Le Blé Chaumet

Histoire d'une icône - 23.07.2018

Il est l’un des symboles les plus anciens de cette maison; un sceau qui, régulièrement, vient exprimer toute les merveilles de l’identité Chaumet. 

Le Blé Chaumet
le Blé Chaumet
Next

 

Dès sa fondation en 1780, la maison Chaumet s’est illustrée à travers la composition de pièces de Haute Joaillerie éminemment inspirées. Des atours imaginés comme des joyaux, puisant, dans les merveilles de la Nature, vigueur, ligne et couleur… Un raffinement extrême;  une mythologie de l’enchantement qu’incarne l’une des signatures iconiques de Chaumet, le blé.  Déjà présent sur le poinçon du fondateur, Marie-Etienne Nitot, le blé est si intrinsèquement lié à l’histoire de Chaumet qu’il devient, au tournant du XIXe siècle, le motif favori de l’impératrice Joséphine. Il faut dire que Joséphine et la maison Chaumet partagent un amour immodéré pour la Nature et ses prodiges. 

On raconte ainsi que le blé, symbole de la vie, serait un cadeau fait aux hommes par des dieux bienveillants; somptueuse moisson blonde de Cérès, le grain se fait nourricier! Symbole d’opulence et de bonheur aussi, le blé cultive avant tout l’amour le plus sincère — l’amour maternel. Devenu ainsi l’un des éléments phares de la grammaire Chaumet, le blé est adopté par l’Impératrice Joséphine, puis par l’Impératrice Marie-Louise. 1811, Nitot réalisa ainsi la coiffe Impériale; le diadème d'épis de blé de style néoclassique qui, autour d’épis taillés dans les pierres, l’or et l’émeraude, signe ici toute la sophistication de cette souveraineté. Tout en mouvement, ce bouquet de neuf épis de blé balayés par le vent exprime avec force la modernité de l’Empire! 

Et sous l’impulsion de la maison Chaumet, c’est bientôt toute la joaillerie de la Place Vendôme qui revisite ce motif antique. Habillant le cou, la chevelure ou le corsage, le blé Chaumet distille tout de la majesté et de la grâce d’une Nature qui rencontre le travail des diamants… Et l’art subtil des nuances et de la composition maîtrisé par Chaumet n’a pas son pareil pour sublimer une telle symbolique! Toute en vivacité, le blé Chaumet décalque grâce et virtuosité sur des lignes sans cesse réinventées. En Juin 2018, pour la première fois, la maison expose à Tokyo « Le monde de Chaumet » — une exposition dans laquelle l’épi de blé tient une place d’honneur, à l’instar du chef d’oeuvre qu’est la tiare Epis de blé de Joséphine. Un symbole si précieux que cette même année, Chaumet mettait sur le marche la bague L’épi de blé , disponible en 40 unités seulement. Ou quand l’extase esthétique se fait éminemment iconique! 

L’épi de blé de Chaumet, quelques dates clés

2018 : Pour la première fois, la maison Chaumet expose à Tokyo pour l’exposition « Le monde de Chaumet » dans laquelle l’épi de blé est prédominant, comme avec la tiare Epis de blé.

2018 : Les créateurs réalisent la bague « L’épi de blé » disponible en 40 unités.

2018 : La maison organise les expositions« l’art du dessin » et « l’art du trait » dans lesquelles des dessins de pièces sont exposées et parmi elles des bijoux en référence à l’épis de blé.

2017 : Chaumet lance la collection « Gaité Parisienne » qui propose certains bijoux blés.

2016 : La chaîne youtube de la maison publie plusieurs vidéos publicitaires pour sa nouvelle campagne « La Nature de Chaumet ». L’une d’elle fait écho à l’épis de blé.

2016 : La maison lance sa collection « La Nature de Chaumet ».

2016 : La maison réalise la collection « Offrandes d’été » avec un diadème, des boucles d’oreilles, un collier en or blanc, serti d’un diamant poire, en forme d’épis de blé.

2016 : La maison sort la collection « Moisson sous le vent » avec notamment une bague bé en or jaune et diamants.

2016 : Les créateurs réalisent la bague « Champs de lumière » en forme d’épi de blé, en or blanc et diamants, sertie d’un saphir Padparadscha taille coussin.

2015 : La maison réalise une broche "Épi de Blé" en série limitée, en or jaune serti de diamants, qui s’accompagne de bagues, de bracelets, de boucles d’oreilles

2015 : La maison fait de sa boutique située au 12 place Vendôme à Paris un musée où est exposée la parrure  en forme d’épi de blé de l’impératrice Joséphine.

1970 : Les joailliers créent un grand clip et une paire de boucles d’oreilles blé en rubis et diamant.

1910 : Les premiers dessins d’un nouveau diadème blé sont réalisés.

1909 : Les créateurs réalisent une paire de broches blés en roseaux, portables également en diadème.

1905 : Un nouveau diadème blé est réalisé.

1900 : Les créateurs réalisent les premiers dessins d’un diadème blé et graminées.

1900 : La maison présente son nouveau bijou aigrette aux épis de blés noués.

1890 : Les créateurs réalisent les dessins d’un collier blé et de coquelicots.

1811 : Chaumet utilise pour la première fois le symbole de l’épi de blé avec la création du diadème pour l’impératrice Marie Louise.

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.