La Palme d'Or de Cannes, Un Prestige d'Orfèvre

NEWS - 17.05.2018

Initié en 1946, le Festival de Cannes se dote de sa prestigieuse Palme d'Or en 1997 – une histoire de moyens et d'armoiries, conclue par Chopard.

La Palme d'Or de Cannes, Un Prestige d'Orfèvre
Palme d'Or de Cannes
Next

Elle est sans doute la récompense la plus convoitée de la galaxie cinéma – la Palme d'Or du Festival de Cannes ne fut pourtant initiée qu'en 1955. Dix ans après la première édition du Festival, la récompense est attribuée au film Marty de Delbert Mann – le long métrage Américain inaugure ainsi une tradition couronnant une œuvre de prestige et de poésie. Extrémité de tige en forme de cœur et socle sculpté par Sébastien.... alors que cette Palme décalque les armoiries de Cannes en même temps qu'elle s’inspire des palmiers qui bordent la Croisette, le manque de moyen force le Festival à en stopper la production. Nous sommes en 1964 quand la Palme, imaginée par la créatrice de bijoux Lucienne Lazon, est abandonnée.

Pendant les 10 années qui ont suivi, les films récompensés furent désignés par le titre de "Grand Prix du Festival International du Film" – Claude Lelouche pour Un homme et une femme en 1966, Francis Ford Coppola avec Conversation en 1974... Le trophée bijou ne put malheureusement être remis à aucun d'entre eux. Mais voici qu'un an plus tard, en 1975, le Festival de Cannes renoue avec son prestige originel. Sous le soleil Méditerranéen, l'histoire du Septième art reprend ses lettres d'or. Glissée dans un bel écrin en cuir rouge, capitonné de veau velours blanc, la Palme revient dans une version pensée par Lucienne Lazon. Le symbole du Festival est définitivement scellé. Enfin...

Dans les années 90, le trophée au 118 grammes d’or se modernise entre les doigts du maître incontesté de la haute joaillerie, la maison Chopard. Une pièce iconique évidemment fabriquée à la main dans les ateliers Chopard de Meyrin, près de Genève. Montée sur un socle en cristal massif et électrisant, pensée par Thierry de Bourqueney, la Palme d'Or distille une beauté incontestable ! « Je suis très heureuse et fière que la Palme d'Or, que j'ai redessinée en 1998, puisse aujourd'hui bénéficier d'un or traçable, extrait dans des conditions respectueuses des hommes et de l'environnement » explique Caroline Scheufele, à la tête de la joaillerie Suisse. Et il est vrai que le trophée a tout du prestige d'orfèvre – une prouesse éblouissante et équitable ! Ne reste plus qu'à attendre le Samedi 19 Mai pour découvrir le prochain réalisateur à recevoir la palme aux 19 feuilles plaquées d'or pur...

 

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.