Hennessy Very Special : retour sur la Collaboration Hennessy Vhils.

INTERVIEW - 04.10.2018

À l'occasion de l'exposition « Make the Invisible Visible », accessible lors des Journées Particulières les 12, 13 et 14 octobre prochain, nous sommes allés à la rencontre de Vhils pour parler de sa collaboration avec Hennessy. Retour sur le Cognac Hennessy Very Special, Edition Limitée Vhils.

S.G. : Parlez-nous de votre première visite de la maison Hennessy à Cognac ?

Vhils : Lors de ma première visite à Cognac, j’ai été particulièrement enthousiasmé par le nombre de points communs entre mon travail et celui de Hennessy. La maison Hennessy comme moi, nous travaillons des matières premières auxquelles le temps seul peut donner ce caractère exceptionnel. J’aime à croire que creuser dans les couches du temps, ce n’est pas revenir en arrière, mais plutôt faire remonter à la surface des couleurs, des dessins, des lettres du passé pour les rendre visibles.

 

S.G. : Quelle a été la première étape de votre démarche pour réaliser la bouteille Very Special édition limitée 2018 ?

Vhils : Pour moi, la procédure naturelle a été de me plonger dans les archives de la maison. Riches en symboles et en découvertes fascinantes… Quand j'ai découvert l'histoire derrière Hennessy, j'ai réalisé que cette collaboration correspondait parfaitement à mon art et à mes idéaux. J'ai repoussé les limites pendant 10 ans, mais ensuite j'ai réalisé que Hennessy le faisait depuis plus de 250 ans ! La sérénité de la tradition, un savoir-faire hors du commun et une ouverture sur le monde ! Qu’il s'agisse d'exposer la nature d'une ville ou de mélanger un Cognac parfait, pour nous deux, l'essentiel est le temps. Vous devez l'attendre, le laisser faire son travail, puis travailler avec les couches que le temps a façonné. Il n'y a pas d'accélération du processus et il y a toujours un élément de prise de risque. Et c’est là que se forge tout l’aspect d’un cognac rarissime.

 

S.G. : Qu’est-ce qui vous rassemble, vous et la maison Hennessy, selon vous ?

Vhils : Pour Hennessy, mon approche à l'égard de mon art est une métaphore appropriée de l'art de la fabrication du Cognac : tous deux nous nous appuyons sur la force imprévisible et immuable du temps et des éléments. Pour chacun d’entre nous, le processus créatif est une quête poétique pour rendre visible l'invisible. Rendre le cognac iconique. 

 

S.G. : Il y a une véritable obsession au temps dans votre oeuvre, autre point commun avec le cognac ?

Vhils : Le cognac est par nature une œuvre qui nécessite du temps. Il faut également être capable de tenir dans le temps une création. Que 10 ans, 50 ans, 100 ans plus tard, cette création soit la même. Identique. Immobile. Capable de transcender les goûts et les nouveaux savoir-faire. Là, la maison confronte ces piliers avec le travail artistique qui par nature est un bon capteur du temps. Elle met face à face des icônes de la création actuelle avec une icône qui remonte pour certains flacons au début du XIXème. Le savoir-faire, manuel, le respect de la tradition, en sont d’autres. Ce ne sont pas les seules.

 

S.G. : Quels symboles avez-vous identifiés et représentés sur la bouteille ?

Vhils : Pour Hennessy Very Special, il y a tout d’abord l’ultime symbole Hennessy : le bras armé. Il y a aussi sur l’étiquette les grappes de raisin qui viennent de la vigne, élément clé d’un cognac original. Il y a un visage aussi que vous verrez mieux quand vous reculez ou avec l’appareil photo de votre mobile, certains visages que vous voyez mieux qu’à l’oeil nu. Ce cognac se déguste de la même manière, sous différentes enveloppes. Vous avez après ce que l’on appelle le damier sur la capsule de la bouteille. Il y a aussi d’autres codes de la maison qui sont utilisés comme les trois étoiles qui est le nom original du Hennessy Very Special.

