La Navitimer Breitling Se Fait Rattrapante

News - 06.04.2017

A l'occasion de Baselworld 2017, Bretiling introduit une version inédite de son garde-temps iconique. La Navitimer se pare alors de son propre mouvement de chronographe à rattrapante ! Un exploit à découvrir en ce moment à la Foire de Bâle.

La Navitimer Breitling Se Fait Rattrapante
La Navitimer Rattrapante Breitling
Next

L'univers de l'horlogerie est avant tout celui de l'innovation – et rare sont les maisons à posséder, ou plutôt, à développer leur propre mouvement de chronographes mécaniques. Mais Breitling est, elle, habituée des prouesses techniques, aussi innovantes qu'essentielles... C'est à elle que l'on doit l’invention du premier poussoir indépendant à 2h, en 1915 ; en 1969, Breitling met au point le premier chronographe à remontage automatique – aujourd'hui un fondamental de l'horlogerie. Ainsi, lorsque la maison se lance à la conquête d'un mouvement à rattrapante véritablement conçu et fabriqué en interne, Breitling ne peut que mettre au monte un chronographe aussi souverain que sophistiqué, réaffirmant par là-même sa maîtrise des complications horlogères.

Ce calibre, Breitling l'a surnommé Calibre manufacture B03 –  distingué par sa construction novatrice assurant un maximum de précision, de robustesse et de fiabilité, la technologie ne pouvait  être intégrée ailleurs que dans un garde-temps aussi performant qu'élégant. La Navitimer, icône sans pareille de la maison, fut ainsi choisie pour accueillir en son sein ce nouveau moteur d’exception : sans tapage mais avec distinction, la Navitimer devint donc la Navitimer Rattrapante. La différence ? Avec ses deux aiguilles centrales de chronographe superposées, dont l’une peut être stoppée pour mesurer un temps intermédiaire, avant de 'rattraper' la première en pleine course, le chronographe à rattrapante passe pour être l’un des mécanismes horlogers les plus difficiles à réaliser – de fait, le plus performant à adopter ! C’est pourquoi cette grande complication est habituellement produite en petite série, tant elle exige des horlogers un long travail d’ajustage et de réglage.

Mais Breitling est avant tout une maison innovante, ayant fait de “la qualité en série“ son cheval de bataille, et ce, dès les années 40. Précision et fiabilité à grande échelle sont donc au cœur de la Navitimer Rattrapante – premier de tous les chronographes mécaniques produits dans le monde, en 1952. Aujourd'hui, c'est dans un boîtier de 45 mm que se déploie ainsi toute la force de l'icône : proposée en acier, mais aussi et surtout dans une édition limitée de 250 pièces en or rouge équipées d’un fond transparent. Un cadran exclusif coulé dans un bronze qui subtilement reprend  le réhaut argent rappelant le look de la Navitimer classique... Sur un bracelet tantôt fait en cuir, en crocodile ou en caoutchouc, le raffinement se construit un peu plus à travers un logo où le B, ornant d’ordinaire la base des aiguilles de chronographe de la Navitimer, est ici divisé entre les deux trotteuses – sur l’aiguille rouge, tandis que l’ancre se retrouve sur l’aiguille de rattrapante... Séparée lorsque la rattrapante est arrêtée, la signature Breitling se compose quand les aiguilles sont superposées. Une offrande esthétique à découvrir.

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.