Dior Lady Art, la Seconde Collection

NEWS - 19.12.2017

Après un premier opus acclamé, la maison Dior revient avec une nouvelle sélection d'artistes pour revisiter son icône absolu : Le Lady Dior. 

Dior Lady Art, la Seconde Collection
Lady Dior par David Wiseman

C'est en novembre 2016, à Art Basel Miami, que la maison Dior introduisait le projet Lady Art – le plot : un sac iconique, intronisé par la princesse Lady Diana lors d'une visite à Paris, revisité par des artistes de renom. Les beaux-arts sont depuis longtemps au cœur de la création Dior – déjà du temps de Monsieur, nombre de ses amis comptaient pour être les artistes les plus influents de leur temps. Des noms comme ceux de Max Ernst, Alexander Calder, Alberto Giacometti et Pablo Picasso furent en effet exposés dans la galerie de Christian Dior. C'est cet héritage que retravaille aujourd'hui Maria Grazia Chiuri ; on se souvient notamment de sa collection Printemps/Eté 2018 qui mettait en vedette l'artiste Niki de Saint Phalle. 

Cette fois, pour Dior Lady Art #2, la maison s'associe à dix artistes contemporains venant du monde entier, et notamment de Grande Bretagne et des Etats-Unis. Des artistes qui sont des figures contemporaines dans l'art, tels Friedrich Kunath, Jamilla Okubo, et Spencer Sweeney. Ce-dernier justement transforme le Lady Dior en œuvre kaléidoscopique à travers sa matière de prédilection, les facettes miroir d'argent. Après plus de 60 tentatives, l'artiste, basé à Seoul, parvient à mettre au point un Lady Dior éblouissant et hautement captivant. Une exubérance qui sied si bien à la magnanimité des lignes du sac. 

Autre sac à retenir, celui de David Wiseman qui achève d'étonner avec ses fleurs perforées sur du veau métallisé  : « Mes sculptures en céramiques, en bronze, en argile commencent toujours par un dessin. J'imagine ensuite comment les différents éléments, souvent inspirés, par la nature s'assemblent. J'ai suivi le même processus pour ce sac. J'ai d'abord imaginé un motif floral que le travail sur le cuir perforé permet de révéler. » Enfin, la pièce la plus hypnotique, peut être, est celle de Friedrich Kunath – un arc en ciel aux couleurs du coucher de soleil Hollywoodien : « Je suis né en Allemagne de l'Est et je travaille à Los Angeles. J'aime explorer le tiraillement entre tristesse et optimisme. Ici, j'ai voulu évoquer le graphisme d'une serviette de plage de Venice Beach avec l'idée d'une journée d'hiver parisienne mélancolique. L'arc-en-ciel est un clin d'oeil à mes peintures. » Ceci donne vie à un Lady Dior en velours imprimé en relief et nuage en cuir d'agneau... Des pièces d'exception à découvrir dès à présent.  

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.