Diptyque, La Bougie Haute Couture

Au bout de l’avenue Saint-Germain, au numéro 34, tout près du restaurant la Tour d’Argent se trouve le mythique magasin Diptyque. En 1960, ce n’est pas encore l’écrin de luxe réservé aux initiés que l’on connait aujourd’hui : les trois fondateurs Christiane Gautrot, architecte, Desmond Knox-Leet peintre et Yves Coueslant administrateur et décorateur de théâtre y vendent tissus et papiers peints de leur création.

Peu à peu, avec un goût très sûr, le trio transforme la petite boutique en un bazar chic inédit à Paris, un “marchand de rien” comme les baptisent Henri Gault et Christian Millau. C’est alors le seul endroit en ville où l’on peut découvrir des objets insolites ou tout simplement très beaux, chinés et customisés par le trio au gré de leurs voyages en Irlande, au Maroc, au Mexique, en Inde ou encore en Italie. C’est dans ce contexte particulier que le trio parisien s’associe à un parfumeur anglais pour créer ses premières bougies en 1963 : Aubépine, Cannelle et Thé, des senteurs exotiques inédites pour l’époque. Embaumées, envoûtantes et chaleureuses, les bougies, alors moulées dans des simples verres achetés à l’Hôtel de Ville, sont tout de suite un succès. Avec leur étiquette marquée d’inimitables lettrines noires sur un ovale blanc, leur charme simple et discret plait.

Au fil des années, les senteurs se multiplient mais, les créateurs, passionnés d’authenticité et toujours dans une quête de beauté sans ostentation, n’utilisent que des matières premières naturelles comme la fleur d’oranger ou la feuille de cassis. La marque réalise elle-même un mélange de cires qui s’accordent à chaque parfum de bougie. En paraffine de qualité supérieure, non toxique pour les humains et l’environnement, cette cire de premier choix permet aux bougies diptyque d’avoir une durée de combustion encore inégalée. Si la maison commercialise depuis 1968 près de 16 eaux de toilettes ; “les fragrances les plus proussiennes qui existent” dixit Phillipe Starck; ce sont les bougies qui suscitent intérêt et dévotion. C’est d’ailleurs ces bougies qui ont été choisies par Meghan Markle pour décorer et parfumer son mariage  avec le Prince Harry.  

Au temple de la “Haute Couture de la Bougie” selon Marisa Berenson, le geste pour vous faire humer la cire parfumée est semblable à celui d’un rituel entre magie et raffinement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *