Les Nymphéas de Monet, Une Féérie Aquatique

Histoire d'une icône - 18.04.2018

Plus de trente années furent nécessaire à Claude Monet pour réaliser sa série la plus iconique – les Nymphéas, ou les 250 toiles de sa 'grande décoration'.

Les Nymphéas de Monet, Une Féérie Aquatique
Les Nymphéas de Claude Monet 1914-1926, Sébastien

Un jour qu'il file dans un train à travers la campagne Normande, Claude Monnet s'éprend du village de Giverny – une bourgade qui, bientôt, deviendra l'épicentre du mouvement impressionniste. Il faut dire que le coup de cœur est tel qu'au début des années 1880, le peintre, louant toujours la même maison, finit par l'acquérir sept ans plus tard. Cette maison, Claude Monet entend bien l'égayer d'un jardin à la hauteur de son dessein – le peintre-jardinier entame les grands travaux d'un jardin luxuriant et éminemment reposant. Il importe des nénuphars d'Egypte et d'Amérique Latine ; le voisinage s'inquiète et s'emballe à la vue de ce peintre transformant Giverny en une jungle tropicale. Qu'importe, puisque sans cette détermination créative, le monde jamais n'aurait connu l'oeuvre d'une vie – celle de Claude Monet, peintre destiné à léguer à l'humanité l'oeuvre de la paix.

« J'ai mis du temps à comprendre mes nymphéas. Je les avais plantés pour le plaisir ; je les cultivais sans songer à les peindre » confie-t-il un jour au critique d'art Marc Elder. « Un paysage ne vous imprègne pas en un jour... Et tout d'un coup, j'ai eu une révélation des fééries de mon étang. J'ai pris ma palette... Depuis ce temps, je n'ai guère eu d'autre modèle. » Le motif tourne en effet à l'obsession et, entre 1899 et sa mort en 1926, Claude Monnet peint 250 toiles – toutes dépeignent ce 'paysage d'eau' suivant la même volonté : faire de cet 'aquarium fleuri' un 'asile', une retraite visuelle pour l’Homme tourmenté par le carnage de 14-18. Et le peintre-jardinier ne s'en est jamais caché... La nature ainsi décalquée avec poésie, vide de toute présence humaine, est le testament artistique de Claude Monet ; sa "grande décoration".

Au lendemain de l'Armistice du 11 novembre 1918, le peintre fait cadeau à la France de cet ensemble décoratif circulaire. Par le biais d’une lettre adressée à son grand ami et politicien Georges Clemenceau, Monet lègue ‘Les Nymphéas’ à sa patrie ; le musée de l'Orangerie les y installe selon les plans du maître en 1927. Comme pour englober le spectateur dans un havre de paix et de verdure, les toiles se déploient le long d'une frise panoramique presque sans rupture. A l'oeil, un paysage d'eau sublimé de nénuphars, de branches de saules, de reflets d'arbres et de nuages berce l'âme et le coeur... Une « illusion d'un tout sans fin, d'une onde sans horizon et sans rivage » selon les termes mêmes de Claude Monet.

 

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.