L’Epopée du Carré Hermès

Icône du Jour - 20.04.2017

En 1937,  l’occasion du centenaire de la Maison Hermès donne à Robert Dumas l'idée de créer le carré. L'essence de la pièce est d’une simplicité parfaite : ce foulard sera un carré dont l’équilibre reposera sur une équation de 90 cm sur 90 cm...

 
L’Epopée du Carré Hermès
Carré Hermès Vu par Daniel Buren
Next

C'est en s’inspirant des mouchoirs commémoratifs à la gloire de Napoléon, mais aussi des mouchoirs d’instruction portés par les soldats pendant la première guerre mondiale que Robert Dumas donne ainsi vie à l'une des pièces les plus iconiques de l'histoire de la mode.  En y injectant aussi l'esthétique du monde équestre, cher depuis toujours à la maison Hermès, l'homme parvient ainsi à couper son carré dans la même matière que celle des casaques de jockeys – le twill de soie. En prenant ainsi la direction  artistique du carré – un titre qui sera transmis de père en fils par la suite - Robert Dumas dessine ici le tout premier carré de  l'histoire. Intitulé Jeu des Omnibus et Dames Blanches, la pièce s'inspire en fait d'un thème particulier pour l'époque, celui d'un transport en commun Parisien émergeant tout juste dans la capitale. Mais la puissance d'Hermès tient en ce que Robert Dumas prend le soin d'y ajouter une pointe d'humour avec cette amusante inscription « Un bon joueur ne se fâche jamais. La légèreté du carré rompt ainsi avec l’austérité de l’époque. Son esprit bohème et fantaisiste  séduit instantanément la clientèle  qui s’en empare avec enthousiasme. Cette malice devient par la suite la signature même d'Hermès –  les thèmes apposés sur les carrés sont variés, allant du monde équestre, en passant par des hommages à l’Histoire Française, l’amour, les voyages ainsi que les éternels codes de la Maison.

Mais le succès du carré repose aussi et surtout sur le savoir-faire exceptionnel nécessaire à sa fabrication. C’est à Lyon, berceau de la soierie Française, que sont reproduit les mêmes gestes, depuis l’impression du premier carré en 1937. Ces techniques sont précieusement transmises aux nouvelles générations par les artisans, qui se définissent eux-mêmes comme des « passeurs ». Certains savoirs sont uniques au monde et exclusivement détenus par la Maison Hermès, tel que le sabrage de la soie, dont seules trois personnes connaissent le secret. Environ deux ans s'écoulent ainsi entre la conception du dessin et la finalisation du carré par son roulotté à la française... En moyenne, près de 27 couleurs sont présentes sur un carré ; une véritable prouesse d’impression artisanale. Narratif et figuratif à plat, le carré devient un chatoiement de couleur une fois noué.

Aujourd’hui, avec environ deux mille dessins, le carré est le témoin inestimable des évolutions artistiques de ces dernières années. Jackson Pollock, Daniel Buren, ils sont nombreux à avoir paré le carré de leur imaginaire. Le plus célèbre dessin est celui imaginé par Hugo Grykar, Brides de Gala. Et parce qu’il ne faut pas se murer dans son intemporalité, le carré est maintenant disponible dans de nouveaux formats et de nouvelles matières. Chaque année, en plus des nouveaux dessins, cinq anciens dessins sont réédités dans des couleurs différentes, toujours des éditions limitées. Cette année, pour les 180 ans de la Maison, le carré rend donc hommage à la Russie impériale, qui a d'ailleurs joué un rôle majeur dans l’histoire du sellier Français.

Royal ornement autour de la chevelure de la Reine Elizabeth II, pièce  de prêt-à-porter pour Jean Paul Gaultier, souvenir ému de la France pour le voyageur, porteur de patrimoine pour d’autres, illuminateur d’humeur pour certains, de génération en génération le carré Hermès a su marquer les esprits et séduire toute une diversité d’adeptes, tel un héros des temps modernes. Pierre-Alexis Dumas résume l’audace des initiateurs de cette épopée : « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait »

 

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.