My Dior

NEWS - 25.09.2014

Victoire de Castellane imagine cette saison la collection My Dior : une ligne comme une succession d'objets d'exception. Là pour révérer les totems de Monsieur, elle est comme « une maille d'or, comme une paille tressée, comme un ruban précieux. Comme des liens d'amour ou d'amitié entrelacés » selon l'intéressée.

Paris, début des années 1970 : avenue Montaigne, les femmes franchissent parfois le seuil de la boutique Dior juste pour un parfum ou une paire de bas ; souvent, c'est accompagnée d'un homme ou d'une amie, mais de leur fille, aussi. Cette petite fille qui s'émerveille de la mise en scène du lieu, c'est Victoire de Castellane. Enfant, le gris perle, les moulures, le nœud Fontanges et le cannage de paille qui recouvre l'assise des chaises Napoléon III, résonne comme une persistante fascination. Aujourd'hui, la créatrice puise à nouveau dans l'une des estampilles de la maison et, du code en tresse le cannage dans des atours mystérieux et raffinés. My Dior : mon Dior, à moi.

Avec cet anglicisme, Victoire de Castellane rejoue des amours de Christian : le premier parfum de monsieur Dior, c'était alors Miss Dior. Ces souvenirs commencent comme une mélodie qui jamais n'aurait quitté la maison ; hier comme aujourd'hui, le glamour a du caractère et s'affirme avec détermination. Un nouveau chapitre de la grande histoire du cannage s'ouvre pour autant chez Dior : au motif de paille, on trouve là une délicatesse et un raffinement insoupçonnés. Sur les bagues, les bracelets ou les manchettes, les fils torsadés et les cordelettes donnent du relief au dessin. Les effets de ciselure ajoutent encore à la puissante finesse des bijoux. Le travail est absolument celui d'un joaillier : la technique de la fonte à cire perdue assure à la collection ce supplément d'âme que seule la main de l'homme sait rendre aux objets. De la poésie d'orfèvre pour faire cours. Dans ces bijoux de style, les ateliers Dior signent un classique intemporel, manifeste d'une certaine idée de la femme Dior. Naturelles ou sophistiquées. Classiques ou modernes. Toujours raffinées... Si seulement Christian Dior pouvait les voir !

 

Les nœuds de Dior en quelques dates

1947 : En raison de son intérêt pour l’art et l’histoire Dior étudie plusieurs artistocrates du passé comment Marie Antoinette ou la Duchesse de Fontanges, bien connues pour les nœuds sur ses robes. Mais le début officiel du nœud comment code de la maison Dior a lieu grâce à l’artiste René Gruau. Pour la première campagne publicitaire du nouveau parfum «Miss Dior» il choisit un cygne avec un nœud noire en satin qui orne doucement son cou.

1948 – 1949 : Jupes et tailleurs sont désormais décorés avec fleurs, nœuds floral, nœuds infantiles et lacets qui rappellent ceux d’un paquet cadeau, d’un bonbon ou les ailes d’un papillon .

1950 : Christian Dior décide de modifier radicalement le flacon de Miss Dior. Un nœud infantile fait son apparition sur le flacon et les nœuds deviennent une firme emblématique de Christian Dior.

1950 – 1960 : C’est pendant les années 1950, que Dior crée son propre nœud. Il est composé par deux ou trois couches de tissu cousus l’un sur l’autre, afin de donner une touche de féminité et de frivolité.

1957 – 1998 : Les nœuds sont encore protagonistes sous la direction créative de Yves Saint Laurent, Marc Bohan et Gianfranco Ferrè.

1998 – 2012: Avec John Galliano les nœuds fleurissent pleinement.

2009 : Lors de la collection Printemps/été Galliano utilise les nœuds comment thème centrale de la nouvelle ligne.

2010 : Le directeur créatif de Dior joaillerie, le maître Victoire de Castellane, crée une bague spéciale nommée «Tralala».

2012 : Le nœud fait son apparition sur l’emblématique sac Lady Dior.

2013 : La célèbre actrice américaine Jennifer Lawrence est choisie par Dior comment nouvelle égérie pour la parfum Miss Dior. Tout comme le cygne de René Gruau Jennifer Lawrence prends une pose délicate avec le cou entouré par un nœud noire.

2013 : Les nœuds de Dior sont encore are protagonistes lors de la grande exposition dédié au parfum «Miss Dior» au Grand Palais de Paris.

2013 : Dans le cadre de la grande exposition «Miss Dior» l’artiste Nika Zupanc crée une œuvre d'art qui est une ode au nœuds et au cannage Dior.

2016 : Dior crée une édition limitée du parfum «J’adore». Pour cette collection Victoire de Castellane imagine une bouteille de parfum inspirée directement à Versailles. Le bouchon de bouteille est enlacée par un nœud Fontange en matériaux précieux sculpté à la main.

2016 : Dior lance un projet de joaillerie inspiré au palais royale de Versailles. Le fil conducteur de la collection de joaillerie est le nœud Fontange.

2017 : Avec Maria Grazia Chiuri le nœud devient un ornement simple et essentiel, mélangé avec le streetwear, les nouvelles tendances des millennials et la fertilisation multiculturelle. Et pour la collection haute couture Printemps/été le noeuds apparaissent même sur les chaussures.

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.