 

S.G. : Quelles techniques ou matières avez-vous utilisées pour cette bouteille ?

Vhils : Pour la bouteille Hennessy Very Special, je n’ai pas utilisé mon marteau-piqueur mais j’ai repris mes techniques sérigraphiques habituelles. En effet, j’ai ajouté de l'encre et de l'acide sur le papier afin de créer une oeuvre texturée, dynamique, constellée de noirs et de jaunes profonds, évoquant un cognac tout en nuances et lumières. 

 

S.G. : Une exposition a été créée pour cette collaboration, pouvez-vous nous dire ce que l’on y trouve ?

Vhils : L’exposition démarre par les archives qui ont nourri mon travail. J’ai dressé un parallèle entre les pierres des murs de Lisbonne et les pierres lithographiques qui étaient utilisées pour produire les étiquettes Hennessy au XIXe siècle. Dans les œuvres en papier et métal que j’ai réalisées, on retrouve les symboles d’Hennessy, le bras armé, les 3 étoiles, les grappes de raisin, le damier, entre autres éléments iconographiques du passé, bien entendu revisités, remixés subtilement. 

 

S.G. : On dit de vous que vous êtes un artiste qui aime expérimenter. Qu’en pensez-vous ? 

Vhils : J’aime bousculer les certitudes, en questionnant ce qui est visible de ce qui ne l’est pas. On peut y voir aussi un message social. On n’aurait pas tort. Il y a aussi ce polystyrène, des extrusions de mur. De face, c’est comme si le visage venait nous parler. De côté c’est une skyline, en écho au côté urbain de mon travail. Il y a toujours plusieurs niveaux de lecture. Je joue, j’expérimente, avec mon équipe. Ce qui me caractérise en dehors de mon histoire dans l’art urbain, je dirais que c’est ma capacité à savoir expérimenter. Je transforme, détruis, reconstruis, réinvente. Je tords la réalité et en fait autre chose… Mais Hennessy porte aussi en lui cet héritage — repousser les limites, réinventer sans cesse la sublimation du cognac, faire de son passé le tremplin vers un futur où le cognac devient icône plutôt qu’archive… 

 

S.G. : Avez-vous apprécié la collaboration pour la bouteille Very Special édition limitée 2018 d’Hennessy ?

Vhils : Je savais que Hennessy travaillait avec des street artistes depuis plusieurs années déjà. Ils m’ont donné la liberté de créer ce que je voulais. J’ai eu accès à leurs archives et j’ai pu visiter Cognac pour mieux comprendre l’impact que cette industrie avait eu sur la communauté locale. Donc c’était une aventure très intéressante pour moi. C’était une vraie collaboration car outre la bouteille édition spéciale, j’ai créé plusieurs œuvres suite à ce que j’ai découvert dans les archives. Hennessy soutient également plusieurs de mes projets personnels dont mon exposition à Paris et mon studio. Ils respectent vraiment l’identité de mon travail. J’ai ainsi essayé de transmettre ce respect mutuel, cet échange d’identités dans cette nouvelle carafe. Une harmonie entre lumière et design urbain, en somme. 

Propos recueillis par Sébastien Girard

 

L’exposition « Make the Invisible Visible » sera accessible lors des Journées Particulières les 12, 13 et 14 octobre prochain. À l’occasion de ce week-end exceptionnel, la Maison Hennessy propose de découvrir plusieurs lieux dont certains sont habituellement fermés au public. En plus de l’exposition de Vhils vous pourrez ainsi découvrir les Visites Hennessy, véritable plongée dans les coulisses de la Maison avec une expérience immersive sur l’art de la sélection dans le Chai du Fondateur. Également à l’honneur, le Château de Bagnolet, ancienne demeure de la famille Hennessy, dont le jardin d’hiver a été restauré en 2018 en faisant appel à des métiers d’art. Enfin, pour la première fois, la Maison Hennessy va ouvrir au public le nouveau site d’embouteillage de Pont Neuf, inauguré en 2017. Inscriptions dès le 22 septembre sur www.lesjourneesparticulieres.fr

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.