est la course pour la liberté, la lutte incessante menée par Coco – une jeune femme incarnée à l’écran par l’égérie et amie de la griffe, Kristen Stewart. Dans un décor chaud mais dépouillé, sur le rythme de la chanson Runnin’ de Beyonce, l’actrice Américaine s’élance dans la quête d’une féminité très moderne toute faite de confiance, de volonté et d’indépendance. « Nous avons volontairement pris le contre-pied du storytelling » explique Thomas Du Pré de Saint-Maur, directeur général des Ressources Créatives Chanel. « Nous tenions à mettre en avant une émotion qui se capte en quelques secondes, raconter une sensation plutôt qu’une histoire. (…) Au lieu de retracer sa vie, nous avons choisi de mettre en avant sa personnalité libre et insoumise. Aujourd’hui, cette qualité est à mon sens la plus difficile et en même temps la plus impérative à avoir. Être soi et être fidèle à soi-même, c’est ce que nous transmet Gabrielle Chanel. » Un message dès lors capturé dans une essence olfactive des plus délicieuses. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *