Rencontre avec Liu Bolin, Artiste de la Réinterprétation Ruinart 2018

NEWS - 22.10.2018

La Maison Ruinart révélait au printemps dernier la réinterprétation 2018 au prisme des images-performances de Liu Bolin. Rencontre avec l’artiste caméléon.

Née au siècle des Lumières, la Maison Ruinart initie dès le tournant du XVIIeme siècle une forme de collaboration appuyée avec les artistes — c’est que quelque chose s’est passé ce jour de 1896, sur la colonne Morris qu’André Ruinart découvrit. De cette première réclame de l’histoire du champagne travaillée par le jeune Tchèque Alphonse Mucha, toute une voie fut pavée pour des collaborations aussi poétiques que ludiques. En 2018, c’est à l’artiste chinois Liu Bolin que Ruinart confie la mise-en-scène de son héritage ! Le résultat : un artiste qui s’efface en même temps que l’humain pour laisser étinceler les gestes et un savoir-faire dans une ambiance surréaliste. Tout simplement bluffant ! 

S.G. Qu’est-ce qui vous a marqué lors de votre première visite de la Maison Ruinart ?

Ce qui m’a vraiment impressionné la première fois que j’ai visité la Maison Ruinart, c’est l’implication, la fidélité et le sérieux de l’ensemble des employés. L’expertise manifeste et l’utilisation des ressources naturelles… J’ai pris conscience de l’unique savoir-faire de la plus ancienne Maison de champagne et de l’aspect exceptionnel du site historique classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Des vignes aux crayères… Les collaborateurs de Ruinart tirent parti de la nature sans la dévoyer.

S.G. Quelle a été la première étape de votre démarche pour cette collaboration avec Ruinart ?

La première étape a consisté en un repérage. Trois jours surréalistes qui m’ont permis de voir tout le processus d’élaboration du champagne depuis les vignobles jusqu’aux crayères, dont la température et l’hygrométrie idéales à l’élaboration des vins, ainsi que les différentes étapes de production… C’est ce travail, le travail des collaborateurs de Ruinart, que j’ai voulu mettre en avant dans cette série. 

S.G. Quels aspects essentiels de la Maison Ruinart avez-vous voulu capturer dans vos œuvres ?

Lorsque j’ai commencé à me documenter sur la Maison Ruinart, j’ai compris la force du savoir-faire de cette Maison bientôt tricentenaire. La longue histoire de la Maison aussi. Ayant toujours été impressionné par les acteurs de la production, j‘ai voulu capturer ceux qui sont pour moi les maillons essentiels de ce savoir-faire. 

S.G. Quels symboles visuels de Ruinart avez-vous voulu représenter dans votre collaboration artistique ?

En disparaissant derrière les acteurs de la Maison Ruinart, j’ai représenté les principales étapes de composition du champagne. Depuis le vignoble jusqu’au remuage, le dégorgement et enfin le flacon… Tout cela s’exprime dans cette collaboration. 

S.G. En ce mois d’octobre 2018, la Fiac bat son plein ; pouvez-vous nous dire ce que l’on y trouve ?

Vous trouverez notamment à la FIAC les trois images réalisées avec la Maison Ruinart. C’est-à-dire Vignes, Ligne de Dégorgement et Gyropalettes ! 

Propos recueillis par Sébastien Girard

 

À découvrir aussi durant la FIAC, une installation éphémère de la Maison Ruinart. Imaginée par la scénographe Nathalie Crinière, l’installation conte l’histoire, le patrimoine artistique et le savoir-faire de la Maison autour d’une expérience gustative inédite. Concoctée à quatre mains entre Emmanuel Renaut, chef triplement étoilé du Flocons de sel et Liu Bolin, l’expérience inédite offre des dégustations en présence d’œnologues de la Maison. Uniquement sur réservation. Du 18 au 22 octobre.

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.