Les Epaulettes, La Signature Phare de Balmain

HISTOIRE D'UNE ICONE - 08.11.2017

Initiées par le fondateur, devenues cultes sous Olivier Rousteing, les épaulettes sont à la silhouette Balmain une signature phare car audacieusement féminine.

Les Epaulettes, La Signature Phare de Balmain
Balmain Croisière 2018

L'architecture a toujours tenu une place importante dans la créativité de Pierre Balmain – jeune, le couturier entame des études d'architecture tout en poursuivant, en parallèle, ses dessins de mode. L'une dans l'autre, ces disciplines de tardent à se répondre et, lorsque Balmain fonde sa maison éponyme en 1945, c'est pour donner naissance à une mode aux lignes structurées, une silhouette à la féminité galbée. A la sortie de la Seconde Guerre Mondiale, alors que la mode est sclérosée par les exigences et autres rudesses de la guerre, Balmain met au jour des toilettes flegmatiques et fonctionnelles mais “audacieusement féminines”. De l'architecture, le couturier retient l'importance de la carrure en ajoutant ça et là ceintures et épaulettes. Il fonde alors une nouvelle féminité où les élégantes nouent avec une position de puissance égale à celle des hommes. En cinq années, la maison Balmain suscite un engouement tel qu'en 1952, la ligne de prêt-à-porter Florilège fait la réputation internationale du couturier. On parle alors de nouveau style Français, et c'est par les épaulettes que la structure Balmain devient l'allure de la modernité.

La collection Jolie Madame introduite au Printemps 1956 fait définitivement de Pierre Balmain un grand couturier de la scène Parisienne. Brigitte Bardot, Joséphine Baker, Marlene Dietrich, Eva Gardner, Sophia Loren ou les têtes couronnées du monde entier – toutes ont trouvé dans l'équation de la ligne Balmain le rayonnement d'un certain raffinement. Les jupes, les robes et les tailleurs aux tailles resserrées, aux épaulettes étirées deviennent alors la signature, la griffe du 44 rue François Ier. Lorsqu'il arrive à la direction artistique de la maison en 2006, Christophe Decarnin actualise le style Balmain – évidemment, il ne fait pas dans la demi-mesure. Micro-robes et sequins deviennent l'apanage du numéro 44, tandis que de puissantes épaulettes mettent en avant un buste étiré sur de folles hanches : la mode est lancée. Decarnin replace Balmain sur la carte, et dans les vestiaires internationaux. Partout les pépites de la maison viennent habiller les belles dans des pièces qui captent la lumière comme nulles autres. Glamour et over-sexy, le designer marque les esprits avec des silhouettes iconiques hyper accentuées et très carrées – une ligne très Balmain en somme.

Le succès est phénoménal – les rédactrices mode du monde entier et les actrices de cinéma du jour se chargent de promouvoir la nouvelle allure. En 2009, la collection de l'Automne/Hiver entre définitivement dans les annales quand les vestes d’officier à brandebourgs aux épaulettes étirées deviennent légion. Arborées par Emmanuelle Alt, Beyoncé, Rihanna et même Michael Jackson, les célébrités sont une nouvelle fois les meilleures ambassadrices du style Balmain. Ainsi, lorsqu'Olivier Rousteing succède à Christophe Decarnin c'est pour accentuer tout le glamour et le sexy de la nouvelle esthétique rock. Autour d'un tailoring rigoureux, Rousteing réaffirme la fascination et la maîtrise de la maison dans un jeu d'épaulettes oversized, de décolletés plongeants et de ceintures portées sur une taille haute et enserrée. Dans des pièces très structurées et spectaculaires par leur densité, la féminité se veut conquérante, sûre d'elle, et ô combien séduisante. Et aujourd'hui, la femme Balmain ne se sort jamais sans sa Balmain army.

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.